La biblioboutik de l’ostéo4pattes-SDO
Recherchez dans le Site :

La Revue de l’Ostéopathie n°27

lundi 4 avril 2022 par La Revue de l’Ostéopathie

La Revue de l’Ostéopathie n°27


Éditorial


Dans l’éditorial du numéro 26, nous avons abordé les principes de la p-valeur dans le cadre des tests statistiques inférentiels — ou tests d’hypothèse — en évoquant le manque potentiel de subtilité dans la décision à prendre lors de l’analyse des résultats, avec ce côté binaire, dichotomique du rejet ou non de l’hypothèse nulle selon que la confrontation de la p-valeur au seuil alpha de 5 % que l’on peut considérer comme un seuil couperet. En effet, un chercheur rejetterait l’hypothèse nulle lorsque la p-valeur est de 0,049, et ne la rejetterait pas pour une p-valeur de 0,051, cette différence de 0,002 (0,2 %) pouvant être observée avec des jeux de données très proches... De plus, quel que soit le test statistique utilisé, le calcul de la p-value dépend de la taille de l’échantillon : lorsque les effectifs sont très importants, des différences faibles et sans intérêt clinique peuvent être significatives. Cela est dû à l’emploi du terme « significative » seul, or une différence significative ne veut pas dire qu’elle est importante. En toute rigueur, il devrait toujours être précisé « statistiquement significative » [1].

Donc paradoxalement - en apparence - les études sur des échantillons faibles ont la capacité de mettre en évidence des effets thérapeutiques importants ; et les études portant sur des échantillons importants peuvent détecter des effets cliniquement sans intérêt...
Un moyen d’apporter de la subtilité à l’analyse des données et à l’interprétation des résultats est le calcul de la taille d’effet (effect size) proposé par Cohen [2]. En prenant l’exemple d’une étude comparant la moyenne des scores EVA de douleur dans un population traitée et en la comparant avec celle d’une population témoin, le calcul du d de Cohen - différence standardisée des moyennes - serait le suivant :

où mA est la moyenne des scores EVA pour la population du groupe traité, mB la moyenne pour la population du groupe témoin. Il est supposé que sA = sa = s, c’est-à-dire que les variances des deux populations sont homogènes. Le calcul du d est indépendant de la taille de l’échantillon.


Sommaire


Éditorial, Robert Meslé

p-valeur et taille d’effet

La prise en charge des grands syndromes cranio-maxillo-faciaux en ostéopathie pédiatrique

Dr Roselyne Lalauze-Pol, PhD en neurosciences, Ostéopathe
Thèse doctorale soutenu le 16 décembre 2020
http://www.theses.fr/2020UPSLP059
École doctorale EPHE - Université PSL

Résumé

La prise en charge des syndromes cranio-faciaux est classiquement réalisée par un chirurgien maxillo-facial et/ou un neurochirurgien pédiatrique, quand la voûte crânienne est touchée, et par les orthodontistes spécialisés. Notre premier questionnement était le suivant : est-il possible de pallier les déficits de croissance des grands syndromes maxillo-faciaux ? Pour une ostéopathe ce sujet était une gageure car il implique que la main soit dans la capacité de modifier le développement cranio-facial des enfants atteint par une pathologie constituée en période embryonnaire. L’intégration depuis presque 20 ans d’une ostéopathe au sein d’un service de chirurgie maxillo-faciale et plastique pédiatrique a per¬mis d’élargir le champ d’application de l’ostéopathie pédiatrique et de répondre en partie à cette question. La thèse s’intéresse plus particulièrement aux atteintes embryonnaires touchant le ter arc branchial.
Le développement embryologique de la face est décrit dans la première partie, en parallèle des différentes formes syndromiques et des déficits de croissance qui vont affecter la sphère cranio-faciale. Les dernières données scientifiques récentes intégrant la mécanobiologie donnent un éclairage particulier aux interactions mécaniques supportées par le corps humain. Dans la partie « matériel et méthodes », il est nécessaire de posséder des données fiables sur la croissance faciale de l’enfant normal. Ces données n’existant pas dans la littérature, nous les avons recueillies, à partir d’une cohorte de 312 enfants (106 filles, 206 garçons), âgés d’un mois à sept ans, parmi plus de 600 photographies. La cohorte a été divisée en 7 classes d’âge basées sur la croissance du périmètre crânien et les éruptions dentaires.

Du cerveau émotionnel au traitement ostéopathique de l’anxiété. Les bases neurologiques

Vélu P, Gironce L, Ohayon C, Rodriguez M, Valette P, Villalon L. La Revue de l’Ostéopathie. 2021 ;27:29-38.

Résumé
Pour comprendre le mode d’action du traitement ostéopathique de l’anxiété et en pro-poser un protocole d’essai thérapeutique, il fallait au préalable déterminer le réseau neurologique du cerveau émotionnel impliqué dans la peur et le processus complexe qui conduit à l’anxiété. Nous pouvons alors concevoir l’intérêt d’une prise en charge empathique du patient et du traitement de ses douleurs chroniques pour inhiber les stimuli à l’origine des réactions de peur et d’anxiété. Le traitement des réflexes archaïques non intégrés de Moro et de paralysie par la peur permettrait d’agir à la fois sur la réaction somatique et le codage de l’amygdale, principale structure sous-corticale qui génère le sentiment de peur. L’ostéopathie est supposée avoir une efficacité par les techniques viscérales et cranio-sacrées sur les réactions neurovégétatives et hormonales provoquées par l’anxiété. Le traitement ostéopathique de la face aurait un effet sur le bruxisme et les expressions du visage à l’origine de la rétroaction faciale. Un essai thérapeutique randomisé est en cours pour évaluer l’impact d’une prise en charge ostéopathique sur des patients souffrant de troubles anxieux.

Mots-clés : Troubles anxieux, Peur, Système nerveux autonome, Placebo, Ostéopathie

Évaluation de l’impact d’une prise en charge ostéopathique sur le tableau asthéno-algique chronique dans le Syndrome de Ehlers Danlos type hypermobile. Étude contrôlée, randomisée

Martinho M, Ristord M, Phuong CH. La Revue de l’Ostéopathie.2021 ;27:5-14.

Résumé
Introduction : Le Syndrome de Ehlers Danlos hypermobile (SEDh) est une maladie génétique du collagène à l’origine d’un tableau asthéno-algique chronique typique.
Objectif : Évaluer l’efficacité d’une prise en charge ostéopathique sur les critères chroniques de fatigue et douleur chez les patients diagnostiqués SEDh.
Méthodes : Étude expérimentale contrôlée, randomisée réalisée sur 73 patients répartis aléatoirement en deux groupes, (traité n = 36) et témoin (n = 37). Deux consultations ostéopathiques ont été effectuées. La fatigue et la douleur ont été évaluées respectivement par l’échelle de Piper et l’inventaire Multidimensionnel de la Douleur.
Résultats : Chez les patients traités, l’amélioration moyenne est de 47,1 % pour la fatigue (p < 0,001) et de 39,9 % pour la douleur (p < 0,001). Pour les patients témoins, les scores de fatigue ne varient pas significativement et la douleur est augmentée (p = 0,004).
Conclusion : Ce bénéfice à court terme d’une prise en charge ostéopathique sur la fatigue de la douleur dans le SEdh est à confirmer par des études à long terme.<
Mots-clés : Syndrome d’Ehlers-Danlos, Ostéopathie, Douleur chronique, Fatigue

Livres

Modèles biostatistiques pour l’épidémiologie
Daniel Commenges
De Boeck Université

Cet ouvrage fait le point sur les méthodes disponibles à ce jour pour analyser les données longitudinales. Les principaux résultats de l’inférence statistique et les principaux modèles de régression sont rappelés. Le reste du livre se concentre sur les modèles pour données longitudinales au sens large, c’est-à-dire mesures répétées de variables quantitatives ou qualitatives et histoire d’événements. L’ouvrage est accompagné par le développement d’un ensemble de logiciels R. Il s’agit d’un livre collectif, fruit de l’expérience de recherche et d’enseignement d’une équipe dont les membres ont travaillé ensemble depuis des années. Grâce à cette expérience commune des neuf auteurs, le livre est homogène à la fois dans la vision générale et dans les notations.

Recherche biographique et clinique narrative Entendre et écouter le Sujet contemporain Christophe Niewiadomski
Editions Erès

À partir de la seconde moitié du XXe siècle, l’individualisme réflexif, processus caractéris­tique des sociétés postindustrielles, va progressivement pousser le Sujet contemporain à re­chercher en lui-même les ressorts de son action et les principes de sa conduite. En quelques décennies, s’est ainsi développée l’idée selon laquelle les individus, du fait même de leur activité réflexive et interprétative, étaient susceptibles de devenir les « entrepreneurs » de leur propre existence.
Si cette transformation génère un sentiment accru d’autonomie et de liberté, l’incorpora­tion massive de l’injonction à être soi peut également conduire à l’épuisement dû à l’obliga­tion de composer en permanence avec les motifs et valeurs susceptibles de donner signifi­cation à sa propre existence. Dans ce contexte très particulier, se développent aujourd’hui des pratiques de recherche et d’intervention, regroupées ici sous l’intitulé « recherche bio­graphique », qui inscrivent le récit du Sujet contemporain au coeur de leurs préoccupations. Christophe Niewiadomski précise ici la place de la recherche biographique et explore les perspectives offertes par une « clinique narrative » dans le champ des sciences humaines et sociales. Il décrit dans le détail les effets et les enjeux de cette approche dans des contextes d’interventions cliniques pluriels tels que la santé, la formation des adultes et le travail social.


Summary


Foreword, Robert Meslé

Treatment of major cranio-maxillo-facial syndromes in pediatric osteopathy

Dr Roselyne Lalauze-Pol, PhD en neurosciences, Ostéopathe
Thèse doctorale soutenu le 16 décembre 2020
http://www.theses.fr/2020UPSLP059
École doctorale EPHE - Université PSL

Abstract
The management of craniofacial syndromes is classically ensured by a team of maxillofacial surgeons, specialized surgeons and orthodontists. The integration of an osteopath in a paediatric maxillofacial and plastic surgery department for almost twenty years has extended the field of application of paediatric osteopathy. The creation of the FACE analysis software capable of analysing the child’s face, anonymising it with thermal images, has permitted us to evaluate the facial growth of a cohort of 312 eumorphic children (106 girls, 206 boys) between 1 month and 7 years of age. Secondly, the software analysis enabled us to quantify the results obtained by osteopathic practice and to answer in part our initial question : is it possible to compensate very early for growth deficits in the major maxillofacial syndromes ? The quantified reduction of growth deficits in children presenting a syndromic dysmorphosis, induced by osteopathic treatment, seems to us to be of a mechanotransductive character and that consequently this treatment seems to participate in the epigenetic modifications during development. The positive results of this early treatment of these young patients encourage us to continue this type of treatment. Further clinical studies and a new field of fundamental research are still to be conducted to shed light on the clinical elements of our paediatric osteopathic treatment approach.

From the emotional brain to osteopathic treatment. Neurological bases

Vélu P, Gironce L, Ohayon C, Rodriguez M, Valette P, Villalon L. La Revue de l’Ostéopathie. 2021 ;27:29-38.

Abstract
In order to understand how osteopathic treatment of anxiety works and to be able to propose a therapeutic trial protocol, we needed to identify, in the emotional brain, the neurological network involved in fear and the complex processes leading to anxiety. We can then conceive the interest of an empathic patient’s Care and treatment of chronic pain in order to inhibit stimuli causing fear and anxiety. We could act onto the somatic reaction and coding in the amygdala, the main sub-cortical structure involved in generating fear, through treatment of non-integrated archaic reflexes as Moro and fear-paralysis reflexes. Osteopathy is said to be efficient on the vegetative nervous system and hormonal system through visceral and cranio-sacral techniques. Osteopathic treatment of the face could have an effect on bruxism and face tensions explaining facial retroaction. A randomised therapeutic trial is currently ongoing in order to investigate the efficiency of osteopathic care on patients with anxiety disorders.
Keywords : Anxiety Disorders, Fear, Autonomic Nervous System, Placebos, Osteopathic Medicine

Impact of osteopathic care on the chronic pain-fatigue presentation in Hypermobile Ehlers-Danlos Syndrome. A randomised, controlled study

Martinho M, Ristord M, Phuong CH. Impact of osteopathic care on the chronic pain-fatigue presentation in Hypermobile Ehlers-Danlos Syndrome. A randomised, controlled study. La Revue de l’Ostéopathie.2021 ;27:5-14.

Abstract
Introduction : The Hypermobile Ehlers-Danlos Syndrome (hEDS) is a genetic connective tissue disorder causing a typical range of symptoms.
Aim : To assess the efficiency of osteopathic care onto chronic symptoms as pain and fatigue in patients presenting with a diagnosis of hEDS.
Methods : a randomised, controlled experimental study realised on 73 patients. These were randomised in two groups : treatment (n=36) and control (n=37). Two osteopathic treatments were applied. Fatigue and pain were measured using respectively the Piper scale and the Multidimensional Pain inventory (MPI).
Results : For the treatment group, the mean improvement was 47.1% for fatigue (p<0.001) and 39.9% for Pain (p<0.001). In the control group, Fatigue scores were stable and Pain increased (p=0.004).
Conclusion : This short-term efficiency of Osteopathic Care on the management of Pain and fatigue in hEDS patients has to be confirmed through long-term studies.
Keywords : Ehlers-Danlos Syndrome, Osteopathic Medicine, Chronic Pain, Fatigue

From the emotional brain to osteopathic treatment. Neurological bases

Vélu P, Gironce L, Ohayon C, Rodriguez M, Valette P, Villalon L. From the emotional brain to osteopathic treatment. Neurological bases. La Revue de l’Ostéopathie. 2021 ;27:29-38.

Abstract
In order to understand how osteopathic treatment of anxiety works and to be able to propose a therapeutic trial protocol, we needed to identify, in the emotional brain, the neurological network involved in fear and the complex processes leading to anxiety. We can then conceive the interest of an empathic patient’s Care and treatment of chronic pain in order to inhibit stimuli causing fear and anxiety. We could act onto the somatic reaction and coding in the amygdala, the main sub-cortical structure involved in generating fear, through treatment of non-integrated archaic reflexes as Moro and fear-paralysis reflexes. Osteopathy is said to be efficient on the vegetative nervous system and hormonal system through visceral and cranio-sacral techniques. Osteopathic treatment of the face could have an effect on bruxism and face tensions explaining facial retroaction. A randomised therapeutic trial is currently ongoing in order to investigate the efficiency of osteopathic care on patients with anxiety disorders
Keywords : Anxiety Disorders, Fear, Autonomic Nervous System, Placebos, Osteopathic Medicine.


Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Statistiques du site | Visiteurs : 7 / 701969

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Revues  Suivre la vie du site La Revue de l’Ostéopathie   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License