La biblioboutik de l’ostéo4pattes-SDO
Recherchez dans le Site :

Influence de la manoeuvre cardio-dynamogénique sur les lourdeurs des jambes

Davy Caroline - Mémoire en vue de l’obtention du diplôme en Ostéopathie
 
mercredi 20 octobre 2021 par Caroline DAVY

Davy Caroline - Influence de la manoeuvre cardio-dynamogénique sur les lourdeurs des jambes  :


Maîtres de mémoire :

  • Andreani Philippe, Ostéopathe D.O. mROF

Mémoire soutenu le 25 juin 2004 à Lyon (69)

Mémoire en vue de l’obtention du Diplôme en Ostéopathie soutenu publiquement devant un jury national à ISO Lyon, le 25 juin 2004 avec les félicitations du jury. Maître de Mémoire : ANDREANI Philippe



RÉSUMÉ


Les "lourdeurs de jambes" représentent une plainte très fréquente de nos jours en cabinet, surtout de la part des femmes de plus de 25 ans. Il s’agit du signe fonctionnel le plus spécifique de l’insuffisance veineuse superficielle (IVS), exacerbée par la chaleur, le piétinement et le contexte hormonal (syndrome prémenstruel, grossesse, ...).
La manœuvre cardio-dynamogénique, décrite et pratiquée par Thure BRANDT et STAPFER à l’origine, consiste en un massage abdominal à visée circulatoire. Cette manœuvre, a-t-elle un impact à distance ?
Le mémoire propose de répondre à cette interrogation en testant et analysant les effets de la manœuvre cardio-dynamogénique sur les "lourdeurs de jambes" chez 20 patients.
Une seule consultation a lieu, au cours de laquelle nous remplissons un questionnaire type, identique pour tous les patients, et nous réalisons la technique. L’influence de la manœuvre cardio-dynamogénique est appréhendée grâce à une Échelle Visuelle Analogique, utilisée lors de la séance et de deux entretiens téléphoniques.
Après cette manœuvre, les patients notent un soulagement général que nous tentons d’analyser, le plus objectivement possible, et d’interpréter, à l’aide des connaissances actuelles.



ABSTRACT


Leg heaviness has become a common problem, mostly prevalent among women over twenty-five. It is the most specific sign of superficial venous insufficiency, and can be aggravated by heat, lack of exercise, and hormonal changes (i.e. premenstrual syndrome, pregnancy, etc.).
The cardiodynamogenic manoeuvre, a treatment originally used and describe by Thure BRADT and STAPFER, is an abdomiinal massage that stimulates blood circulation. Can such a massage prove successful for leg pain ?
This thesis seeks to answer this question by performing the cardiodynamogeni manoeuvre and analysing its effects on 20 patients suffering from leg heaviness.
Once the technique was performed, the patient was asked to fill a questionnaire, all of which was done during a single session. The effectiveness of the technique was accessed using a Visual Analog Scale (VAS) during the treatment session and two additional phone interviews.
By the end of the study, patients said the experienced a general improvement in pain. Remaining as objective as possible, we shall carry out an analysis and give an interpretation of the results, based on the actual state of knowledge on the subject.


INTRODUCTION


L’idée de ce mémoire est née à la suite de l’utilisation de la manœuvre cardiodynamogénique, dans des traitements ostéopathiques classiques, chez des patients se plaignant d’une « mauvaise circulation » (au niveau des membres inférieurs) et avoir constaté des effets bénéfiques.

Nous avons choisi de travailler sur cette manœuvre, enseignée par Monsieur J. PEYRIERE (D.O.), comme une technique viscérale globale et à visée circulatoire générale. Peu d’écrits existent sur cette manœuvre, hormis le mémoire « La grande manœuvre cardio-dynamogénique : réhabilitation ostéopathique », écrit par BIDOLET C. en 1992. Nous tenterons d’énoncer les explications, les plus récentes, du mode d’action de cette technique.

Pour rendre notre idée de départ quantifiable traduisons l’expression « mauvaise circulation » par le terme médical exact : l’insuffisance veineuse superficielle (IVS). L’IVS revêt de nombreux aspects et présente une classification nouvelle d’un congrès à l’autre. Ainsi, après quelques tergiversations, le protocole s’est organisé autour du critère le plus spécifique de l’IVS, actuellement, à savoir : les « lourdeurs de jambes ». De cette façon, il s’agit d’un signe fonctionnel de l’IVS et nous sommes dans le champ de l’ostéopathie, puisque rappelons-le, « l’ostéopathie ne propose pas de guérir des pathologies dégénératives, génétiques, infectieuses ou néoplasiques. En revanche, elle peut avoir une action sur les conséquences de ces pathologies (en particulier : la douleur) et peut aider l’organisme à combattre plus facilement la maladie ».

Conformément aux principes de Andrew Taylor Still (1828–1917), cités ci-après, il est question, ici, plus que jamais de relation structure-fonction, d’autorégulation du corps et de règle de l’artère.

Principes de Still :

- le mouvement est l’expression de la vie
- la structure gouverne la fonction (interdépendance)
- l’unité du corps (notion de globalité)
- l’auto guérison (auto défense, auto régulation)
- la loi de l’artère

La loi de l’artère paraît avoir un rôle majeur car la circulation est au cœur de notre étude et Still disait : « la libre circulation du sang est indispensable pour éviter la stase et l’accumulation de toxines » et « la fluctuation des liquides organiques est fondamentale afin d’établir une homéostasie dans l’ensemble du corps ».

Dans les pages suivantes, nous présentons notre sujet : L’influence de la manœuvre cardio-dynamogénique sur les « lourdeurs de jambes » en abordant le versant médical des « lourdeurs de jambes », les rappels anatomiques et physiologiques utiles (sur l’abdomen, les membres inférieurs et la circulation), et la description de la technique abdominale. Plus loin, nous rendons compte de l’expérimentation : sa mise en place, les résultats obtenus (illustrés avec des tableaux et des graphiques) et leur analyse, et émettons des hypothèses sur les observations marquantes.

4. La manœuvre cardiodynamogénique

4.1 Historique de l’observation des effets cardio-dynamogéniques

Thure Brandt (1819-1895)

Docteur Thure BRANDT, physiologiste suédois, de la fin du XIXe siècle, fut le premier à élaborer un massage abdomino-pelvien en gynécologie (surtout en post-partum et pour les affections du petit bassin chez la femme).
N.B. : Le terme de « gymnastique » était employé car l’équivalent du mot massage n’existe pas en langue scandinave.

Horace Stapfer (1848-1913), ancien chef de clinique obstétricale et gynécologique à la faculté de Paris, chargé de mission en Suède (1891) pour l'étude du système de Brandt

Docteur STAPFER, chef de clinique obstétricale français, continue sur les pas de BRANDT et, au travers de nombreux travaux, avance l’idée d’un réflexe dynamogène comme explication aux effets de cette manœuvre. Il évitera ainsi l’épreuve de la chirurgie, ô combien dévastatrice en ces temps-là, à de nombreuses femmes.

ROMANO, en 1895, effectue une thèse sur les effets cardio-vasculaires. Expérimentation animale à l’appui, il démontrera :

- l’existence d’une contraction du réseau vasculaire mésentérique et la contraction simultanée de l’appareil circulatoire entier (cœur et périphérie) durant la réalisation du massage
- la dilatation de l’appareil circulatoire dans son ensemble en fin de technique, puis une accélération significative du rythme cardiaque

La collaboration de ROMANO et STAPFER débouche sur diverses affirmations à propos de cette technique :

- c’est un « tonique cardio-vasculaire »
- elle permet la destruction de microbes et de toxines
- elle entraîne la régulation de la température corporelle
- elle provoque la fabrication de globules rouges

Ainsi, les effets mécaniques sont secondaires et cèdent le pas aux réflexes.

HUCHARD, membre de l’Académie de médecine, admet en 1898 l’existence du réflexe dynamogène de STAPFER (retentissement du massage sur le cœur) et énonce deux lois :

- la circulation abdominale locale tient sous sa dépendance l’intégrité de la circulation générale
- en restaurant la circulation abdominale, on restaure la circulation générale.

Pour l’époque, l’adage : « des petits moyens étant suivis de grands résultats » suffit à démontrer cette action réflexe.

4.2 Description de la technique

4.2.1 Position du patient

- le patient est en décubitus dorsal
- ses membres inférieurs sont :
 1er temps : allongés
 2e temps : en triple flexion
- la tête est légèrement surélevée
- possibilité de déclive de la table pour aider au retour veineux

4.2.2 Position du praticien

Le praticien se trouve à la tête du patient légèrement décalé d’un côté pour disposer d’une certaine aisance des bras pour travailler l’abdomen du patient.
Les mains sont à plat sur l’abdomen avec les deux bords cubitaux circonscrivant la région péri-ombilicale et les doigts en direction de la symphyse pubienne.

4.2.3 Exécution de la technique

Elle se déroule en deux temps : la petite et la grande

4.2.3.1 1er temps : La petite manœuvre

Il s’agit d’un massage superficiel pour préparer l’abdomen à une technique viscérale en créant un appel sanguin à ce niveau.
Le praticien réalise une série de pronations — supinations de ces deux mains sans tenir compte de la respiration du sujet. Il déprime légèrement les tissus avec l’intention de « décoller » le plan cutané.

Ce premier temps dure une minute et crée :

- une vasodilatation superficielle de l’intestin grêle
- une vasoconstriction des vaisseaux profonds de l’abdomen

4.2.3.2 2e temps : La grande manœuvre

Elle se réalise en deux temps, en correspondance avec la respiration thoracique. Elle comporte plusieurs séries espacées de temps de repos puisque l’effet cardio-dynamogénique recherché est un réflexe.
Le patient plie ses membres inférieurs en triple flexion et adopte une respiration plus ample que la normale. Il veille à ne pas contracter ses abdominaux en soufflant pour obtenir un simple temps expiratoire de relâchement.
La position de départ du thérapeute reste identique.

Début de la grande manœuvre : sur une expiration du sujet le praticien accompagne toute la masse viscérale en direction caudale. En fin d’expiration, il effectue une supination de ces deux mains comme pour prendre le sac péritonéal en « cuillère ». Il demande une inspiration au patient et remonte la masse abdominale jusqu’en position sous diaphragmatique en s’aidant de vibrations et de mouvements de latéralité.

Sans jamais perdre la pression de ces mains avec l’abdomen, il s’apprête à accompagner de nouveau toute la masse grêle vers la symphyse en demandant au patient de souffler.
Il répète cet exercice sur plusieurs cycles respiratoires durant une à deux minutes et veille à relâcher sur une inspiration.
Le patient se repose une minute avant de recommencer cette grande manœuvre. Une déclive de la table de pratique de 10 degrés est suggérée pour faciliter le retour veineux Réalisation de ce massage trois ou quatre fois, en augmentant la déclive de 10 degrés à chaque série si cette option a été choisie.

La grande manœuvre provoque les effets inverses de la petite manœuvre sur la circulation :

- une vasoconstriction des vaisseaux périphériques
- une vasodilatation des vaisseaux profonds

4.2.4 Vérifications ostéopathiques à réaliser avant technique

- coupoles diaphragmatiques
- orifices de la base du crâne
- capacité inspiratoire
- tester et traiter les dysfonctions hépatiques

4.2.5 Les contre-indications

- Absolues : toutes les pathologies cardiaques organiques du fait de l’action directe de la manoeuvre cardio-dynamogénique sur le muscle cardiaque.

- Relatives :

 - Durant les trois premiers mois de grossesse
 - Une asthénie trop intense
 - Hypertension artérielle
 - Insuffisance respiratoire
 - En post-prandial : présence d’une quantité trop importante de sang au niveau abdominal
 - Hernie hiatale

4.2.6 Précautions

- prise des pouls avant et après la technique
- prise de la tension artérielle avant la réalisation de la technique
- dépistage d’un anévrysme aortique abdominal grâce à :
 - la palpation de l’abdomen à la recherche d’une masse battante et expansive, habituellement indolore, médiane ou légèrement latéralisée à gauche
 - l’auscultation de l’aorte abdominale à la recherche d’un souffle aortique
 - la recherche d’une inégalité des pouls fémoraux (signe inconstant)

Si ce dépistage s’avère positif, la mise en place de la technique est contre indiquée et nécessite la réalisation d’examen complémentaire, car il correspond dans l’immense majorité des cas à un anévrysme de diamètre supérieur à 4 cm (échographie, tomodensitométrie).

- observation du patient avec attention, tout au long de la technique, pour prévenir toute réaction neurovégétative à type : sueur, pâleur, malaise etc.
- laisser le patient allongé quelques minutes après le massage et l’aider à se relever doucement pour éviter les symptômes d’hypotension orthostatique : vertiges, perte visuelle allant jusqu’à la cécité momentanée, lipothymie, chute voire syncope

4.2.7 Principes de la technique

La manœuvre a un impact circulatoire par effets réflexe et mécanique.
Elle relance la circulation de retour au niveau de la sphère abdominale favorisant le retour veineux de la région sous-diaphragmatique. Ce drainage du sang veineux se fait par les grandes voies principales de retour vers le cœur.
Elle permet de « décharger » les circuits liés aux nombreuses anastomoses veineuses (circuit de dérivation).

4.2.8 Mécanismes physiologiques de la manoeuvre

Cette manœuvre a une action à tous les niveaux du réseau circulatoire : artères, artérioles, shunts artério-veineux, métartérioles, veinules, veines, lymphatiques.

- Les capillaires réagissent par un comportement passif par gradient de pression
- Les métartérioles réagissent par un comportement actif dû aux tensions musculaires de leur paroi. À ce niveau, le rôle physiologique de la technique est accentué par les vibrations pour améliorer la tonicité de leur paroi. Par ces vibrations, une information parvient aux récepteurs a de leur paroi qui se comportent comme des récepteurs de type tendineux. Leur stimulation entraîne une contraction et relance la pompe.
- Le shunt est un système de dérivation de secours


SOMMAIRE


INTRODUCTION
1ère partie : Présentation
1. Les jambes lourdes

  • 1.1 Définition
  • 1.2 Étiologie, épidémiologie
  • 1.3 Clinique
  • 1.4 Diagnostic
  • 1.5 Traitements classiques
    • 1.5.1 Contention élastique
    • 1.5.2 Kinésithérapie, drainage lymphatique
    • 1.5.3 Veinotoniques
    • 1.5.4 Chirurgie et sclérothérapie

2. Rappels anatomiques

  • 2.1 Anatomie topographique de l’abdomen
    • 2.1.1 Les parois de l’abdomen
      • 2.1.1.1 La paroi supérieure
      • 2.1.1.2 La paroi antéro-latérale
    • 2.1.2 La cavité abdominale
      • 2.1.2.1 L’étage sus-mésocolique
      • 2.1.2.2 L’étage sous-mésocolique
  • 2.2 Anatomie de l’appareil circulatoire
    • 2.2.1 Généralités
      • 2.2.1.1 Circulation sanguine
      • 2.2.1.2 Système porte
      • 2.2.1.3 Le système lymphatique
    • 2.2.2 Vascularisation de l’abdomen
      • 2.2.2.1 Les artères
      • 2.2.2.2 Les veines
    • 2.2.3 Vascularisation des membres inférieurs
      • 2.2.3.1 Les artères
      • 2.2.3.2 Les voies lymphatiques
      • 2.2.3.3 Les veines

3. Rappels physiologiques et physiopathologiques

  • 3.1 Physiologie veineuse
    • 3.1.1 Pompe veineuse musculaire
    • 3.1.2 La pompe cardio-respiratoire
  • 3.2 Histologie et ultrastructure
  • 3.3 Notions physiopathologiques
  • 3.4 Système nerveux autonome ou végétatif

4. La manœuvre cardio-dynamogénique

  • 4.1 Historique des effets cardio-dynamogéniques
  • 4.2 Description de la technique
    • 4.2.1 Position du patient
    • 4.2.2 Position du praticien
    • 4.2.3 Exécution de la technique
      • 4.2.3.1 1er temps : La petite manœuvre
      • 4.2.3.2 2ème temps : La grande manœuvre
    • 4.2.4 Vérifications ostéopathiques avant technique
    • 4.2.5 Les contre-indications
    • 4.2.6 Précautions
    • 4.2.7 Principes de la technique
    • 4.2.8 Mécanismes physiologiques de la manœuvre

2ème partie : Développement
1. Protocole

  • 1.1 But et objectifs du protocole
  • 1.2 Sélection des patients
    • 1.2.1 Pool de patients
    • 1.2.2 Choix des patients
  • 1.3 Modalités du protocole
    • 1.3.1 Méthode
    • 1.3.2 Déroulement des consultations
    • 1.3.3 Entretiens téléphoniques
  • 1.4 Questionnaire type
  • 1.5 Cas cliniques
    • 1.5.1 Sélection des patients
    • 1.5.2 Détail de trois patients

2. Synthèse

  • 2.1 Compilation des résultats
    • 2.1.1 Tableaux
    • 2.1.2 Graphiques
  • 2.2 Analyse et discussion

Conclusion

Bibliographie


MÉMOIRE en PDF


Influence de la manoeuvre cardio-dynamogénique sur les lourdeurs des jambes
Davy Caroline

L’Ostéo4pattes-Site de l’Ostéopathie remercie Davy Caroline et de l’avoir autorisé à publier ce mémoire.


Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Statistiques du site | Visiteurs : 17 / 583137

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Livres, Mémoires & Thèses  Suivre la vie du site Mémoires & Thèses   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.11 + AHUNTSIC

Creative Commons License