La biblioboutik de l’ostéo4pattes-SDO
Recherchez dans le Site :

La Revue de l’Ostéopathie n°28

mercredi 16 novembre 2022 par La Revue de l’Ostéopathie

La Revue de l’Ostéopathie n°28


Éditorial


Éditorial, Robert Meslé

La Différence Minimale Cliniquement Importante...

L’analyse statistique est une aide à la décision et à l’interprétation de données recueillies lors d’un essai clinique. Dans un précédent éditorial, nous avons présenté l’intérêt d’utiliser des tests d’hypothèse et certaines limites de leur interprétation [1], notamment par la possibilité de déclarer significatives des différençes qui le sont statistiquement, alors qu’elles sont cliniquement sans intérêt. Rappelons qu’un test d’hypothèse calcule la probabilité qu’une dif­férence observée soit due à la chance, « chance » au sens de « hasard »... Ce calcul est donc nécessaire, mais n’est pas suffisant.

L’intérêt de compléter les tests d’hypothèse par le calcul de la taille d’effet [2] apporte une précision selon un barème établi en fonction du rapport entre la différence de moyennes et l’écart-type. La taille d’effet permet alors de quali­fier la différence entre deux groupes sans tenir compte des effectifs (sauf pour le calcul de l’écart-type). Cette qualification est purement statistique puisque ce barème propose de considérer la différence comme « moyenne » si elle est égale à au moins 0,5 écarts-types, et « élevée » si elle est égale à au moins 1,2 écarts-type... Là encore, ce calcul n’est pas suffisant pour une interprétation satisfaisante des résultats.

Au-delà du degré de signification statistique et de la taille d’effet, les résul­tats doivent être discutés en fonction de leur intérêt clinique. Cela suppose de déterminer quelle est l’amélioration considérée comme cliniquement pertinente. En toute rigueur, cette pertinence clinique ne peut être pas être déterminée selon l’opinion du statisticien, mais selon l’expérience clinique du praticien, ou bien alors selon ce que le patient considère comme une amélioration satisfaisante.

Selon Jaeschke et al., la différence minimale cliniquement importante (Mini­mal Clinically Important Difference, MCID) peut être définie comme la plus pe­tite différence de score dans le domaine d’intérêt que les patients perçoivent comme bénéfique et qui exigerait, en l’absence d’effets secondaires gênants et de coût excessif, un changement dans la prise en charge du patient [3].

Plusieurs méthodes sont proposées pour déterminer cette différence mi­nimale cliniquement importante. Deux types de démarche sont possibles :

- à partir de l’expérience de praticiens du domaine concerné : un consen­sus est recherché parmi une sélection d’expert en utilisant par exemple la méthode Delphi, qui consiste à soumettre l’avis de chaque expert à l’ensemble des autres experts du panel jusqu’à l’obtention d’un accord sur une donnée quantitative précise ;
- en sollicitant l’avis des patients : la méthode Anchor permet de déterminer à quelle améliora­tion de score d’un questionnaire donné correspond la réponse positive à une question telle que « considérez-vous que votre état de santé actuel vous satisfait ? » [5].

Dans la partie de la discussion qui traite des résultats, après les commentaires sur le degré de signi­fication de la p-valeur et sur la taille de l’effet, les résultats sont donc commentés en se prononçant sur la pertinence de l’amélioration observée dans l’échantillon de l’étude, en référence avec la MCID.

C’est cette confrontation qui permet alors d’ouvrir la discussion sur la validité externe de l’étude, notamment l’application dans la pratique courante de la démarche thérapeutique évaluée lors de cette recherche... ce qui, dans une stratégie d’évaluation de l’efficacité d’une thérapeutique, est un objectif essentiel !

Pendant que les membres du comité éditorial préparent le prochain numéro, nous vous souhaitons une très bonne lecture de ce numéro 28.

Références

  1. Meslé R. Analyse de données et p-valeurs [Éditorial]. La Revue de l’Ostéopathie. 2021 ;26:1-2.
  2. Meslé R. p-valeur et taille d’effet [Éditorial]. La Revue de l’Ostéopathie. 2022 ;27:1-2.
  3. Jaeschke R, Singer J, Guyatt GH. Measurement of health status : Ascertaining the minimal clinically important Control Clin Trials. 1989 ;10:407-15.
  4. Grilo M, Treves R, Preux PM, Vergne-Salle P, Bertin P. Variation de l’EVA cliniquement pertinente d’un soulagement ressenti par le patient dans les pathologies aiguës rhumatologiques. Revue du rhumatisme. 2007 ;74(7):650-3.
  5. Tubach F, Ravaud P, Baron G, Falissard B, Logeart I, Bellamy N,. Evaluation of clinically relevant states in patient reported outcomes in knee and hip osteoarthritis : the patient acceptable symptom state. Ann Rheum Dis 2005 ;64:34-7.

  6. Sommaire


    Éditorial, Robert Meslé

    Éditorial
    Robert Meslé

    Effets secondaires dune consultation ostéopathique : Étude rétrospective dans le centre de consultations d’une école d’ostéopathie

    Jean-Baptiste Fourniau, Maxime Salmon

    Résumé
    Introduction :
    Les effets secondaires (ES) des consultations d’ostéopathie sont à la fois fréquents et difficilement pré­visibles, et leur étude dans le cadre de l’apprentissage clinique a été très peu abordée. L’objectif de cette étude était de mettre en évidence les caractéristiques et les facteurs de risque de présenter des ES dans un cadre clinique.
    Méthodes : Une étude rétrospective sur 62 dossiers a été effectuée. Les dossiers devaient contenir des informations concernant la présence ou non d’ES, des informations concernant la qualité de vie du patient, ses antécédents et le traitement ostéopathique effectué. Un modèle de régression logistique multivariée a permis de tester le lien entre la présence d’ES (variable expliquée) et diverses variables concernant le patient et sa prise en charge ostéopathique récol­tées dans les dossiers cliniques.
    Résultats : La moitié des dossiers rapportaient des ES apparaissant pour 80 % d’entre eux moins de 24 heures après la consultation et disparaissant en moins de trois jours. Plusieurs variables favorisaient l’apparition des ES. Elles étaient en lien avec le patient (cervicalgie, dorsalgie ou signes céphaliques, et une qualité de vie psychique faible, p < 0,05), et d’autres en lien avec la prise en charge (nombre de techniques important et nombreuses techniques haute vélocité et basse amplitude (HVBA), p < 0,01).
    Conclusion : En améliorant les connaissances sur les ES, cette recherche permettra d’obtenir un consentement plus éclairé du patient. Des recherches permettant de mieux appréhender le lien entre les ES et l’évolution du motif de consultation pourraient améliorer nos connaissances des effets d’une consultation ostéopathique.
    Conflits d’intérêts : les auteurs déclarent n’avoir aucun conflit d’intérêts en lien avec cet article.

    Impact de la prise en charge ostéopathique sur l’indice crânien et l’indice d’asymétrie de la voûte crânienne chez les nourrissons atteints d’une défor­mation crânienne positionnelle. Étude expérimentale multicentrique

    Nina Delorme, Agathe Wagner Baillergeau

    Résumé
    Introduction :
    La fréquence des déformations crâniennes positionnelles n’a cessé d’augmenter depuis la campagne de prévention Bock to Sleep de 1992. Les recommandations actuelles préconisent la thérapie par repositionnement asso­ciée à la kinésithérapie en cas de restriction de mobilité cervicale, mais soulignent également les lacunes de la littérature scientifique concernant l’ostéopathie. L’objectif de cette étude est d’évaluer l’effet d’une prise en charge ostéopathique sur les indices crânien et d’asymétrie de la voûte crânienne chez les nourrissons atteints de déformation crânienne positionnelle.
    Méthodes : Cette étude multicentrique a évalué 16 nourrissons atteints de plagiocéphalie et/ou brachycéphalie. Deux groupes ont été comparés : 7 nourrissons étaient traités exclusivement par repositionnement, et 9 par ostéopathie associée au repositionnement. Les mesures des indices crânien et d’asymétrie de la voûte crânienne ont été prises ’à l’aide du craniomètre Mirnos® au cours de trois consultations à 15 jours d’intervalle chacune, dont deux de traitement.
    Résultats : Pour les nourrissons du groupe traité par repositionnement, aucune évolution significative n’est observée. Pour les nourrissons du groupe traité par ostéopathie associée au repositionnement, on observe une diminution signi­ficative (p < 0,05) de l’indice crânien (- 3,4 c,v0) et de l’indice d’asymétrie de la voûte crânienne (- 4,5 %).
    Discussion : Les résultats de l’étude suggèrent que l’application exclusive des conseils de repositionnement n’est pas suffisante pour observer une diminution des déformations crâniennes positionnelles à court terme, mais qu’une prise en charge pluridisciplinaire, intégrant l’ostéopathie aux soins courants, pourrait être intéressante dans le traitement de ces déformations. Toutefois, d’autres études seraient intéressantes à mener pour enrichir la littérature scientifique, notamment sur l’impact de l’ostéopathie associée à d’autres thérapies, comme la kinésithérapie.
    Remerciements à mesdames Odile Joliclerc, psychomotricienne, Élise Mayeux, Anne-Sophie Pétard et Annabelle Toutain, ostéopathes.
    Conflits d’intérêts : les auteurs déclarent n’avoir aucun conflit d’intérêts en lien avec cet article.

    Effets de manipulations viscérales visant le péricarde sur la variabilité de la fréquence cardiaque
    Partie 2 : Différenciation de profils autonomes basés sur une analyse statis­tique secondaire discriminante

    Julien Fatisson, Vincent Boucher Gosselin, Victor Oswald, Yannick Mullié, Vincent Verfaille, François Lalonde, Alain Steve
    Comtois

    Résumé
    Contexte :
    La variabilité de la fréquence cardiaque (VFC) est un outil qui permet d’évaluer de nombreux paramètres physiologiques du système nerveux autonome, dont les variations d’activités sympathique et parasympathique. Précé­demment, nous avions rapporté l’impact à court et à moyen terme de manipulations ostéopathiques viscérales (MOV) sur les composantes fréquentielles de la VFC. Cependant, la direction de changement (augmentation vs. diminution) du rapport des basses et hautes fréquences (BF/HF) au cours du temps semble être différente selon les participants. L’objectif de cette étude statistique est d’objectiver la direction de ces changements observés a posteriori afin d’identi­fier différents profils.
    Méthode : Nous avons utilisé des tests statistiques non paramétriques (n = 64) (test de Mann-Whitney et corrélation de Spearman) et une analyse discriminante sur les mesures de STDRR (déviation standard des intervalles RR), RMSSD (racine carrée de déviation standard des intervalles RR), HF, BF, BF/HF pour établir les différences entre les sous-groupes.
    Résultats : L’analyse révèle qu’une valeur seuil du ratio BF/HF = 1,35 permet de discriminer les participants sains en deux profils (BF/HF < ou > 1,35, P (parasympathique) ou S (sympathique) respectivement) avec une grande précision. L’analyse discriminante a révélé une efficacité > 90 % de l’approche de séparation des groupes (ASG). Les principaux facteurs contribuant à l’association de groupe étaient le RMSSD, les bandes non normalisées de basses (BF) et hautes fréquences (HF). Cette ASG a également été utilisée sur les résultats du groupe expérimental MOV et a permis de déter­miner l’effet des MOV selon le groupe d’appartenance initial.
    Conclusion : Cette différentiation de profils offre un potentiel particulièrement intéressant pour comprendre les ré­ponses de l’activité du SNA en fonction de l’état basal. Étant donné que plusieurs études ont rapporté l’effet de certaines techniques ostéopathiques, connaître l’état du SNA avant traitement grâce à un outil simple et accessible permettrait éventuellement d’ajuster le choix de pratique clinique.

    Cet article est en accès libre par ce lien https://www.larevuedelosteopathie.com/articles/178 Licence CC BY-NC-ND http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/z1.0/

    Remerciements : Les auteurs aimeraient remercier les participants pour leur disponibilité pour trois semaines du projet, les ostéopathes et les faux thérapeutes, et M. Marc Gauthier D.O. pour son aide à travers l’étude, le Collège d’Études Ostéopathiques de Montréal (CEOM) pour sa contribution financière à l’achat de la veste Hexoskin et l’accueil dans sa clinique-école comme lieu d’expérimentation, ainsi que le réseau de cliniques agréées Qualita et Ostéopathie Québec pour leur aide partielle aux frais de publication.
    Déclaration : Tous les auteurs ont contribué à parts égales à ce travail et ne déclarent aucun conflit à divulguer.

    Influence des conceptions en santé dans l’apprentissage des pratiques professionnelles d’étudiants•es en ostéopathie

    Pascal Javerliat, Frank Pizon, Laurent Gerbaud

    Contexte : Les conceptions permettent aux individus d’interpréter le réel et d’agir sur lui selon leur propre forme de cohérence et de validité. Cet article se propose d’éclairer en quoi les conceptions en santé d’étudiants en ostéopathie et leurs conceptions de la pratique professionnelle s’influencent mutuellement durant leur formation.
    Méthode : Nous avons réalisé une enquête qualitative sur ces deux conceptions auprès de 75 étudiants en ostéopathie, à l’aide d’entretiens semi-dirigés. Nous avons effectué une analyse thématique des réponses. Les verbatims ont été ana­lysés selon leurs blocs de sens, catégorisés pour faire émerger les différentes conceptions, et modélisés, afin d’illustrer les liens et le poids relatif des différents items des conceptions.
    Résultats : Les conceptions en santé s’organisent principalement â partir du domaine biologique et dans une moindre mesure, du domaine psychologique. Le domaine social est peu opérationnel. Les conceptions de l’apprentissage et de la pratique des manipulations vertébrales se structurent à chaque étape de la formation. Elles s’organisent principalement autour du bruit articulaire et de la douleur. La triade « douleur-appréhension-cavitation » crée un conflit intrapsychique chez les étudiants, qui perdure chez certains jusqu’à la fin des études. Pour le résoudre, certains étudiants effectuent une transition épistémologique. ils s’ouvrent à de nouvelles voies, moins conventionnelles, potentiellement en mesure de changer leurs paradigmes de référence.
    Conclusion : Cette étude est la première qui aborde les conceptions d’étudiants en ostéopathie. Elle met en évidence l’existence d’un conflit intrapsychique lié à l’usage des manipulations vertébrales. La modélisation des conceptions des étudiants aux étapes clés de la formation permettrait de prévenir la structuration de conceptions à l’opérationnalité antagoniste.
    Remerciements : Nous remercions la direction de l’établissement qui soutient notre démarche et les étudiants qui ont participé à cette étude.
    Conflits d’intérêts : les auteurs déclarent n’avoir aucun conflit d’intérêts en lien avec cet article.

    Actualités : Livres

    La preuve médicale au XXIe siècle
    Pierre-Luc L’Hermite
    L’Harmattan

    Recherche clinique : Introduction pour les débutants
    Swarnima Negi, Sachdev Yadav
    Éditions Notre savoir

    Guide professionnel des interventions non médicamenteuses
    Grégory Ninot
    ERPI Sciences humaines Dunod

    L’épistémologie
    Guillaume Decauwert
    Ellipses


    Summary


    Foreword,
    Robert Meslé

    Secondary effects of an osteopathic consultation : a retrospective study from an osteopathic school’s clinic practice

    Jean-Baptiste Fourniau, Maxime Salmon

    Abstract
    Introduction :
    Secondary effects (SE) of osteopathic treatment are both frequent and hardly predictable. Their study in clinical practice and teaching was rarely addressed. This study aims to bring, to light the characteristics and risk factors for SE in a clinical setting.
    Method : A retrospective study on 62 patients’ files was performed. The files had to include : data about the occurrence of SE or not, data on the patient’s quality of life, me­dical history and the osteopathic treatment applied. A multivariate logistic regression model allowed us to test the link between the presence of SE (explained variable) and different variables about the patient and its osteopathic care data from the clinical files.
    Results : Half the files reported SE appearing, for 80 %, in the following 48 hours fol­lowing the consultation and disappearing in under three days. Different variables fos­tered SE. They were linked with the patient (cervical pain, dorsal pain or cephalic signs, a low psychic quality of life, p<0.05), others linked with the type of care (numbers of techniques applied, numerous HVLA (High velocity low amplitude), p<0.01)
    Conclusion : In improving the knowledge on SE, this research should allow to obtain a better-informed consent from the patient. Researches allowing to understand better the link between the SE and the changes in the motive for consultation would improve our knowledge about Osteopathic Care’s effects.

    Impact of osteopathic care on cranial index and cranial vault asymmetry index in infants with positional cranial deformation. A multicentric experi­mental study

    Nina Delorme, Agathe Wagner Baillergeau

    Abstract
    Introduction :
    Frequency of positional cranial deformation has been steadily increa­sing since 1992 and the Back to sleep prevention campaign. Current recommendations advise repositioning therapy, combined with physiotherapy in case of cervical mobility restriction, but underline the lack of scientific literature relating to osteopathy. The aim of this study is to assess the effect of osteopathic Care on the cranial and cranial vault asymmetry indexes in infants presenting with positional cranial deformation.
    Method : this multicentric study assessed 16 infants suffering from plagiocephaly and/ or brachycephaly. We compared two groups. 7 infants were treated exclusively through repositioning and 9 infants were treated with an association of repositioning and osteo­pathy. Three consultations spaced 15 days each, of which two treatments, allowed to measure the Cranial index and vault asymmetry index with the Mimosa craniometer.
    Results : The infants from the positioning treatment group showed no significant change. The infants from the group with combined repositioning and osteopathic care presented significant decrease (p<0.05) of the cranial index (-3.4%) and of the vault asymmetry index (-4.5%).
    Discussion : the study results suggest that applying repositioning only isn’t sufficient to observe a short-term decrease of cranial positional deformations. However, it suggests that pluridisciplinary care, including osteopathy as well as current treatments, could be interesting toward the treatment of these deformations. More studies would be needed to confirm and enrich the scientific literature, in particular about the impact of osteopa­thic care associated with other approaches such as physiotherapy.

    Effects of visceral manipulations targeting the pericardium on heart rate variability
    Part 2 : differentiation of autonomic profiles based on a secondary statistical discriminating analysis

    Julien Fatisson, Vincent Boucher Gosselin, Victor Oswald, Yannick Mullié, Vincent Verfaille, François Lalonde, Alain Steve Comtois

    Abstract
    Context
     : Heart rate variability (HRV) is a tool allowing to study numerous physiologi­cal parameters of the Autonomous Nervous System, among which variations of sym­pathetic and parasympathetic activity. Previously we repOrted short- and medium-term effects of visceral osteopathic manipulations (VOM) on the Frequential components of the HRV.
    However, the direction of changes (increase or decrease) of the ratio between High and Low Frequencies (LF/HF) appears to differ between the subjects. The aim of this statisti­cal study is to objectivate the direction of these changes, observed a posteriori, in order to identify different profiles.
    Method : Non-parametric statistic tests were used (n = 64) (Mann-Whitney test and Spearman correlation) as well as a discriminating analysis on the STDRR (RR intervals Standard deviation), RMSSD (RR intervals Square Standard Deviation), HF, LF, and HF/LF in order to identify subgroups differences.
    Results : The analysis showed that a threshold value of HF/LF = 1.35 allows us to dis­criminate the healthy group into two profiles with a good precision : HF/LF <1.35 as P (Parasympathetic) or HF/LF >1.35 as S (Sympathetic). Discriminative analysis revealed a >90% efficiency of this groups separation approach (GSA). The main factors contribu­ting to the group association were RMSSD, the Low (LF) and the High (HF) Frequencies non-normalized bands. This GSA was also used on the experimental group VOM and enabled us to understand the effects of the VOiv) depending on the initial group belon­ging.
    Conclusion : This profile differentiation approach offers a very interesting potential to understand the ANS activity responses depending on the basal state, Considering that different studies reported the effect of given osteopathic techniques, knowing the ini­tial state of the ANS by means of a simple and usable tool could eventually allow to adjust the clinical practice choice.

    This article is freely available through this https://www.larevuedelosteopathie.com/articles/178 
    Licence CC BY-NC-ND http://creativecommons.org/licenses/bv-uc-nd/4.0/

    Influence of health concepts on osteopathic students’ professional practices learning processes

    Pascal Javerliat, Frank Pizon, Laurent Gerbaud

    Abstract
    Context :
    Concepts allow individuals to interpret reality, as well as to act on it following their own coherence and validity processes. This work aims to put light on how health concepts and professional practice concepts interact in osteopathic students along their learning course.
    Method : We realized a qualitative study on these two concepts among 75 osteopathic students, using semi-structured interviews. The responses were analysed using thematic analysis. In order to illustrate relative links and weigh of the concepts’ different items, we analysed verbatims through modelized categorised meaning units,
    Results : Health concepts are organising mainly from the biological domain, and to a lesser degree, from the psychological domain. The social domain isn’t operational much. Concepts on practical vertebral manipulations elaborate following step by step learning process. They organise mainly around articular noise and pain. The triad "pain-apprehension-cavitation" creates an intrapsy-chic conflict among the students, lasting, in some cases, right through the end of their studies. In order to resolve it, some a creating an epistemological tran­sition, opening the door to different, less conventional directions, which might modify their original references’ paradigms.
    Conclusion : This study is the first to look at the osteopathic students’ concep­tions. It highlights the existence of an intrapsychic conflict linked to the use of vertebral manipulation. Modelling the students’ concepts at key stages of learning could prevent the development of antagonistic operating concepts.

    News : Books

    La preuve médicale au XXIe siècle
    Pierre-Luc L’Hermite
    L’Harmattan

    Recherche clinique : Introduction pour les débutants
    Swarnima Negi, Sachdev Yadav
    Éditions Notre savoir

    Guide professionnel des interventions non médicamenteuses
    Grégory Ninot
    ERPI Sciences humaines Dunod

    L’épistémologie
    Guillaume Decauwert
    Ellipses


Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Statistiques du site | Visiteurs : 26 / 701969

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Revues  Suivre la vie du site La Revue de l’Ostéopathie   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License