La biblioboutik de l’ostéo4pattes-SDO
Recherchez dans le Site :

Les lésions ostéopathiques de la chèvre présentant une baisse de production laitière

Gadran Natacha
 
vendredi 6 novembre 2020

Natacha GADRAN- « Les lésions ostéopathiques de la chèvre présentant une baisse de production laitière »


Maîtres de mémoire : Lucile BIENNARD - Ostéopathe pour animaux

Mémoire présenté le : 09/11/2019

Introduction

La France détient le troisième cheptel caprin le plus important d’Europe, derrière la Grèce et l’Espagne, avec près d’un million de chèvres recensées. Le cheptel français se caractérise par son orientation laitière marquée, avec 620 millions de litres produits en 2009, la France arrive en tête de l’Union Européenne concernant la quantité de lait trait. Le cheptel français de chèvres laitières est principalement constitué de deux races : la race Alpine représentant 59% et la race Saanen représentant 38% des effectifs. Dans environ 5 000 exploitations agricoles françaises, l’activité caprine représente une part significative des revenus, ensemble elles détiennent environ 900 000 chèvres. En France, les exploitations laitières fonctionnent selon deux grandes tendances : les exploitations valorisant le lait de manière industrielle, via les circuits de valorisations habituels, et les exploitations transformant le lait sur place (Institut de l’élevage, L’élevage des chèvre, 2012).

De plus en plus, les éleveurs caprins cherchent à améliorer la production de leur cheptel. Pour ce faire, ils ont mis en place plusieurs stratégies : la sélection génétique, l’adaptation de la ration alimentaire, l’optimisation du mode de vie des animaux et d’autres méthodes moins importantes (Institut de l’élevage, L’élevage des chèvre, 2012). Ces stratégies permettent, si elles sont menées correctement, d’améliorer le rendement et la qualité de la production. Ainsi, d’après une enquête menée par l’Institut de l’Élevage en avril 2010, la production laitière annuelle moyenne, mesurée par le contrôle laitier, est passée de 740 kilos en 2001 à 820 kilos en 2009.

La production d’une chèvre au cours de sa vie connait des aléas, souvent expliqués par un changement d’alimentation, l’âge de l’animal ou encore une pathologie affectant la production de lait. Cependant, il arrive que des chèvres présentent d’une année sur l’autre, une baisse de production inexpliquée. Cette constatation provient d’une discussions avec les éleveurs sur le terrain. Après des recherches bibliographiques, il s’avère qu’aucune étude n’a été publiée sur le sujet.

Ce constat a été mis en lien avec les trois grands principes ostéopathiques. Le premier grand principe de l’ostéopathie est l’unité de l’être (Andrew Taylor STILL, Philosophie de l’ostéopathie, éditions SULLY 2003) : l’individu est une unité du corps, de l’âme et de l’esprit. Sans ces trois éléments réunis on ne peut avoir d’individu. Le corps est donc constitué de différentes parties, fonctionnant toutes en interdépendance. Vient ensuite le principe d’auto-guérison (Andrew Taylor STILL, Philosophie de l’ostéopathie) : le corps possède en lui-même les moyens de combattre la maladie. Ainsi, il possède des mécanismes d’auto-régulation, d’auto-guérison et de conservation de la santé. La tendance du corps est l’équilibre, l’homéostasie. Lorsque cet équilibre est rompu, alors arrive la pathologie. Le dernier principe étant l’inter-relation entre structure et fonction (Andrew Taylor STILL, Philosophie de l’ostéopathie). Chaque organe a sa fonction propre et il est aisé de comprendre que sa structure, lui étant propre, influe sur sa fonction. Mais l’inverse est également vrai. Ainsi, si une fibre musculaire est en pathologie, sa fonction sera altérée localement. Mais la fonction altérée de cette fibre pourra induire une contraction plus importante des fibres adjacentes et entrainer, à la longue une altération de leur structure. Les structures ont ainsi une action sur les fonctions, localement et à distance, et les fonctions ont une action sur les structures, même éloignées. La loi de cause à effet, est également importante en ostéopathie. Celle-ci indique que toute action à un endroit du corps entrainera des conséquences à un autre endroit même éloigné et ce par toutes les liaisons anatomiques et physiologiques possibles entre les différentes structures du corps. Ainsi, une lésion ostéopathique, définie comme un trouble fonctionnel d’une structure du corps, aura des répercussions localement et à distance. La loi de cause à effet indique également que dysfonctions et pathologies ne sont qu’effets dont il faut rechercher la cause (L. ISSARTEL M. ISSARTEL, L’ostéopathie exactement, 1983).

Puisque le corps recherche l’équilibre et que des lésions ostéopathiques peuvent avoir des répercussions à distance, une problématique est apparue : la baisse de la production laitière chez la chèvre peut-elle provenir de lésions ostéopathiques ?

Il est alors émis l’hypothèse que les chèvres ayant une baisse de leur production présenteraient des lésions ostéopathiques communes, en lien direct ou indirect avec la lactation, ces lésions pouvant être traitées en ostéopathie. La lésion ostéopathique est un trouble fonctionnel d’une structure du corps (articulation, muscle, viscère), elle consiste en la facilitation d’un paramètre du mouvement, associé à la restriction du paramètre du mouvement exactement opposé (R. BOHEC, Abords du concept ostéopathique). Elle est nommée du côté du mouvement facilité, c’est le cas tout au long de cette étude. Elle est réversible dans un premier temps puis après un certain laps de temps, devient irréversible. Les lésions étudiées ici sont réversibles. Lorsque l’on parle de lésion ostéopathique, on parle de micro-mouvements articulaires qui sont indispensables dans les macro-mouvements, ou mouvements principaux des articulations. Ainsi quand les micro-mouvements sont altérés, les mouvements principaux le sont aussi. Il existerait alors une chaine lésionnelle en rapport avec la baisse de la lactation.

La première partie du développement sera composée de rappels théoriques concernant l’anatomie et la physiologie de la chèvre, en lien direct ou indirecte avec la lactation. Différents points seront abordés : l’anatomie du rachis lombo-sacré ; l’anatomie de la mamelle ; la physiologie de la lactation ; et enfin le complexe hypothalamo-hypophysaire.

La seconde partie présentera l’étude expérimentale menée sur vingt chèvres laitières de race alpine, composant deux lots : un lot expérimental et un lot témoin. Cette étude est scindée en deux : la recherche de lésions ostéopathiques communes chez les sujets puis le traitement ciblé de ces lésions afin d’affirmer ou non leur implication dans la baisse de production des individus.

Avant de commencer, il est important de rappeler les limites scientifiques que présente un mémoire en ostéopathie. La vision holistique de l’ostéopathie, ainsi que l’impossibilité d’appliquer un protocole de soin identique à chaque individu induisent une marge d’erreur scientifique plus importante que dans une étude en médecine allopathique. Cependant, l’étude a été menée de manière à maximiser la reproductibilité du protocole expérimental tout en respectant les principes ostéopathiques.

Sommaire

INTRODUCTION
PARTIE 1 - RAPPELS THÉORIQUES
I. Anatomie du rachis lombo-sacré
1. Les vertèbres lombaires
2. Le sacrum
II. La mamelle : rappels anatomiques
1. Conformation de la mamelle
2. Structure de la mamelle
3. Vascularisation, innervation et système lymphatique
III. Physiologie de la lactation
1. Généralités
2. La mammogenèse
3. La lactogenèse
4. L’éjection du lait et le maintien de la sécrétion lactée
IV. Complexe hypothalamo-hypophysaire
1. Hypothalamus
2. Hypophyse
3. Relation du complexe avec les os du crâne
PARTIE 2 - ÉTUDE EXPÉRIMENTALE
I. Mise en évidence des lésions ostéopathiques communes
1. Choix et présentation des sujets
2. Outils de mesure de la production laitière
3. Déroulement du protocole
4. Présentation des résultats
5. Discussions ostéopathiques et chaine lésionnelle
II. Confirmation de l’implication des lésions récurrentes dans la baisse de lactation par un soin ostéopathique ciblé
1. Choix des sujets
2. Déroulement du protocole
3. Présentation et analyse des résultats
III. Discussions sur les limites de l’étude
CONCLUSION
LEXIQUE
ANNEXES
BIBLIOGRAPHIE

Disponible en PDF :

Les lésions ostéopathiques de la chèvre présentant une baisse de production laitière - PDF

Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Statistiques du site | Visiteurs : 59 / 461919

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Livres & Mémoires  Suivre la vie du site Mémoires   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.8 + AHUNTSIC

Creative Commons License