La biblioboutik de l’ostéo4pattes-SDO
Recherchez dans le Site :

La motilité en ostéopathie

samedi 31 octobre 2020 par Alain Auberville, Andrée Aubin

Nouveau concept basé sur l’embryologie

176 pages - Format : 170 x 240 mm - ISBN : 978-2-294-74592-8 - Prix : 65,00

Descriptif

 La motilité, associée à la présence de la vitalité dans les tissus du corps humain, est un concept de base en ostéopathie. Ce livre propose une définition simple et systématique de la motilité basée sur les déplacements de toutes les structures du corps pendant la période de l’embryogénèse. Ces mouvements initiaux, intrinsèques à l’énergie des tissus, répondent à l’essence de la définition de la motilité et, à ce titre, sont une composante essentielle du mouvement normal des tissus du corps. L’ostéopathe peut utiliser ces notions fondamentales dans ses interventions cliniques afin d’enrichir son arsenal thérapeutique et d’approfondir sa compréhension des fondements de l’ostéopathie et du fonctionnement de l’humain.

Illustré de façon originale, ce livre présente un nouveau modèle de pratique qui a été conçu par Alain Auberville à la suite de 30 ans d’expérimentations et de transmission par l’enseignement. Mis en texte par Andrée Aubin, ce modèle a été relié aux concepts ostéopathiques classiques afin de faciliter son intégration dans la pratique clinique quotidienne.

Les auteurs

Alain Auberville est ostéopathe clinicien, cofondateur d’Eurostéo et de l’Institut supérieur d’ostéopathie (Aix-en-Provence), professeur invité au Centre ostéopathique du Québec pendant plusieurs années et conférencier apprécié dans plusieurs institutions.

Andrée Aubin est ostéopathe clinicienne, directrice générale et enseignante au Centre ostéopa-thique du Québec (Montréal). Son champ de spécialité est la pédagogie de l’ostéopathie. Elle est régulièrement invitée comme conférencière dans diverses institutions.

Préface

Ce travail a pris naissance en 1984-1985 alors que j’étais nouvellement certifié en ostéopathie et étudiant à la Société Française d’Enseignement et de Recherche en Énergétique (SFERE). Alain Ripert, ostéopathe et enseignant à la SFERE, nous avait fait part de ses interrogations sur les relations possibles entre la médecine chinoise et l’embryologie, relations fondées sur la chronologie et la circulation de l’énergie vitale.
La médecine chinoise décrit, entre autres, la circulation de l’énergie, donc son mouvement et, justement, le mouvement est à la base du concept de l’ostéopathie. Pendant l’embryogenèse, presque toutes les structures qui vont constituer l’embryon vont migrer, grâce à de l’énergie ! J’espérais trouver de nouveaux outils ostéopathiques me permettant d’intégrer les principes de la médecine chinoise dans ma pratique clinique. Nous retrouvons dans l’embryologie le mouvement et l’énergie.
Ma curiosité a été attirée par tous les mouvements qui se produisent pendant l’embryogenèse ; c’est l’embryocinèse qui décrit les migrations et la prolifération des cellules formant toutes les structures du corps selon une chronologie immuable.
Le système digestif a été le premier pour lequel j’ai développé de nouveaux tests et techniques découlant de l’embryocinèse. Je les ai utilisés sur des milliers de cas, profitant des contextes cliniques variés présentés par ma patientèle, en particulier lorsque les techniques ostéopathiques traditionnelles ne donnaient pas les résultats attendus. Cette pratique intensive m’a permis de constater qu’il était souvent possible de normaliser les dysfonctions plus rapidement et plus efficacement avec les techniques de motilité. De plus, les dysfonctions de mobilité disparaissaient fréquemment suite au seul traitement de motilité, donnant à penser qu’elles n’étaient qu’adaptatives et que la motilité pouvait dans de nombreux cas être considérée comme primaire sur la mobilité.

La SFERE possédait un appareil évaluant les différences de potentiel électrique au niveau des points d’acupuncture. Nous avons pu vérifier de façon objective les changements positifs après le travail de motilité, m’encourageant à poursuivre dans cette voie.
L’enseignement de l’ostéopathie viscérale à la SFERE puis dans des écoles d’ostéopathie en Europe et en Amérique du Nord a permis le développement de ce concept et de le façonner par la transmission aux élèves ostéopathes grâce à leurs remises en question continuelles en cours.
L’application du concept de motilité à partir du support embryologique s’est ensuite étendue aux systèmes urogénital et cardiopulmonaire avec des résultats aussi intéressants.
À cette époque, les résultats variables obtenus par les techniques classiques de traitement du diaphragme m’ont amené à me poser plusieurs questions. Pourquoi certaines dysfonctions affectant le diaphragme réagissaient très rapidement aux techniques de décompression de la symphyse sphénobasilaire — laissant supposer une action neurologique sur le centre pneumotaxique, tant l’effet était rapide —, alors que d’autres restrictions diaphragmatiques ne répondaient pas du tout aux mêmes manœuvres ? Comment intervenir directement sur les centres supérieurs ? Étaient-ils responsables de la persistance de telles dysfonctions ?

Vers la fin des années quatre-vingt, cette question m’a amené à appliquer aux systèmes nerveux autonome et central le concept de motilité énergétique. Les mouvements embryologiques très importants des plicatures mésencéphalique et pontique ont été mon premier objet de réflexion. Ce travail sur la sphère neurologique m’a permis d’élargir mon champ de pratique ostéopathique à de nouveaux motifs de consultation et d’améliorer les résultats sur plusieurs motifs déjà connus.
L’application de ces techniques dites « neuro » m’a procuré la plus grande satisfaction en parvenant à lever les blocages occasionnant des algoneurodystrophies réflexes chez des patients souffrant de cette affection douloureuse et invalidante et ayant peu de ressources thérapeutiques efficaces. Le soulagement et la rapidité de récupération qu’ils montraient après l’application du traitement des pertes de motilité neurologique ont été une surprise, autant pour eux que pour moi ! Certains patients ont pu voir leur os se reminéraliser suite au traitement, ce qui m’a amené à repenser que la frontière entre la structure et la fonction est certainement plus mince que les définitions peuvent le laisser croire. Le champ de l’ostéopathie m’est apparu encore plus vaste.

Il me restait encore des interrogations de longue date à résoudre concernant le sacrum : pourquoi le mouvement ressenti à son niveau m’apparaissait-il comme beaucoup plus ample que le mouvement prévu par la théorie qui le décrit simplement comme le reflet du mouvement crânien ? Comment expliquer la contradiction mécanique utilisée pour l’explication classique du whiplash ostéopathique ? L’embryologie m’a fourni la réponse par l’étude des 3e et 4e semaines de développement, montrant le très grand mouvement qui anime la partie caudale du corps à cette période, nommée dans ce travail l’enroulement caudal. Si le mouvement de fermeture caudale était perceptible et procurait des clés thérapeutiques, il devait bien en être de même pour le mouvement qui permet à l’embryon de mettre en place sa partie supérieure, l’enroulement thoracique ? Ainsi est née l’idée de l’enroulement thoraco-caudal au début des années quatre-vingt-dix, qui s’est peaufinée au rythme de l’expérimentation clinique et de la réflexion théorique.
Le travail énergétique s’est élaboré progressivement dans mon esprit et dans ma pratique en un système cohérent dont la mise en application suit un protocole et une chronologie sous-tendus par les étapes du développement de l’être humain et des voies d’information qui le maintiennent en état de santé. Ce système peut sembler à première vue distinct de l’ostéopathie dite traditionnelle, cependant il respecte intégralement le concept ostéopathique de mouvement et ses principes fondateurs, lesquels ne demandent qu’à être interrogés et approfondis pour en livrer toute leur substance.
Ce travail a trouvé son sens progressivement au travers des expérimentations cliniques, des échanges avec quelques confrères passionnés et, surtout, par les retours positifs des patients ayant recouvré leur état de santé. L’histoire de certains d’entre eux sera brièvement évoquée dans le chapitre sur le protocole d’intervention afin d’illustrer les effets possibles de l’approche proposée. Ce sont mes patients qui m’ont le plus appris et leur confiance renouvelée est la plus belle des récompenses.
Je vous souhaite la même joie que la mienne dans l’étude de ce travail.

Alain Auberville

Avant-propos

J’ai rencontré le travail de motilité fondée sur le modèle embryologique d’Alain Auberville il y a près de quinze ans, alors que j’étais jeune directrice d’une école de formation en ostéopathie à Montréal, le Centre ostéopathique du Québec. Son travail clinique, consciencieux et intégrateur des principes ostéopathiques, m’a semblé suffisamment intéressant pour l’introduire rapidement au sein du programme de notre école. Des cours annuels ont été organisés et ont permis de mieux connaître ce travail et son évolution.
L’apprentissage personnel de ces techniques ne s’est pas fait sans mal ni sans efforts soutenus. Que le lecteur soit averti : sous des rapports simples, le raffinement nécessaire pour extraire la pleine puissance des techniques de motilité est sans fin et s’acquiert avec un travail minutieux, délibéré et prolongé. L’intégration de ces techniques dans la pratique clinique doit se faire systématiquement, en gardant des points de repères connus afin d’apprécier progressivement leur intérêt et leur efficacité. Cet apprentissage est bien différent de celui d’Alain, qui a été progressif et expérimental, introduisant technique par technique dans sa clinique et dans sa pensée, pour former ce concept général.

Il n’est pas chose facile, sans renier la tradition, de faire évoluer un domaine de connaissances comme l’ostéopathie et de reconnaître les véritables occasions d’innover. À mon sens, plus encore que seulement des nouvelles techniques à ajouter à un arsenal thérapeutique, le concept de motilité d’origine embryologique vient enrichir la vision même de ce qu’est l’ostéopathie, en permettant de comprendre autrement les liens entre structure et fonction. Ce concept permet aussi de mieux concevoir les liens profonds entre l’organisation humaine et la santé physique, psychique et émotionnelle tout en assurant la mise en place d’interventions cliniques qui sont absolument respectueuses de l’intégrité des patients par l’établissement d’un dialogue presque incroyable entre les mains de l’ostéopathe et les tissus du patient.

Le travail d’Alain me semble tellement porteur d’avenir pour l’ostéopathie qu’à mon sens il ne devait pas demeurer confidentiel, mais bien offert au plus grand nombre d’ostéopathes cliniciens, de formateurs et de décideurs par une large diffusion comme la publication d’un livre semble pouvoir le permettre. Ma contribution à la conception et à la rédaction de cet ouvrage est l’objet d’une grande fierté dans mon parcours ostéopathique et je remercie Alain de la confiance qu’il a placée en moi pour la réalisation de ce projet.

En terminant, je voudrais remercier aussi François Goulet, qui s’est prêté au jeu de la photographie, et Renée Othot, illustratrice, qui a accepté de participer à ce projet avec une grande générosité et sans doute un peu d’inconscience car les embûches ont été nombreuses — mais surmontées, je le crois ! — dans la réalisation des illustrations qui enrichissent le propos de ce livre destiné essentiellement à la clinique.

Je souhaite que ce livre soit utile à la réflexion et à l’avancement thérapeutique de tous ses lecteurs.
Andrée Aubin

Introduction

Le travail que nous vous présentons aujourd’hui a été développé par Alain Auberville pendant de longues années d’élaboration et d’expérimentation. Ce travail est essentiellement issu de la pratique clinique et a réussi à prouver sa valeur thérapeutique depuis plusieurs années. En effet, les techniques reposant sur l’énergie d’origine embryologique ont réussi à soulager des centaines de personnes qui n’avaient pas trouvé une solution aussi efficace ou aussi durable dans les autres démarches qu’elles avaient effectuées auparavant.
Bien que tout à fait différente des autres tests et techniques classiques en ostéopathie, cette thérapeutique respecte profondément les principes ostéopathiques en les réinterprétant et en poussant plus loin leurs possibilités. Les tests et les techniques énergétiques ou de motilité d’origine embryologique complètent l’arsenal de l’ostéopathe en lui fournissant un moyen supplémentaire qui, une fois qu’il sera acquis, deviendra essentiel dans ses interventions cliniques. Plus encore, ce concept permet sans aucun doute de comprendre l’ostéopathie elle-même autrement.
Ce modèle de motilité a été enseigné pendant de nombreuses années en suscitant étonnement et enthousiasme chez les étudiants et les ostéopathes qui y ont été initiés. Ce sont eux qui ont demandé, depuis plusieurs années, une synthèse écrite afin de pouvoir approfondir leurs apprentissages. Le temps est maintenant venu de le leur offrir.

Dans l’élaboration de ce livre, nous avons limité volontairement le nombre de schémas de base en embryologie car le but n’est pas de se substituer au travail des embryologistes ou de reprendre toute l’embryologie. Nous encourageons les lecteurs à consulter les livres de référence dans ce domaine pour approfondir et compléter les informations proposées ici. Parce que ces livres n’insistent pas toujours autant qu’il est utile de le faire pour ce travail sur les notions de mouvement et quand un élément pouvait sembler difficile à trouver, nous avons indiqué la référence précise dans le texte. De façon générale, nous avons plutôt choisi d’insister sur l’illustration des liens entre les mises en place embryologique et la situation finale des structures en les intégrant dans les illustrations techniques.
Les éléments d’anatomie, de physiologie ou les concepts ostéopathiques classiques, quand ils sont des données courantes dans la formation ostéopathique, ont été volontairement simplement énoncés ou ont été rappelés brièvement, mais, quand ils font appel à des notions plus pointues, ont été davantage explicités. Nous avons donc volontairement réservé nos propos aux considérations ostéopathiques reliées de près au modèle de motilité sans refaire les liens classiques ostéopathiques bien connus des praticiens auxquels ils ne se substituent pas.
Finalement, nous n’avons pas documenté toutes les propositions contenues dans ce travail par des références scientifiques, car ces propositions sont essentiellement issues de la pratique clinique et validées par elle. Nous laissons au lecteur la tâche d’expérimenter et de porter plus loin encore les considérations théoriques et les possibles de ces techniques et nous espérons qu’une recherche adéquate puisse questionner et améliorer le modèle proposé dans les années futures. À l’occasion, nous avons proposé au lecteur des références complémentaires de nature, nous l’espérons, à susciter des réflexions sur la place de l’ostéopathie, son rôle dans la préservation de la santé et des liens possibles avec les résultats de la recherche scientifique.
Nous souhaitons qu’à partir de cette contribution, cette thérapeutique se développe, qu’elle trouve des applications nouvelles et que ses bases théoriques soient approfondies. L’ostéopathie est une médecine aux possibilités incroyables ; nous souhaitons humblement avoir contribué à ouvrir un peu plus les horizons de ces possibles.
Alain Auberville Andrée Aubin 

Table des Matières

Les auteurs
Préface
Avant-propos
Introduction
Chapitre 1 - Considérations théoriques
 Champ de pratique et principes ostéopathiques de base
 Fonctionnement énergétique de l’organisme
 Modèle embryologique pour la motilité
 Considérations sur le modèle de Sutherland
 Autres travaux en ostéopathie ayant utilisé des bases théoriques relevant de l’embryologie
 Caractéristiques de la douleur en présence d’une perte de motilité
 Considérations pour l’apprentissage palpatoire
Chapitre 2 - Motilité d’origine embryologique
 Définitions de la flexion et de la dysfonction d’extension
 Types de dysfonctions de motilité
Évaluation des dysfonctions de motilité
 Normalisation des dysfonctions de motilité
Chapitre 3 - Enroulements thoracique et caudal
 Généralités embryologiques
Mouvement de motilité des enroulements thoracique et caudal et tests
 Dysfonctions de motilité des enroulements thoracique et caudal
 Normalisation des enroulements thoracique et caudal
 Mouvement de motilité des enroulements latéraux et test
 Dysfonction de motilité des enroulements latéraux
 Normalisation des enroulements latéraux
 Lien avec la médecine chinoise
 Considérations ostéopathiques

Chapitre 4 - Système nerveux
Généralités embryologiques
Première plicature du tube neural
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonctions de motilité - Normalisation - Considérations ostéopathiques
Troisième plicature du tube neural
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonctions de motilité - Normalisation - Considérations ostéopathiques - Considérations ostéopathiques pour le travail conjoint de la première et de la troisième plicatures
Composante parasympathique de la première plicature : expansion latérale
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonctions de motilité - Normalisation - Considérations ostéopathiques
Tente du cervelet
Noyaux du 4e ventricule et cervelet
Noyaux du 4e ventricule
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonctions de motilité - Normalisation
Cervelet
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonctions de motilité - Normalisation - Considérations ostéopathiques
Moelle allongée, moelle épinière, crête neurale et ganglions
Mouvement embryologique général de la moelle épinière
Moelle épinière
 Mouvement de motilité et test - Dysfonctions de motilité - Normalisation - Considérations ostéopathiques
Moelle allongée
 Mouvement de motilité et test - Dysfonction de motilité - Normalisation
Crête neurale et ganglions
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonctions de motilité - Normalisation - Considérations ostéopathiques
Plexus nerveux
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonctions de motilité - Normalisation - Considérations ostéopathiques
Système nerveux central : hémisphères cérébraux
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonctions de motilité - Normalisation - Considérations ostéopathiques - Pour aller plus loin

Chapitre 5 -Système neuro-psycho-endocrine-immunitaire
Système endocrinien
Hypophyse
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonctions de motilité - Normalisation - Considérations ostéopathiques
Épiphyse, ou glande pinéale
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonctions de motilité - Normalisation - Considérations ostéopathiques
Thyroïde
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonctions de motilité - Normalisation - Considérations ostéopathiques
Système immunitaire
Thymus
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonctions de motilité - Normalisation - Considérations ostéopathiques
Rate
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonctions de motilité - Normalisation - Lien avec la médecine chinoise - Considérations ostéopathiques

Chapitre 6 - Système cardiopulmonaire
Généralités embryologiques
Cœur, péricardes séreux et fibreux
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonctions de motilité - Normalisation - Lien avec la médecine chinoise - Considérations ostéopathiques
Appareil pulmonaire
Mouvement embryologique
Poumons
 Mouvement de motilité et test - Dysfonctions de motilité - Normalisation - Lien avec la médecine chinoise
Plèvres
 Mouvement de motilité et test - Dysfonctions de motilité - Normalisation - Considérations ostéopathiques

Chapitre 7 - Système digestif
Généralités embryologiques sur le système digestif
Régulation neurologique du tractus intestinal
 Niveau segmentaire vertébral/costal - Lien avec la base crânienne et le trou déchiré postérieur - Lien avec le sacrum - Parois des viscères et des organes
Œsophage
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonction de motilité - Normalisation - Lien avec la médecine chinoise - Considérations ostéopathiques
Estomac
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonction de motilité - Normalisation - Lien avec la médecine chinoise - Considérations ostéopathiques
Foie
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonction de motilité - Normalisation - Lien avec la médecine chinoise - Considérations ostéopathiques
Duodénum
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonction de motilité - Normalisation - Lien avec la médecine chinoise - Considérations ostéopathiques
Vésicule biliaire, voies biliaires hautes et basses, pancréas exocrine
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonction de motilité - Normalisation - Lien avec la médecine chinoise - Considérations ostéopathiques
Pancréas endocrine
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonction de motilité - Normalisation - Lien avec la médecine chinoise - Considérations ostéopathiques
Intestin grêle
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonction de motilité - Normalisation - Lien avec la médecine chinoise - Considérations ostéopathiques
Cadre colique
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonction de motilité - Normalisation - Lien avec la médecine chinoise - Considérations ostéopathiques

Chapitre 8 - Système génito-urinaire
Généralités embryologiques
Urologie
Rein
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité du rein définitif et test - Dysfonction de motilité - Normalisation - Mouvement de motilité des deux premiers reins et test - Dysfonction de motilité - Normalisation - Lien avec la médecine chinoise - Considérations ostéopathiques
Vessie
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonction de motilité - Normalisation - Lien avec la médecine chinoise - Considérations ostéopathiques
Uretères
Organes génitaux
Généralités embryologiques
Utérus
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonction de motilité - Normalisation - Lien avec la médecine chinoise - Considérations ostéopathiques
Gonades : ovaires et testicules
 Mouvement embryologique - Mouvement de motilité et test - Dysfonction de motilité - Normalisation - Lien avec la médecine chinoise - Considérations ostéopathiques
Prostate
 Mouvement de motilité et test - Dysfonction de motilité - Considérations ostéopathiques

Chapitre 9 - Système musculosquelettique
Généralités embryologiques
 Colonne vertébrale et côtes - Membres
Colonne vertébrale générale, chorde dorsale et vertèbre segmentaire
 
Mouvement de motilité et test - Dysfonction de motilité - Normalisation - Considérations ostéopathiques
Côtes
 
Mouvement de motilité et test - Dysfonction de motilité - Normalisation - Considérations ostéopathiques
Membre supérieur
 
Mouvement de motilité et test - Dysfonction de motilité - Normalisation - Considérations ostéopathiques
Membre inférieur
 
Mouvement de motilité et test - Dysfonction de motilité - Normalisation - Considérations ostéopathiques
Os du crâne

Chapitre 10 - Protocole d’intervention clinique avec le modèle de motilité
 Les trois premières étapes du protocole
 Motifs de consultation du système musculosquelettique
 Motifs de consultation de la sphère viscérale
 Motifs de consultation de la sphère crânienne
Références
Index

Nous remercions les éditions Elsevier-Masson de l’avoir autorisé à publier cet ouvrage
1ère parution sur le Site de l’Ostéopathie le 4 mai 2015


Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Statistiques du site | Visiteurs : 77 / 461919

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Livres & Mémoires  Suivre la vie du site Livres de concepts & de philosophies ostéopathiques   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.8 + AHUNTSIC

Creative Commons License