La biblioboutik de l’ostéo4pattes-SDO

La Revue de l’Ostéopathie n°22

vendredi 7 juin 2019 par Jean Louis Boutin

Éditorial

Chères lectrices, chers lecteurs,

Il y a plus de 20 ans, Robert Meslé et quelques autres, dont Paul Klein et moi-même, avions évoqué la nécessité de créer une revue scientifique d’ostéopa-thie. En effet, si la pratique de l’art avait tout pour séduire le clinicien, le dis-cours qui l’accompagnait était souvent soit d’un archaïsme confondant, soit noyé dans un argumentaire pseudo-scientifique.

Il nous semblait évident que la pérennisation de cette médecine ne pouvait passer que par la recherche expérimentale, tant clinique que fondamentale et... sa publication. La recherche clinique tout d’abord. Elle seule permet en effet, au-delà de la satisfaction du patient et des illusions qui nous bercent dans nos cabinets, d’évaluer la réelle efficacité de nos traitements. La recherche dans les domaines de la biomécanique et de la neurophysiologie ensuite, afin de déterminer les risques et les limites de notre art tout en offrant des pistes de compréhension des modes d’action.

Robert Meslé fut le seul « inconscient » à relever le défi. Aujourd’hui il n’existe, en langue française, que deux revues publiant des articles dans le domaine de l’ostéopathie, dont La Revue de l’Ostéopathie s’essayant au difficile exercice de publier des articles scientifiques dans une revue à comité de lecture. Le but étant d’être, à terme, indexée dans les banques de données biomédicales internationales.

Une telle gageure demande une énergie folle et une motivation sans faiblesse tant les obstacles sont innombrables.

Le plus important d’entre eux tient à l’absence de culture scientifique dans les milieux ostéopathiques. Faut-il rappeler que seule une Université en Europe organise une formation d’ostéopathes au sein d’une faculté des sciences de la motricité et en collaboration avec une faculté de médecine ? Or, point d’articles scientifiques de qualité sans chercheurs professionnels, sans laboratoires et sans intégration aux hôpitaux universitaires. Les connaissances méthodologiques et statistiques sont les bases nécessaires mais non suffisantes au développement de la recherche. Pour développer une hypothèse pertinente il faut une équipe, une réflexion commune entre cliniciens et chercheurs et il faut des moyens. Dans un tel contexte, obtenir des articles de valeur relève plus de la pêche à la mouche dans le désert du Kalahari que de la pêche industrielle en mer de Chine... Alors que faire, sachant que les rares chercheurs en sciences de l’ostéopathie sont tentés, bien évidemment, de publier dans des revues indexées pour valoriser leur cursus académique.

Nous avons donc imaginé avec Robert Meslé un moyen original afin d’améliorer la qualité des articles tout en faisant œuvre pédagogique : si un lecteur constate des faiblesses méthodologiques dans un article publié dans La Revue de l’Ostéopathie, (il a donc des compétences, c’est dommage de les garder unique-ment pour lui...) nous proposons qu’il soumette à la revue une analyse critique de cet article, argumentée et justifiée par des références. Ce texte sera ensuite transmis aux auteurs pour qu’ils rédigent une réponse. La critique et la réponse seront alors publiées dans le même numéro. Une telle interactivité pourrait catalyser le développement de cette indispensable culture scientifique et promouvoir l’esprit critique auprès des professionnels de l’ostéopathie.

Comme le disait Guillaume d’Orange Nassau, « Point n’est besoin d’ espérer pour entreprendre... »

Yves Lepers
Membre du Comité Scientifique
De La Revue de l’Ostéopathie

Sommaire

ÉditorialYves Lepers

Modélisation de la cinématique articulaire et musculaire de la région lombaire lors du test de la commère : une étude de preuve de concept.
Mathieu Ménard, Pierre Chenaut, Ludovic Lancelot, Paul Vaucher, Marylène Bourgin, Benoit Bideau
La Revue de l’Ostéopathie. 2019 ;22:5-13

Résumé
Introduction :
À ce jour, les études expérimentales menées sur l’évaluation des tests utilisés en ostéopathie ont montré qu’ils sont peu reproductibles mis à part certains tests liés à la reproduction de la douleur. Le test de la commère, décrit classiquement en ostéopathie, permet d’accéder aux mobilités articulaires du complexe lombo-pelvien et les nouvelles méthodologies d’analyse du mouvement envisagent une exploration précise et objective de ces variables.
Objectif : Cette étude de preuve de concept, à partir de l’analyse d’un cas, vise à tester le potentiel de modélisation de la cinématique articulaire et musculaire de la région lombo-sacro-ilio-coxale lors de la réalisation du test de la commère.
Méthodes : Un système optoélectronique composé de 25 caméras a été utilisé pour collecter la cinématique articulaire en trois dimensions d’un triathlète lors de la réalisation du test de la commère. A partir des coordonnées des marqueurs, une approche de modélisation musculo-squelettique a été utilisée pour estimer les angles articulaires du complexe lombo-sacro-ilio-coxal ainsi que les longueurs musculaires des principaux muscles de cette région.
Résultats : La procédure a permis d’identifier des mouvements asymétriques entre la manoeuvre gauche et la manoeuvre droite autant du point de vue de la cinématique articulaire que de la cinématique musculaire.
Conclusion : La mesure objective des tests fonctionnels utilisés en ostéopathie est une étape nécessaire pour l’étude subséquente de l’impact des techniques ostéopathiques. Pour cela, les outils utilisés en biomécanique apportent une meilleure compréhension du fonctionnement du système musculo-squelettique.
Mots-clés : test fonctionnel, cinématique musculaire, angles articulaires, diagnostic ostéopathique

Étude clinique contrôlée de l’effet du traitement adjuvant ostéopathique dans les douleurs précoces et tardives chirurgicales post-sternotomie.
Armelle Esquirol, Jean-Philippe Frieh, Étienne Varlan, Cyril Clouzeau
La Revue de l’Ostéopathie. 2019 ;22:15-22

Résumé
Objectif :
Évaluer l’effet d’une intervention ostéopathique sur les douleurs précoces (J+6) et tardives (J+90) post-sternotomie.
Méthodes : Sur une durée d’inclusion de 18 mois pour cette étude contrôlée, 242 patients hospitalisés pour une chirurgie cardiaque ont été répartis en deux groupes : 124 dans un groupe ostéopathie et 118 dans un groupe contrôle. La douleur post-opératoire a été évaluée par une échelle visuelle analogique (EVA) à J+6 et J+90, et un suivi de la prise d’antalgiques sur la période.
Résultats : Les EVA moyennes mesurées à J+6 n’étaient pas significativement différentes entre les deux groupes (p < 0,321). La consommation d’antalgiques entre J0 et J+6 mesurée par l’échelle de Bourrhis modifiée n’a pas montré de différence significative. Le recueil des EVA ≥ 3 à distance de la chirurgie (J+90) considérées comme douleurs tardives a été comparé dans les deux groupes et a montré une différence significative (test de Logrank, p < 0,001) en faveur du groupe traité en ostéopathie. Aucun effet secondaire imputable à l’ostéopathie n’a été déclaré par l’ensemble des 211 patients ayant suivi le protocole complet (J+90).
Conclusion : L’ostéopathie n’a pas montré de bénéfice dans la réduction de la douleur post opératoire à court terme (J+6) mais un effet plausible sur les douleurs à émergence tardive (J+90).
Mots-clés : étude clinique, chirurgie cardiaque, sternotomie, douleurs, ostéopathie

Étude comparative du seuil de la douleur et la dureté sous cutanée lors de pressions exercées dans la région lombaire et fessière entre sujets lombalgiques et non lombalgiques.
Aline Kaisin, Walid Salem

La Revue de l’Ostéopathie. 2019 ;22:23-32

Résumé
Introduction :
Cette étude s’intéresse à la dureté des tissus, ainsi qu’au taux de pressions nécessaires pour déclencher la douleur au niveau des triggers points. Le but étant l’amélioration de l’approche clinique de sujets lombalgiques grâce à une meilleure connaissance anatomophysiologique.
Méthodes : 111 sujets ont participé : 52 lombalgiques entre 16 et 84 ans et 59 non lombal-giques entre 20 et 63 ans. Le seuil de déclenchement de la douleur a été enregistré à l’aide d’un algomètre de pression, la perception du seuil de la douleur grâce à l’échelle verbale numérique, la dureté tissulaire a été mesurée à l’aide d’un shoremètre. Le tout, au niveau de divers triggers points mis en évidences dans la région lombaire, iliaque et glutéale.
Résultats : La lombalgie influence la dureté des tissus ainsi que le seuil de déclenchement de la douleur, sans impact sur la position de repos ou contractée. Les résultats montrent une inversion des tendances de la dureté tissulaire dans la région iliaque et glutéale bilatéralement. Les lombalgiques auraient une dureté tissulaire plus élevée, et un seuil de déclenchement de la douleur plus bas dans ces régions, sans lien significatif entre le seuil de déclenchement de la douleur et la dureté tissulaire au niveau des triggers points, que ce soit chez les sujets lombalgiques ou non lombalgiques.
Conclusion : Grâce à ces nouvelles connaissances physiologiques, nous pourrions améliorer l’approche clinique de nos patients lombalgiques en tenant compte de la région iliaque et glutéale bilatéralement lors de notre prise en charge. Toutefois, gardons à l’esprit que de manière générale au niveau de divers triggers points la quantification du seuil d’apparition de la douleur est sans relation avec la dureté tissulaire. Cela remet en cause certains critères d’évaluation, mais aussi du traitement de ces points.
Mots-clés : lombalgie, trigger point, douleur

Les vidéos filmées en cours améliorent-elles l’enseignement de l’ostéopathie ?
Emmanuel Burguete, Cédric Scribans, Mathieu Joyon, Florent Brière, Gérald Emmanuelli, Sophie Pigot, Jérôme Nourry
La Revue de l’Ostéopathie. 2019 ;22:33-40

Résumé
Introduction :
Les étudiants en ostéopathie profitent de leurs smartphones pour filmer les démonstrations des cours de pratique ostéopathique. Ces vidéos filmées en cours (VFEC) sont plus ou moins partagées, postées et échangées en fonction des classes et des promotions. Il apparait une organisation collaborative parfois riche et développée autour de ces vidéos, qui dépend de la volonté de quelques étudiants œuvrant bénévolement pour leurs camarades. Ils adoptent alors des rôles bien distincts en fonction de leurs compétences personnelles en ressources humaines et numériques (organisateurs, créateurs de vidéos, etc.).
Méthodes : Une étude qualitative a été menée sur le sujet pour comprendre cette pratique de formation dans deux établissements en ostéopathie qui acceptent que les étudiants puissent filmer en cours.
Résultats : Elle met en évidence que la plupart des étudiants utilisent des vidéos pour réviser et qu’ils s’appuient pour cela dans leur classe sur une organisation interne souvent élaborée. De plus, on constate que le fait de filmer peut avoir une influence sur l’attention des étudiants qui filment et que cela peut constituer un complément enrichissant au contenu de l’enseignement qui est délivré.
Discussion : Les instituts de formation, les formateurs et les étudiants trouveront dans cette recherche des éléments utiles pour mieux connaitre cette pratique souvent mise en place de manière informelle et en autonomie par les étudiants eux-mêmes.
Mots-clés : microlearning, vidéos filmées en cours, cours d’ostéopathie

Actualités : Livres

- Bernard Pochet - Comprendre et maîtriser la littérature scientifique - Presses agronomiques de Gembloux, 2015
- Guillaume Broc, Mathilde Carlsberg, Christophe Cazauvieilh, Sté-phane Faury, Deborah Loyal - Stats faciles avec R - De Boeck Université, 2016
- Omar Kherad, Marc Blondon, Christian Toso - Epimed : L’épidémiologie expliquée aux cliniciens - Médecine & Hygiène - Sauramps Médical 2018
- Guillaume Decauwe - L’épistémologie, Apprendre à philosopher - Poche Ellipses, 2017

Summary

Foreword,  Yves Lepers

Modelling of the lumbar articular and muscular kinematics of the Gossip test : a proof of concept study
Mathieu Ménard, Pierre Chenaut, Ludovic Lancelot, Paul Vaucher, Marylène Bourgin, Benoit Bideau
La Revue de l’Ostéopathie. 2019 ;5-13

Abstract
Objective :
to this day, experimental studies on tests used in Osteopathy showed a low reproducibility, except for a few tests on Pain reproducibility. The Gossip test, classically described in osteopathy, gives access to articular mobilities of the lumbar-pelvic complex, and today new movement analysis methods can give us a way to explore precisely and objectively these variables.
Aim : this Proof of concept study aims to assess the modelling potential of the articular and muscular kinematics in the coxo-ilio-sacro-lumbar region through the Gossip test. It takes place through a case analysis.
Methods : a 25 cameras optoelectronic system was used to collect the 3D articular kinematics of a triathlete during the realisation of the Gossip test. Using the markers coordinates, a musculo-skeletal modelling approach was used to estimate the articular angles in the coxo-ilio-sacro-lumbar complex as well as the main muscle lengths in the region.
Results : the procedure allowed us to identify asymmetric movements between the left and right manoeuver, as much from the articular kinematics point of view, as from muscular kinematics.
Conclusion : objective measuring of the functional tests used in osteopathy is a necessary step toward subsequent study of the osteopathic techniques impact. In this perspective, recent biomechanical tools allow for a better understanding of the musculoskeletal system’s function.
Keywords : functional test, muscular kinematics, articular angles, osteopathic diagnosis.

Clinical controlled study on the effect of osteopathic as an adjuvant treatment in the early and delayed pain following surgical sternotomies. Armelle Esquirol, Jean-Philippe Frieh, Étienne Varlan, Cyril Clouzeau
La Revue de l’Ostéopathie.
2019 ;15-22

Abstract
Objective :
to evaluate the effects of osteopathic care on early (D+6) and delayed (D+90) Pain following sternotomies procedures.
Methods : This controlled study included 242 cardiac surgery patients over 18 months, divided in two groups : 124 patients in the osteopathy group and 118 in the control group. Post-surgical pain was assessed with the Visual Analogical Scale (VAS) at day 6 and day 90, associated with a follow-up on painkillers consumption.
Results : Mean VAS at D+6 presented no significant difference (p<0.321). The modified Bourrhis Scale assessing the painkillers consumption between D+0 and D+6 showed no significant difference either. Data collection of the VAS≥3 later on after surgery (D+90), considered as delayed pain, showed a significant difference between the two groups (Logrank test p<0.001) in favour of the osteopathy group. There was no report of adverse effect from the 211 patients having followed the complete protocol (D+90).
Conclusion : Osteopathic showed no benefit toward short-term (D+6) post-surgical pain reduction. However, Osteopathy showed a plausible positive action on delayed pain (D+90).
Keywords : clinical study, cardiac surgery, sternotomy, Pain, Osteopathy

Pain threshold and subcutaneous hardness on lumbar and gluteal region deep palpation in lumbar pain patients Vs asymptomatic patients. A comparative study.
Aline Kaisin, Walid Salem
La Revue de l’Ostéopathie. 2019 ;22:23-32

Abstract
Introduction :
This study aims to improve the clinical approach to lumbar pain patients through better anatomo-physiological knowledge. Therefore, we investigated the tissues’ hardness and the pressure-related pain threshold on Triggers points locations.
Methods : the study included 111 subjects, 52 Lumbar pain subjects aged between 16 and 84, and 59 control pain-free subjects aged 20 to 63. Pain threshold was recorded with a pressure algometer, pain perception through the simple verbal scale, and tissues’ hardness with a shoremeter. All the measures were realized at identified Trigger points in the lumbar, iliac and gluteal regions.
Results : lumbar pain influences tissue hardness and pain threshold. Whether the position was rest or contracted had no impact. Results show an inversion of tissue hardness bilaterally in the iliac or gluteal region. Lumbar Pain patients seem to have a higher tissue hardness and lower pain threshold in these regions, without significant link between pain threshold and tissue hardness at the Trigger points, neither on the lumbar pain subject nor on the control subjects.
Conclusion : Thanks to this new physiological knowledge, we could improve our clinical approach of lumbar pain patients, through a bilateral lumbar and iliac approach. However, we still have to keep in mind that at the Trigger points, the pain threshold and the tissue hardness are not related, this could also make us reconsider some of the evaluation and treatment criterion of these points.
Keywords : lumbar pain, Trigger point, pain

Do students videos taken during lectures improve Osteopathic teaching ?
Emmanuel Burguete, Cédric Scribans, Mathieu Joyon, Florent Brière, Gérald Emmanuelli, Sophie Pigot, Jérôme Nourry
La Revue de l’Ostéopathie.
2019 ;22:33-47

Abstract
Introduction :
during lectures, osteopathic students often use their smartphones in order to film the osteopathic techniques demonstrations. These Lectures recorded on videos are shared, posted, exchanged to a certain extent, depending on classes and Years. It appears that a sometimes rich collaborative network can develop around these videos. This network depends on the goodwill of a few students volunteering for their fellow students. These will organize themselves with distinct roles depending on their specific human or numeric abilities (organisation, video creation/editing etc.)
Methods : A qualitative study was undertaken on this subject, in order to understand this course practice, in two schools allowing for lecture filming.
Results : the study shows that most of the students use videos to revise. They are using an often elaborate internal class organization. We also notice that filming has an in-fluence on the students doing it and it could complement nicely the content of the lecture.
Discussion : Osteopathic schools, teachers and students could find useful elements in this research in order to better understand a practice mainly used from an informal and autonomic point of view by the students themselves.
Keywords : microlearning, filmed lectures’ videos, osteopathic lecture

News : Books

- Bernard Pochet - Comprendre et maîtriser la littérature scientifique - Presses agronomiques de Gembloux, 2015
- Guillaume Broc, Mathilde Carlsberg, Christophe Cazauvieilh, Sté-phane Faury, Deborah Loyal - Stats faciles avec R - De Boeck Université, 2016
- Omar Kherad, Marc Blondon, Christian Toso - Epimed : L’épidémiologie expliquée aux cliniciens - Médecine & Hygiène - Sauramps Médical 2018
- Guillaume Decauwe - L’épistémologie, Apprendre à philosopher - Poche Ellipses, 2017

Cette page a été créée en accord avec Robert Meslé, Directeur de la publication


Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Statistiques du site | Visiteurs : 80 / 323094

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Revues  Suivre la vie du site La Revue de l’Ostéopathie   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License