La biblioboutik de l’ostéo4pattes

Gastrite & Ostéopathie

Dr François Agneray
dimanche 22 février 2009 par vetosteo

Introduction

La médecine interne est un domaine où l’on attend pas, a priori, l’ostéopathie. Pourtant, son champ d’action est infiniment plus vaste que celui que laisse supposer son étymologie : les troubles de l’appareil ostéo-articulaire, même si ceux-ci sont d’importance primordiale.

Le terme ostéopathie est donc mal choisi, mais fut consacré par Andrew Taylor STILL (1830-1917), fondateur de l’ostéopathie moderne. L’ostéopathie, par son approche globale du malade (et pas seulement limitée aux symptômes de sa maladie), s’adresse à tous les appareils et toutes les fonctions de l’organisme.

L’ostéopathie n’est cependant pas opposable à la médecine
classique : elles sont résolument complémentaires. L’ostéopathie représente un atout supplémentaire, tant au niveau diagnostique que thérapeutique. En outre, par le fait qu’elle considère le patient dans son unité et son unicité, elle est une remarquable médecine préventive .

A. S. STILL énonça l’axiome suivant : “la structure gouverne la fonction”. Il reconnait par ailleurs comme principaux facteurs susceptibles de modifier la fonction d’un organe l’innervation et la circulation de
celui-ci. En d’autres termes, tout ce qui est susceptible d’influer sur l’innervation d’un organe (par inhibition ou excitation des voies nerveuses) ou sur sa vascularisation (ischémie ou congestion), ou encore la modification des rapports mécaniques extrinsèques ou intrinsèques d’un organe, entraineront obligatoirement une diminution ou une anomalie des capacités fonctionnelles de ce même organe. Le principe de l’ostéopathie est dès lors d’intervenir sur la ou les structures pour rétablir la ou les fonctions.

L’ostéopathie repose également sur le principe d’autoguérison, qui permet à l’organisme de répondre en permanence aux modifications ou aux agression de l’environnement. La maladie s’installe durablement lorsque ces capacités sont dépassées. L’ostéopathe, dans la mesure où les
structures ne sont pas irréversiblement endommagées, aidera alors l’organisme à retrouver ses propres capacités d’autoguérison.

A la connaissance de ces principes, il nous a semblé intéressant d’aborder les troubles gastriques du chien sous l’angle ostéopathique.
Dans un premier temps, nous étudierons l’estomac du chien et ses affections, en insistant sur les aspects importants dans l’approche ostéopathique.

Puis nous envisagerons les rapports entre l’estomac et le système nerveux autonome, leurs dérèglements possibles et les moyens d’action que nous proposent la médecine classique et l’ostéopathie.

Enfin, nous aborderons la pratique ostéopathique à destination de patients présentant des troubles gastriques, d’abord d’un point de vue théorique, puis illustrée par la présentation de quelques cas cliniques.

<produit40> <produit41>

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1534 / 234699

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Livres & Mémoires  Suivre la vie du site Mémoires   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License