La biblioboutik de l’ostéo4pattes-SDO
Recherchez dans le Site :

Le concept de conscience dans la palpation

Philippe Prat - Étude qualitative - 2008
 
mardi 21 septembre 2021 par Philippe Prat

Philippe Prat - Le concept de conscience dans la palpation - Étude qualitative - 2008

Thèse présentée au jury international à Montréal - Directeur de thèse : M. Jean-Charles Bouchard, DO - Collège d’études ostéopathiques de Montréal

Questions de recherche

Le concept de conscience est-il présent dans la palpation des ostéopathes ?
Sous questions :

- Comment s’exprime cette conscience dans la palpation chez les ostéopathes, au moment du traitement ?
- Cette conscience dans la palpation est-elle liée à des facteurs d’évolution particuliers ? D’évolution personnelle ? 
- Comment s’exprime cette conscience dans la palpation avec leurs patients au moment du traitement ? Avec l’environnement ? 
- Y a-t-il des moyens d’apprentissage et d’amélioration de la conscience ?

Résumé

Cette recherche qualitative de type exploratoire est basée sur un des aspects fondamentaux de l’ostéopathie : la palpation, et une étude transdisciplinaire scientifique.
Son but est de montrer si le concept de conscience (un des aspects du savoir-être) est présent dans la palpation des ostéopathes, mais également si une corrélation peut être trouvée avec ce qu’en dit la littérature scientifique ou ostéopathique. Ceci constitue notre question principale de recherche. Afin de répondre à cette question de recherche nous avons identifié quatre sous questions :

1. Comment s’exprime cette conscience dans la palpation chez les ostéopathes, au moment du traitement ?
2. Cette conscience dans la palpation est-elle liée à des facteurs d’évolution particuliers ? D’évolution personnelle ?
3. Comment s’exprime cette conscience dans la palpation avec leurs patients au moment du traitement ? Avec l’environnement ?
4. Y a-t-il des moyens d’apprentissage et d’amélioration de la conscience ?

Pour réaliser notre objectif, nous avons choisi de rencontrer des ostéopathes de différents pays, avec beaucoup d’expérience, avec lesquels nous avons utilisé des entrevues en profondeurs de type semi-dirigée ; de faire une revue de littérature principalement dans cinq grands domaines de connaissance (biologie, phénoménologie, clinique psychiatrique, spiritualité et ostéopathie), tout ceci à partir d’une pré-enquête. Ces trois points ont constitués notre collecte des données.

Un premier niveau d’analyse représenté par une synthèse de chacune de ces entrevues nous a permis de constituer nos données à partir de quatre grands thèmes.
Puis un deuxième niveau d’analyse transversal aux entrevues nous a permis d’organiser nos résultats suivants des thèmes apparus, dans le but de répondre à nos sous-questions et notre question principale de recherche.
Ces deux niveaux d’analyse nous ont permis de répondre positivement à notre question de recherche, mais également de préciser les résultats dans nos sous-questions de recherche, grâce à l’éclairage conjoint et congruent des ostéopathes rencontrés et de la
littérature sur le sujet.

Abstract

This exploratory-type qualitative research is based on one of the fundamentals of osteopathy, namely the palpation, and a transdisciplinary scientific study. Its goal is to reveal if the concept of consciousness (one aspect of soft skills) is evident in osteopaths’ palpation, but also if there is a link between that concept and what is said about it in scientific or osteopathic literature. This question is the main research question.
To answer this question we have identified four sub-questions :

1) How is this consciousness expressed in osteopaths’palpation during a treatment ?
2) Is this consciousness in palpation linked to particular evolution factors ? Personal evolution ?
3) How is this consciousness expressed in palpation with the patient ? With the environnement ?
4) Are there ways to acquire and to develop this consciousness ?

To realize our goal, we chose to meet with experienced osteopaths from different countries, with whom we had in-depth semi-guided interviews, and to proceed to a literary review in five major areas of knowledge (biology, phenomenology, clinical psychiatry, spirituality and osteopathy), starting from a pre-inquiry. These three points represent the data collection process.
The first level of analysis, which consists of a synthesis of all interviews, allowed us to build up our data from four major themes.
The second level of transversal analysis applied to the interviews allowed us to organize the results according to the themes that aroused in order to answer to the sub-questions and our main research question.
Together, these two levels of analysis allowed us to answer positively to our main research question but also to narrow the results of our sub-questions thanks to the joint and adequate perspectives of the osteopaths we met and the literature on the subject. 

 Chapitre premier : 1. Exposé de la problématique

 1.1. Introduction

La pratique de l’ostéopathie se fait essentiellement grâce à un contact avec l’autre médié par nos mains. Elle est basée sur le fait de pouvoir recevoir, trouver et interpréter les signaux offerts par le patient. Dans le traitement ostéopathique, qui comporte plusieurs stades (Paulus, 2005), la palpation semble tenir une place clé, et se révèle être un outil de première importance tout au long du processus.
Elle se trouve, dans ce cadre particulier, au carrefour de l’action thérapeutique qui cherche à mettre en évidence le processus de santé chez le patient.
Son objet présente des facettes différentes, nous allons tenter d’étudier l’une d’elles à travers le double prisme de l’approche clinique ostéopathique de nos aînés, qui sont aussi
nos maîtres, et de celui plus large, des connaissances théoriques, cliniques, transdisciplinaires, se rapprochant le plus de notre domaine d’intérêt, l’ostéopathie.

1.2. Problème

Compte tenu de la spécificité de l’ostéopathie, et sachant que la palpation reste l’outil principal tout au long du traitement, il nous semblait intéressant de nous y attarder pour en comprendre la portée véritable, et de nous pencher, suivant sa définition que nous verrons par la suite, sur son corollaire : la perception.
Il reste que poser le problème dans ces termes revient à déduire la perception de la palpation. S’il nous semble nécessaire de les distinguer, rien n’indique, qu’il faut prioriser l’un ou l’autre, sauf l’usage commun que nous en faisons dans le langage.
S’intéresser à ces deux aspects, palpation et perception revient à en étudier les nombreuses facettes, et à choisir un niveau d’analyse.
Les différentes recherches menées dans notre école, mais aussi celles dont nous avons connaissance ailleurs, se sont beaucoup intéressées à la palpation sous l’angle du savoir-faire, c’est-à-dire selon l’encyclopédie Larousse (1993) : « comme un ensemble de compétences se manifestant par des comportements efficaces et résultant d’apprentissages ». A ce titre, différentes recherches furent menées : Therrien (1993), Thiffault et Trottier (2001), De Blois (2005).

1.3. But et objectifs

Notre but, à partir de cette thèse qui mène au titre de D.O, est de nous inscrire dans la réflexion et la recherche menée depuis plusieurs années au sein du C.E.O de Montréal.
Pour ce faire, et compte tenu de nos centres d’intérêts, nous avons voulu apporter notre contribution à la recherche ostéopathique menée par notre école.
Notre objectif est donc de faire ressortir, d’induire, que la palpation peut être envisagée sous un angle d’analyse différent qui dépasse l’aspect du savoir-faire et qui aurait plus trait à notre manière d’être, à nos dispositions intérieures et humaines, à la connaissance que nous pouvons avoir de nous-même, du patient, de l’environnement immédiat du
traitement, en d’autres termes, qui aurait trait à la conscience.

1.4. Les raisons de ce choix

En premier lieu, il nous paraît important de dire que notre choix de nous engager dans l’ostéopathie remonte maintenant à plus de douze ans. Ce choix, quand il a été fait, pouvait ressembler à une impulsion, mais rétrospectivement, il était probablement plus dicté par un parcours, un chemin que nous souhaitions suivre, au milieu duquel se trouve la personne humaine.
L’idée n’était pas de chercher une réalisation professionnelle, mais plutôt de poursuivre le chemin d’une réalisation personnelle, avec les autres.
Nos avons œuvré et nous œuvrons, encore, dans le domaine du corps : performance, et maintenant éducation. La voie que nous suivons aujourd’hui nous amène vers le corps, certes, mais plus encore vers la personne, dans sa globalité, à travers la thérapeutique, que nous pratiquons régulièrement en parallèle de l’éducation.
Plus spécifiquement, ensuite, la palpation restait une grande interrogation pour nous jusqu’en troisième année, moment où nous avons été confronté à une expérience palpatoire, soudaine, inattendue, et très forte. Nous pouvons dire aujourd’hui qu’une prise de conscience s’en est suivie. Il nous était, enfin, possible de « sentir ». Acte dont on nous parlait perpétuellement et qui restait, pour nous, dans le domaine de l’espoir et de la nébuleuse.
Un long cheminement, fait d’avancées et de stagnations, a commencé. Plus rien n’était pareil.
Notre toucher n’avait pas changé d’un instant à l’autre. Nous nous appliquions à suivre toutes les recommandations données pour « mieux palper » et nous sommes passés d’un instant à l’autre, de la « noirceur » à la « lumière ».

Nous avons cherché pendant longtemps à reproduire ce moment. Quand nous pensions y parvenir, les choses semblaient encore nous fuir.
Cette « prise de conscience » ultérieure nous est venue progressivement, en particulier, en suivant les cours post gradués sur les spasmes. Nous recevions des traitements. Ce concept, qui paraissait tout d’abord très intellectuel, commençait à s’imposer. Pouvait-il trouver une place dans la palpation en ostéopathie ?
Cette réflexion s’est poursuivie, sachant qu’il nous fallait à la fois développer une voie originale pour notre thèse, et rentrer pour ce faire dans un cadre normé, à l’intérieur d’un domaine que nous explorions depuis tant d’années.

La lecture du livre de Pierre Tricot (2002) nous conforta dans la voie choisie pour cette thèse, mais aussi la discussion menée dans l’étude de Thiffault et Trottier (2001) qui s’interrogent sur les éléments suivants : « y aurait-il dans l’apprentissage de la palpation, la nécessité de développer un état de conscience afin d’entendre ce que le corps a à dire ? »
« Cet état de conscience peut-il être atteint par apprentissage au même titre que n’importe quelle connaissance, à l’aide d’un senior tout comme le pionnier de l’ostéopathie
crânienne l’enseignait ? » (Thiffault et Trottier, 2001).
« Comment acquérir un état de conscience et une présence nous permettant de prendre contact avec la totalité du patient ? Acquérir la capacité d’être neutre à l’écoute et présent ferait-elle partie de l’apprentissage au même titre que l’évaluation ? »(Thiffault et Trottier, 2001).

1.5. Définition des termes

Son emploi et sa définition donnée par le Larousse (2008) assimilent la palpation à un acte médical, relevant d’une partie d’un examen clinique, permettant de « chercher une anomalie perceptible au toucher ou à la pression des doigts ». Nous devons d’emblée, transposer cette définition à « l’acte ostéopathique » et en étudier dans ce cadre les nuances. Nous développerons cette sémantique, en corollaire de celle induite par cette définition, la perception.
La langue anglaise définit, dans le Webster Unabridged Dictionary, la perception comme « the act of apprehending and understanding by means of the senses or of the mind using cognition », mais aussi comme, dans le Stedman’s Medical Dictionary « the mental process of becoming aware of or recognizing an object » (Paulus, 2005).
En français, le Larousse donne parmi ses définitions celle-ci, relevant de la psychologie, « représentation consciente à partir des sensations. Conscience d’une, des sensations. ».
Cette définition se rapproche de celle donnée par un biologiste cellulaire de renom Bruce. H Lipton qui définit la perception comme : « conscience des éléments de l’environnement par le biais des sensations physiques » (2006, p.106).
Le monde ostéopathique emploie les termes de « perception » ou « d’expérience perceptuelle » pour donner un sens différent à ce qui relève de la « sensation » (Paulus, 2005).
Paulus développe l’idée que, si, dans sa célèbre phrase, Sutherland nous invite à utiliser « thinking, seeing, feeling, knowing fingers », il n’indique pas que nous devions employer une « palpation physique », précisant qu’il entend par « knowing », non pas une « sensation physique », mais une connaissance « that comes as far as one can from the physical sense » (Paulus, 2005).

Cette idée se retrouve dans le modèle mis en place par Pierre Tricot (2002, 2005) qui donne une place distincte à la palpation et à la perception. Il cite pour ce faire Schmitt (2000) qui, dans son mémoire de fin d’études ostéopathiques, ramène la palpation « à l’acte de toucher à l’aide d’un organe des sens approprié : c’est une action purement physiologique…la perception est une notion plus vaste qu’elle englobe, comme un outil d’information pour explorer le monde extérieur ». Dans l’expression de ce modèle, Tricot (2002) associe directement conscience et perception quand il écrit : « conscience et perception sont indissociables ».
Que ce soit en français ou anglais, dans le champ des connaissances ostéopathiques, mais aussi dans ceux plus larges de la biologie cellulaire et de la psychologie, par exemple, « perception et conscience » semblent liées.
Nous l’avons dit, notre recherche tente de développer et de comprendre comment ces concepts prennent sens en observation clinique ostéopathique, en lien étroit avec d’autres champs de connaissance.

1.6. Délimitation et limitations de la recherche

Cette recherche exploratoire de type qualitative n’entend pas faire une revue fondamentalement exhaustive des concepts étudiés. Elle se veut proche de la réalité du terrain clinique de l’ostéopathie, même si son titre et sa matière pourrait la situer loin de cette préoccupation.
Elle se positionnera sur un champ de connaissances transdisciplinaires qui doivent éclairer nos interrogations mais aussi donner et prendre du sens dans une réflexivité inhérente aux phénomènes que nous cherchons à expliciter.

Notre but général essentiel est de « servir » au mieux la cause ostéopathique, avec un sentiment profond d’humilité étant donné l’ampleur de la tâche.
Les limitations que nous voyons tiennent tout d’abord au type de recherche que nous menons, à la collecte et l’analyse des données. Il n’est pas possible de généraliser, mais on peut transférer les conclusions retenues dans un monde ostéopathique restreint.
L’aspect objectif de notre propre position induit en même temps une subjectivité, même réduite, qu’elle ne peut ignorer, dans les projections personnelles, les interprétations, les idéologies ou principes non exhaustifs mis en jeu, donc dans les choix retenus pour mener cette recherche.

1.7. Architecture d’ensemble

À partir d’une recherche qualitative, non exhaustive, et ciblée sur des problèmes cliniques ostéopathiques, nous cherchons à montrer que le concept de ce projet rencontre, dans le but et les objectifs définis, un écho dans d’autres domaines de connaissances, ce qui nous le souhaitons, lui donnera une portée encore plus étendue.

Table des Matières

DIRECTEUR DE THÈSE
REMERCIEMENTS
QUESTION DE RECHERCHE
SOUS QUESTIONS
RÉSUMÉ
ABSTRACT
TABLE DES MATIÈRES
1. Exposé de la problématique
 1.1. Introduction
 1.2. Problème
 1.3. But et objectifs
 1.4. Les raisons de ce choix
 1.5. Définition des termes
 1.6. Délimitation et limitations de la recherche
 1.7. Architecture d’ensemble
2. Revue de littérature et justification ostéopathique
 2.1. Introduction
 2.2. La palpation, outil principal du savoir-faire
 2.2.1. Rappel des données neurophysiologiques permettant la palpation
 2.2.1.1. Les récepteurs de l’information sensorielle
 2.2.1.2. La proprioception
 2.2.1.2.1. Les récepteurs
 2.2.1.2.2. Les voies afférentes au cortex : (Tortora et Grabowski, 1994)
 2.2.1.3. Intégration de l’information
 2.2.2. Expérience sensorielle et apprentissage de la palpation
 2.2.2.1. Rôle de la mémoire dans l’apprentissage
 2.2.2.2. Expérience sensorielle et apprentissage corporel
 2.2.3. La palpation et son apprentissage vus par les ostéopathes
 2.3. Savoir-être et conscience en ostéopathie, perception de soi et de l’autre
 2.3.1. Définitions de la conscience
 2.3.2. Définitions de la perception
 2.3.3. Complexité du concept de conscience et approche transdisciplinaire
 2.3.3.1. La contribution de la neurobiologie
 2.3.3.1.1. Formes et niveaux de conscience
 2.3.3.1.2. Localisation cérébrale de la conscience
 2.3.3.1.3. Conscience et émotions
 2.3.3.1.4. L’éveil, l’attention et la conscience
 2.3.3.2. La contribution de la phénoménologie (philosophie, épochè, psychologie cognitive)
 2.3.3.2.1. Définitions
 2.3.3.2.2. Données de la Phénoménologie de la perception
 2.3.3.2.3. Les représentations et leurs caractéristiques
 2.3.3.2.4. Structures profondes et le conscient potentiel
 2.3.3.2.5. L’avènement à la conscience : l’épochè
 2.3.3.3. La contribution de la clinique psychiatrique
 2.3.3.3.1. Principes directeurs du système psychique : (Marchais, 2007)
 2.3.3.3.2. Problématique de la conscience
 2.3.3.3.3. Les outils de la conscience réflexive
 2.3.3.4. La conscience réflexive
 2.3.3.4.1. Définition
 2.3.3.4.2. Perspective descriptive
 2.3.3.4.3. Perspective dynamique
 2.3.3.4.4. Perspective structurale
 2.3.3.5. Contribution de la spiritualité
 2.3.3.5.1. Définitions
 2.3.3.5.2. Positionnement de l’observateur
 2.3.3.5.3. Conscience transcendée et rapport à l’univers
 2.3.3.5.4. Conscience transcendée et mécanisme de guérison
 2.3.3.6. La contribution de l’ostéopathie
 2.3.3.6.1. La modélisation de Pierre Tricot, D.O
 2.3.3.6.2. Les « consciences » de Rollin Becker, DO
 2.3.3.6.3. Conscience du Fulcrum et de la Santé dans le processus thérapeutique. Lecture et interprétation de Steve Paulus, D.O
 2.3.3.6.4. Le Zen et la conscience. Perspective intégrée et propositions de Zachary Comeaux, D.O
3. Méthodologie de la recherche
 3.1. But de la recherche
 3.2. Stratégie de recherche
 3.3. Collecte des données
 3.3.1. Les outils de collecte des données
 3.3.1.1. La pré-enquête et la problématique de recherche
 3.3.1.2. La revue de documentation
 3.3.1.3. L’entrevue en profondeur
 3.3.2. Stratégie d’échantillonnage des ouvrages et de recrutement des ostéopathes
 3.3.2.1. Critères de sélection des ostéopathes
 3.3.2.2. Taille de l’échantillonnage
 3.3.2.3. Critères de sélection des ouvrages
 3.4. Constitution des données
 3.4.1. Les notes
 3.4.2. La transcription d’enregistrement et le suivi d’entretiens
 3.4.3. Le codage d’informations
 3.5. Analyse des données
 3.5.1. Les outils d’analyse
 3.5.2. Les opérations de l’analyse
 3.5.2.1. L’induction et la synchronicité
 3.5.2.2. La saturation des informations
 3.6. Validité et fiabilité
 3.7. Subjectivité
4. Analyse et interprétation des résultats
 4.1. Introduction
 4.2. Constitution des données
 4.3. Interprétation des résultats
 4.3.1. Introduction
 4.3.2. La conscience dans la palpation et le thérapeute
 4.3.2.1. Conscience et définitions palpation - perception
 4.3.2.2. Conscience et expression de la palpation-perception chez le thérapeute
 4.3.2.2.1. « Sens du toucher »
 4.3.2.2.2. « Sens du toucher » et « autres modalités de perception »
 4.3.2.3. Conscience et facteurs d’expression de la palpation chez le thérapeute
 4.3.2.3.1. Savoir-faire
 4.3.2.3.2. Savoir- faire et savoir-être
 4.3.2.3.3. Savoir-faire + savoir-être
 4.3.2.3.4. Savoir-être + savoir-faire
 4.3.2.3.5. Savoir-rencontrer
 4.3.3. La conscience dans la palpation et les facteurs d’évolution du thérapeute
 4.3.3.1. Développement personnel-expérience personnelle forte
 4.3.3.2. Études-pratique-enseignement
 4.3.4. La conscience dans la palpation pendant le traitement
 4.3.4.1. Le Thérapeute et le patient
 4.3.4.2. Le Thérapeute et l’environnement
 4.3.5. La conscience dans la palpation et son apprentissage
5. Discussion des résultats
 5.1. Introduction
 5.2. Les étapes et les orientations de cette recherche
 5.3. Analyse des objectifs de recherche
 5.3.1. Conscience et thérapeute
 5.3.2. Conscience et traitement
 5.4. Limites et avenues de recherche
Conclusion
Bibliographie
Annexe 1 - Méthodologie du protocole
Annexe 2 - Guide d’entrevue
Annexe 3 - Interview guide
Annexe 4 - Autorisation de divulguer le nom 

=> Lire ou télécharger la thèse de Philippe Prat :

Le Site de l’Ostéopathie remercie Philippe Prat de l’avoir autorisé à publie sa thèse 


Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Statistiques du site | Visiteurs : 40 / 566067

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Livres & Mémoires  Suivre la vie du site Mémoires   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.11 + AHUNTSIC

Creative Commons License