La biblioboutik de l’ostéo4pattes-SDO

La Revue de l’Ostéopathie n° 3

dimanche 24 mars 2019 par La Revue de l’Ostéopathie

Éditorial, Robert Meslé

La Revue de l’Ostéopathie est destinée aux étudiants, aux enseignants et aux chercheurs ; elle a été conçue pour les acteurs de la recherche et pour les lecteurs des résultats de recherche.

Ce numéro 3 suit la ligne éditoriale définie lors de la création de notre revue : niveau d’exigence élevé et rigueur scientifique. La diffusion de La Revue de l’Ostéopathie montre que cet objectif est atteint. Un nombre important de professionnels se sont également abonnés, manifestement sensibles à la démarche scientifique appliquée à l’ostéopathie et intéressés par les méthodes d’évaluation.

Cependant, certains de ces lecteurs inattendus nous ont confié que l’interprétation de résultats d’analyses statistiques de données, ou la compréhension de la pertinence de certaines méthodes de recherche leur étaient parfois difficiles d’accès. Il est vrai que beaucoup d’ostéopathes n’ont pas bénéficié de ces enseignements lors de leur formation.

En réponse, deux possibilités s’offrent à nous :

- la première consisterait, pour rendre accessible La Revue de l’Ostéopathie à davantage de lecteurs, à faciliter la lecture en faisant en sorte qu’il y ait « moins de chiffres » : cette stratégie favoriserait la diffusion à un lectorat plus large, mais diminuerait la crédibilité scientifique de la revue et nous renoncerions à l’indexation dans les banques de données internationales. Ce ne serait pas un service à rendre à l’ostéopathie.

- la deuxième possibilité consisterait à conserver le même niveau d’exigence, voire à l’augmenter, en considérant que La Revue de l’Ostéopathie est non seulement un instrument d’information scientifique, mais aussi de formation scientifique. Sans chercher à nous substituer aux établissements d’enseignement de l’ostéopathie, cette revue est un support de formation pour les enseignants et les étudiants qui peuvent, au fil de la lecture des différents numéros, assembler un socle d’informations pertinentes pour leur démarche de recherche. Pour les praticiens, La Revue de l’Ostéopathiepeut-être un outil de familiarisation progressive à la démarche scientifique d’évaluation de l’ostéopathie, afin d’actualiser leurs connaissances et d’appliquer les résultats des recherches expérimentales à leur pratique clinique.

Nous avons choisi – bien évidemment – la seconde possibilité, qui consiste à poursuivre notre ligne éditoriale initiale et – bien évidemment – à répondre à la demande de ces lecteurs : nous avons décidé de créer une rubrique qui traitera des différents thèmes concernant la démarche scientifique, à vocation pédagogique.

Cette rubrique sera présente à partir du numéro 4.

Pendant que les membres du comité éditorial préparent le prochain numéro, augmenté de cette nouvelle rubrique, nous vous souhaitons une très bonne lecture du numéro 3.

Robert Meslé, Directeur de la publication

Sommaire

Voir le Sommaire sur le site de la revue 

Editorial Robert Meslé

Effets d’une technique manipulative du rachis cervical et d’une technique musculaire par compression ischémique sur le seuil de douleur à la pression du trapèze supérieur . Matthieu Gazin, Rafael Zegarra-Parodi

Résumé
Introduction :
Les points gâchettes (PG) diagnostiqués par différents thérapeutes manuels, contribuent à des syndromes douloureux de l’appareil musculo-squelettiques. Plusieurs techniques présentant un rapport risque/bénéfice différente sont utilisées. Notre étude a comparé les effets à court terme d’une manipulation et d’une compression ischémique sur le seuil de douleur à la pression du PG latent du faisceau supérieur du muscle trapèze.
Méthodes : 81 sujets ont participé à cette étude, répartis aléatoirement en trois groupes : « manipulation », « compression ischémique » et placebo. Les principaux critères d’inclusion étaient un PG du trapèze associé à une dysfonction cinétique C3/C4 homolatérale. Nous avons utilisé un algomètre pour mesurer le seuil de douleur à la pression du PG du trapèze avant, 1,5 et 15 minutes après technique. ANOVA, test de Bonferroni et test de Kruskal-Wallis ont été utilisés pour comparer les valeurs au risque alpha 0,05.
Résultats : Nos résultats montrent un effet significatif dans le temps pour la manipulation (p=0,0006), la compression ischémique (p=0,0353) et le placebo (p=0,003). Il n’y a pas de différence significative entre chaque groupe sur le seuil de douleur à la pression.
Conclusion : L’utilisation de techniques manuelles pourrait modifier favorablement le seuil de douleur à la pression des PG à court terme. Nos résultats ne permettent cependant pas de conclure à une différence versus placebo. D’autres études seraient nécessaires pour recommander une technique de compression ischémique pour des patients présentant des contre indications aux manipulations cervicales.
Mots-clés : point gâchette, HVT, compression ischémique, algomètre, seuil de douleur à la pression.
Voir les autres articles en relation

Élaboration d’un prototype pour l’analyse cinématique du rachis cervical et des dorsales hautes lors de mouvements angulaires de la tête. Arnaud Bessuges, William Bertucci, Alain Lodini, Laurent Stubbe

Résumé
Objectif :
Réaliser et tester un matériel permettant 1) la réalisation de mouvements angulaires de la tête standardisés dans un plan horizontal et 2) l’analyse de la cinématique du rachis cervical et des dorsales hautes.
Méthodes : Conception et réalisation d’un prototype permettant 1) au sujet d’être dans une position assise standardisée et de réaliser des mouvements de rotation de la tète sans gêne et 2) la mesure de la cinématique de la tête à l’aide d’un enregistrement vidéo. Par la suite, trois expérimentateurs ont mesuré les amplitudes de 30 sujets portant un casque équipé d’une sphère. L’analyse des prises de vue a été réalisée avec le logiciel Dartfish et comparée avec les résultats de la littérature scientifique.
Résultats : Le coefficient de variation est de 3 % : les valeurs sont peu dispersées. Nous pouvons considérer que les mesures effectuées à l’aide de ce prototype sont fiables à ± 3°. Les trois expérimentateurs ont obtenu entre eux des résultats comparables.
Conclusion : Nos résultats suggèrent que ce prototype est un outil dont les performances sont scientifiquement acceptables pour la réalisation de mesures de la cinématique des cervicales et des dorsales hautes. Il pourrait être utilisé dans le cadre de nouvelles recherches. Il serait intéressant de l’optimiser ou de s’en inspirer dans le but de mesurer d’autres paramètres de la cinétique de la tête.
Mots-clés : mesure, amplitudes, cervicales, prototype, Dartfish
Voir les autres articles en relation

Asymétrie de perception d’une force appliquée de droite à gauche et de gauche à droite sur un modèle expérimental. Feriel Talbi, Yves Lepers, Walid Salem, Paul Klein

Résumé
Objectif :
déterminer le seuil d’asymétrie de perception d’une force appliquée de droite à gauche et de gauche à droite sur un modèle vertébral expérimental.
Méthodes : L’échantillon est composé de 250 sujets (étudiants et ostéopathes professionnels). La consigne donnée aux sujets est d’effectuer une même poussée de part et d’autre du processus épineux en utilisant une force proche de celle qu’ils exercent sur un patient lors d’un test de mobilité. Nous avons vérifié, au terme de l’expérimentation, une influence éventuelle du niveau d’expérience, du sexe et de la position du sujet.
Résultats : Les résultats montrent un seuil d’asymétrie moyen entre la poussée gauche/droite de 3,6N. Il n’est pas influencé par le niveau d’expérience, la position ou le sexe.
Conclusion : Au terme de cette étude, nous pouvons poser l’hypothèse selon laquelle une dysfonction devrait engendrer une asymétrie concernant la poussée sur la face latérale d’un processus épineux supérieure à 3,6 N pour être perçue manuellement par le praticien.
Mots-clefs : palpation, dysfonction ostéopathique, seuil de perception, vertèbre.
Voir les autres articles en relation

Financer une recherche en ostéopathie en France : un défi. Thibault Dubois, Jérôme Nourry

Résumé
Répondre à une question de recherche c’est souvent en même temps répondre à la question de son financement. En France, il existe aujourd’hui plusieurs sources de financement de la recherche pouvant intéresser les ostéopathes. Connaitre ces financeurs et adopter une méthodologie permettant de répondre aux exigences des jurys d’appels à projets est un pré-requis indispensable à tout ostéopathe souhaitant s’investir dans la recherche. Nous verrons également en quoi les analyses de type médico-économique de l’ostéopathie sont des designs d’études justifiés et appropriés au paysage de soins actuel, donc finançables.
En dehors de l’épidémiologie clinique, l’évaluation et l’observation des pratiques professionnelles sont des méthodes permettant également de faire évoluer la qualité des soins. Ces méthodes d’évaluations, parfois très proches qualitativement de l’épidémiologie clinique, paraissent être un axe de travail prioritaire.
Mots-clés : Recherche scientifique, Recherche appliquée, Financement, Décision médicale, Pratique médicale, Méthodologie, Méthode épidémiologique, Évaluation
Voir les autres articles en relation

Actualités : Revues de littérature.

Instructions aux auteurs  

Summary

Foreword, Robert Meslé

Muscular ischemic compression vs.cervical spine manipulation techniques : effects on pressure pain threshold in the trapezius muscle. Matthieu Gazin, Rafael Zegarra-Parodi

Abstract
Introduction :
Myofascial trigger points (MTPs) are of interest for manual therapists in the management of musculoskeletal system pain. Some techniques with a different risk/ benefit are used. This study analyse the immediate effects of a manipulation and ischemic compression technique on pressure pain threshold in latent MTP’s in the upper trapezius muscle.
Methods : 81 subjects were divided randomly into three groups : « manipulation », « ischemic compression » and control. The main criteria of inclusions were to establish both the presence of MTP in the trapezius muscle and the presence of somatic dysfunction at the C3/C4 level. The outcome measure was the pressure pain threshold on the MTP in the trapezius muscle detected using a algometer. This measurement was taken prior to, and then 1, 5, and 15 minutes after treatment. ANOVA test, the Bonferroni test and the Kruskal-Wallis test to compare groups were used. Alpha risk was set at 0.05.
Results : Analysis of variance showed a significant effect over the time period for the control (p=0.003), for the manipulation (p=0.0006) and for the ischemic compression (p=0.0353). Comparison of the groups revealed no significant differences.
Conclusion : Manual techniques are thought to modify the pressure pain threshold of the MTP. Our results do not allow us to conclude that the benefits of ischemic compression and manipulation technique are any greater than those of the sham technique. Further study is required to recommend ischemic compression to patients with contraindications to cervical spine manipulation.
Keywords : myofascial trigger point, HVT, ischemic compression, algometry, pressure pain threshold.
Related Articles

Development of a prototype toward kinematic analysis of the cervical spine and upper dorsals during angular movements of the head. Arnaud Bessuges, William Bertucci, Alain Lodini, Laurent Stubbe

Aim : to realize and put to the test a material allowing : 1) Standardized head movements in the horizontal plane 2) Analysis of the cervical spine and higher dorsals kinematics.
Method : conceiving and realizing a prototype. Firstly allowing the subject to sit in an standardized position while being able to freely rotate the head, secondly measuring the head’s kinematics by means of video recording. Later on, three operators tested 30 subjects, wearing a helmet fitted with a sphere, for range of movement. Analysis of the films was realized using the Dartfish software, then compared with literary scientific review results.
Results : Coefficient of variation is 3% : results are feebly scattered. We can consider the measurements realized with this prototype accurate within a +/- 3% margin of error. The three operators had analogous inter-examiner results.
Conclusion : Our results suggest this prototype to have scientifically acceptable performances in taking kinematic measures of cervicals and upper dorsals. It could be used for research. It could be interesting to refine or adapt it in order to measure other kinematic parameters of the head.
Keywords : measure, range of movement, cervical spine, prototype, Dartfish
Related Articles

Lateral force applied from left to right and from right to left on an experimental model : perceptive asymmetry. Feriel Talbi, Yves Lepers, Walid Salem, Paul Klein

Abstract
Aim : determine the asymmetry threshold of a laterally applied force right to left, and left to right on an experimental vertebral model.
Methods : A sample of 250 subjects, students and professional osteopaths. The guideline for the subjects was to exert an identical push on each side of the vertebra’s spinous process, using the strength they would on a real patient during a mobility test. After the experiment, we checked for experience, gender or position-related differences.
Results : Results are showing a mean asymmetry threshold of 3.6 N between left/right push. There is no change with experience level, gender or subject position.
Conclusion : This study allows us to hypothesise that, in order to be manually noticeable for the practitioner, a dysfunction should create an asymmetry of more than 3.6 N in the lateral push on a spinous process.
Keywords : palpation, osteopathic dysfunction, perception threshold, vertebra
Related Articles

Osteopathic Research Funding in France : a Challenge, Thibault Dubois, Jérôme Nourry

Abstract
Aim : determine the asymmetry threshold of a laterally applied force right to left, and left to right on an experimental vertebral model.
Methods : A sample of 250 subjects, students and professional osteopaths. The guideline for the subjects was to exert an identical push on each side of the vertebra’s spinous process, using the strength they would on a real patient during a mobility test. After the experiment, we checked for experience, gender or position-related differences.
Results : Results are showing a mean asymmetry threshold of 3.6 N between left/right push. There is no change with experience level, gender or subject position.
Conclusion : This study allows us to hypothesise that, in order to be manually noticeable for the practitioner, a dysfunction should create an asymmetry of more than 3.6 N in the lateral push on a spinous process.
Keywords : palpation, osteopathic dysfunction, perception threshold, vertebra
Related Articles

News : Review.

Instructions for authors

Le sommaire sur le site de la revue

Cette page a été créée en accord avec Robert Meslé, Directeur de la publication


Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Statistiques du site | Visiteurs : 18 / 309780

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Revues  Suivre la vie du site La Revue de l’Ostéopathie   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License