La biblioboutik de l’ostéo4pattes-SDO

La Revue de l’Ostéopathie n° 2

dimanche 24 mars 2019 par La Revue de l’Ostéopathie

Éditorial, Robert Meslé

Le premier numéro de la revue a reçu un très bon accueil. Nous avons été félicités et complimentés pour cette création, mettant en avant le niveau d’exigence, l’esprit critique, la démarche de défense professionnelle, l’approche scientifique de l’ostéopathie, l’organe de presse dédié à la recherche permettant de mieux délimiter notre périmètre.

Nous sommes bien évidemment sensibles à de tels compliments, toutefois notre objectif est avant tout de faire progresser le niveau scientifique de la revue. Dans cet esprit – critique – nous rappelons un des principaux principes de la publication : écrire un article et le publier, c’est accepter de le soumettre à la critique. Les auteurs qui publient dans La Revue de l’Ostéopathie prennent ce risque, comme tout auteur soumettant un article à une revue scientifique. Si vous estimez qu’un article est critiquable, n’hésitez surtout pas à soumettre votre texte au comité éditorial. Pour le format de sa rédaction, référez-vous au paragraphe « autres types d’articles » des instructions aux auteurs.

La rubrique « Actualités » est destinée à communiquer sur les évènements concernant la recherche en ostéopathie, sur les activités d’associations et organismes dédiés à la recherche et sur toute nouveauté scientifique utile aux ostéopathes. Dans chaque numéro, en fonction de la densité des « Actualités », cette rubrique développera certains thèmes :

- « Congrès » : les organisateurs de journées scientifiques, de colloques, de congrès ou de symposiums peuvent solliciter la revue pour présenter leur programme et les résumés des interventions. La décision de publication par le comité éditorial dépendra de la rigueur du contenu ;

- « Appels à projet » émanant de financeurs potentiels de projets de recherche. Dans ce numéro, le Centre National de Ressources de lutte contre la Douleur (CNRD) propose – si le projet est accepté – une aide méthodologique à l’élaboration du projet de recherche, une aide logistique pour le recueil des données et leur analyse, une aide pour la communication et la diffusion des résultats. Pour une aide financière, le CNRD accompagne la présentation des projets auprès d’une fondation partenaire ;

- « Revue de littérature » qui présentera des synthèses de publications ou des méta-analyses.

Les deux premiers numéros de La Revue de l’Ostéopathie sont l’aboutissement d’un projet mené par une équipe qui a mobilisé une énergie considérable pour définir la ligne éditoriale, organiser le fonctionnement de la revue, contacter les membres du comité scientifique, créer la charte graphique, apporter les ressources informatiques et logistiques, définir la stratégie de communication, autant d’éléments visibles sur le site de La Revue de l’Ostéopathie  : www.larevuedelosteopathie.com. La parution du troisième numéro est prévue en octobre 2011. Les membres du comité éditorial ont déjà commencé à étudier les articles qui lui ont été soumis.

Nous vous souhaitons une excellente lecture de ce numéro d’été 2011.

Robert Meslé
Directeur de la publication 

Sommaire

Éditorial Robert Meslé

Effet du serrage de dents sur la posture : différences entre une population bruxiste et non bruxiste. Marine Siffre, William Bertucci, Mickaël Soudain-Pineau

Résumé
Objectifs
 : En s’appuyant sur la théorie « Thégosis », le but de cette étude est d’analyser les effets du serrage de dents sur la posture à l’aide d’une plateforme de stabilométrie.
Méthodes : Trente-deux sujets répartis en deux groupes, « Bruxisme » et « Témoin » à l’aide des critères de Molina et al., ont subit deux séries de trois mesures stabilométriques : dents desserrées puis dents serrées. Les paramètres posturologiques analysés dans cette étude sont : X-moyen ; Y-moyen ; Surface ; LFS ; VFY.
Résultats : L’analyse statistique des résultats fait ressortir des différences significatives pour le X-moyen, la Surface et le VFY.
Conclusion : Cette étude montre que si dents desserrées, les sujets bruxistes ont globalement une posture semblable aux sujets témoins, dents serrées ils ont des postures différentes et que le serrage de dents tend à stabiliser les bruxistes et à déstabiliser les sujets témoins.
Mots clés : bruxisme, serrage de dents, théorie « thégosis », plateforme de stabilométrie, X-moyen, Y-moyen, surface, LFS, VFY.
Pour référencer l’article : Siffre M, Bertucci W, Soudain-Pineau M. Effet du serrage de dents sur la posture : différences entre une population bruxiste et non bruxiste. La Revue de l’Ostéopathie. 2011 ;2 ;5-11.

Effets des manipulations ostéopathiques objectivés par caméra infrarouge radiométrique : étude pilote de faisabilité et analyse conceptuelle. Philippe Andréani, Martin Garet, Frédérique Bertholon, Patrick Féval.

Résumé
En dehors des effets cliniques observés chez les patients et des retours de ces derniers, l’objectivation des effets d’une manipulation ostéopathique demeure actuellement un challenge. La validation de méthodes d’investigation permettant de quantifier l’influence d’une manipulation ostéopathique sur des tissus ciblés est une démarche clé permettant de légitimer et d’optimiser ces manipulations. Les douleurs ou plaintes des patients sont associées généralement à des dysfonctions observées lors de tests ostéopathiques. Ces dysfonctions sont conceptuellement associées à une diminution d’apport de sang aux tissus concernés, et donc de modifications de température de ces régions, selon la « loi du rôle suprême de l’artère », fondement de l’ostéopathie selon Andrew Taylor Still. Ainsi, au travers des manipulations ostéopathiques modifiant la tension exercée sur les tissus « dysfonctionnels », il peut être envisagé une modification de l’apport vasculaire et une variation de température dans la région concernée. Dans ce cadre, l’utilisation de technologies de mesures, comme la thermographie infrarouge, fondée sur l’analyse de températures de surface de la peau, peut être envisagée comme un outil permettant d’objectiver et donc optimiser les effets d’une manipulation ostéopathique sur une région spécifique. Aussi, l’objet de cet article conceptuel, basé sur des observations réalisées chez plus de 100 patients, est d’analyser l’intérêt de l’utilisation de cette technique.
Mots clés : manipulations ostéopathiques, thermographie, température tissulaire, quantification, modifications vasculaires.

Télécharger l’article (accès libre) (format pdf)
Pour référencer l’article : Andréani P, Garet M, Bertholon F, Féval P. Effets des manipulations ostéopathiques objectivés par caméra infrarouge radiométrique : étude pilote de faisabilité et analyse conceptuelle. La Revue de l’Ostéopathie. 2011 ;2 ;13-8.

De la nécessité de l’évaluation de la pratique clinique de l’ostéopathie : L’ostéopathie factuelle, état des lieux. Thibault Dubois

Résumé
Cette étude est un état des lieux rétrospectif et descriptif des publications scientifiques ayant pour thème l’ostéopathie au moyen d’une méthodologie bibliométrique. L’analyse de la base de donnée MEDLINE du 1er janvier 2000 au 31 décembre 2009, révèle que l’ostéopathie est une discipline qui s’évalue peu par rapport à d’autres disciplines (« Osteopathic medicine » : 261 articles ; « Acupuncture » : 3632 articles ; « Primary Health Care » : 20 734 articles). Seuls les pays industrialisés évaluent la discipline, les pays anglo-saxons publiant plus de 90 % des articles. Une seule revue (JAOA) publie à elle seule plus de 64 % des articles de la thématique.
L’ostéopathie est aujourd’hui encore très peu et très mal évaluée. Les raisons sont probablement le manque d’intérêt des cliniciens, des problématiques méthodologiques difficiles et le manque de moyens financiers de la discipline. La popularité de l’ostéopathie et les décrets de 2007 imposant des recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS) devraient être les raisons suffisantes pour qu’elle s’évalue, qu’elle valide ses indications et qu’elle mette en évidence ses contre-indications autrement que par sa sinistralité.
Il en va de sa crédibilité et de sa pérennité.
Mots clés : ostéopathie, bibliométrie, facteur d’impact, science de l’information, bibliographie, résumé
Pour référencer l’article : Dubois T. De la nécessité de l’évaluation de la pratique clinique de l’ostéopathie : l’ostéopathie factuelle, état des lieux. La Revue de l’Ostéopathie. 2011 ;2:19-24.

L’ostéopathie est-elle un objet de science ? Yves Lepers

Résumé
L’ostéopathie naît au XIXe siècle, de la pensée d’un médecin Andrew Taylor Still. Celui-ci est à la recherche d’une alternative à la « médecine héroïque » du middle West américain, qui tue plus qu’elle ne guérit. Éduqué dans la religion méthodiste, Still posera les fondements de sa théorie médicale sur des bases métaphysiques, mélange de vitalisme et de mécanicisme. Sa thérapeutique quand à elle sera fondée sur des techniques manuelles ancestrales et empiriques. Parmi les critères qui permettent de définir les sciences expérimentales, figure la faculté qu’elles ont de se démarquer de toute métaphysique. On est dès lors en droit de se demander si l’ostéopathie peut ou non être un objet de science. Par définition non, si elle se revendique encore aujourd’hui des principes et dogmes du père fondateur. Oui si elle est revisitée en tant que praxis, en tant que science clinique détachée du discours explicatif des origines.
Mots clés : métaphysique, sciences expérimentales, hypothèse, dogmatisme.
Pour référencer l’article  : Lepers Y. L’ostéopathie est-elle un objet de science ? La Revue de l’Ostéopathie. 2011 ;2:25-30.

Consultation d’ostéopathie en entreprise : impact sur l’absentéisme. Étude observationnelle.Laura Perinetti, Marc Bozzetto

Résumé
Objectif : Les troubles musculo-squelettiques (TMS) sont la plus grande cause d’absentéisme dans les entreprises. Nous avons cherché à évaluer l’intérêt et la faisabilité de créer une consultation d’ostéopathie au sein d’une grande entreprise, pour traiter les employés souffrant de TMS.
Méthodes  : Deux ostéopathes ont organisé pendant huit mois une consultation pendant les horaires de travail des employés et ouvriers d’une entreprise de bâtiment, la société CARI. Les praticiens utilisaient des techniques de pratique courante, adaptées aux restrictions de mobilité de chaque patient. Un questionnaire de satisfaction et d’évolution du motif de consultation ainsi qu’une échelle numérique de douleur ont servi de critères de suivi.
Résultats : 151 employés ont été traités lors de 345 consultations. 97,4 % ont constaté une amélioration de leur motif de consultation. Le taux d’absentéisme a diminué de 22,7 %, (p<0,0001) et 68,9 % ont estimé que le traitement ostéopathique leur avait permis d’éviter un arrêt de travail pour un total de 314 jours.
Conclusion : Il est possible d’intégrer une consultation d’ostéopathie dans une entreprise, de collaborer avec les médecins du travail pour le recueil de données analysables statistiquement. Nous préconisons de poursuivre cette démarche qui permettra d’accéder à des effectifs importants, d’effectuer des suivis longitudinaux et de tester certaines hypothèses de recherche en matière d’efficacité thérapeutique.
Mots clés : étude observationnelle, absentéisme, lombalgie, ressources humaines.
Pour référencer l’article  : Perinetti L, Bozzetto M. Consultation d’ostéopathie en entreprise : impact sur l’absentéisme. Etude observationnelle. La Revue de l’Ostéopathie. 2011:2:31-36.

Variations de longueur de l’artère vertébrale in vivo : Étude comparative entre la rotation physiologique et la position prémanipulative de la colonne cervicale. Walid Salem, Cyril Lenders, Yves Lepers, Jacques Mathieu, Paul Klein

Résumé
Objectif : Le but de cette étude in vivo était de comparer les variations segmentaires et variations de longueur totale de l’artère vertébrale (AV) entre la rotation physiologique maximale et la position
pré-manipulative de la colonne cervicale.
Méthodes : Un scanner complet de la colonne cervicale a été réalisé sur trois groupes de 10 sujets. L’acquisition d’images pour les premier et deuxième groupes a été effectuée en position neutre et en rotation respectivement droite et gauche. Pour le troisième groupe, les images ont été acquises en position neutre et en position pré-manipulative de la colonne cervicale au niveau de C4-C5 droit, en utilisant la technique à composantes multiples. Les variations de longueur ont été calculées en fonction des distances inter-foraminales.
Résultats : Pendant la technique de manipulation utilisée dans notre étude, les variations de longueur de l’artère vertébrale sont nettement inférieures aux variations physiologiques au cours des rotations maximale de la tête.
Conclusion : Cette étude donne une nouvelle perspective importante sur le comportement de l’artère vertébrale lors de l’utilisation des techniques à composantes multiples, et suggère que les contraintes sur l’artère vertébrale en position de pré-manipulation sont sensiblement inférieures aux contraintes pendant la rotation maximale physiologique de la tête.
Mots clés : manipulation cervicale, artère vertébrale, rotation cervicale, technique à composantes multiples.

Pour référencer l’article  : Salem W, Lenders C, Lepers Y, Mathieu J, Klein P. Variations de longueur de l’artère vertébrale in vivo : Étude comparative entre la rotation physiologique et la position prémanipulative de la colonne cervicale. La Revue de l’Ostéopathie. 2011 ;2:37-40.
Télécharger l’article (accès libre) (format pdf)

Instructions aux auteurs 

Actualités : Appel à projets 2011 - Centre National de Ressources de lutte contre la Douleur. 

Summary

Foreword, Robert Meslé

Effect of the clenching of teeth on the posture : differences between bruxer’s and unbruxer’s population, Marine Siffre, William Bertucci, Mickaël Soudain-Pineau

Abstract
Objectives
 : Relying on the « Thegosis » theory, the purpose of this study is to analyze the effects of teeth clenching on the posture by way of a stabilometric platform.
Methods : Thirty-two subjects divided into two groups, « Bruxism » and « Control » using criteria from Molina et al. undergone two series of three stabilometric measures : teeth unclenched then teeth clenched. Posturological parameters analyzed in this study are : X-mean ; Y-mean ; area ; LFS ; VFY.
Results : Statistical analysis of the data reveals significant differences for the X-mean, the area and the VFY.
Conclusion : This study shows that if teeth unclenched, bruxer subjects have a similar posture to the control subjects, teeth clenched they present dissimilar postures. Teeth clenching tends to stabilize the bruxers and destabilize the control subjects.
Keywords : bruxism, clenching of teeth, « thegosis » theory, stabilometric platform, X-mean, Y-mean, area, LFS, VFY

Radiometric Infrared camera objectivation of Osteopathic manipulative treatment : conceptual analysis and Pilot Study. Philippe Andréani, Martin Garet, Frédérique Bertholon, Patrick Féval

Abstract
Quantifying the effects of osteopathic manipulative treatments remains a challenge. Mainly, results reported rely empirically on observed clinical effects, or patients’ feedback. Validating methods of investigation allowing the quantification of osteopathic manipulative treatment’s effects on specific tissues is a keystone in order to legitimize and to optimize these manipulations. Pains and/or complaints of the patients are generally associated with osteopathic dysfunctions. These dysfunctions are conceptually associated with a decreased blood circulation in specific areas according to the « supreme artery law », foundation of Osteopathy according to Andrew Taylor Still. These modifications in blood circulation can also be associated with modifications of local tissue temperature. Therefore, osteopathic manipulative treatments that usually relax tensions of local « dysfunctional » tissues may possibly modify local vascular irrigation and local tissue temperature. In this context, the use of original measurement technologies, like infrared thermal imaging, which is based on the analysis of skin temperature, could be pondered on as a tool allowing an objectivation of the osteopathic manipulative treatment in order to optimize its effects. Therefore, the aim of this conceptual article, based on observations realized with over 100 patients, is to analyze the value and interest of using this technique in osteopathy.
Keywords : manipulative osteopathy, thermographic analysis, body temperature, quantification, vascular modifications

The need for evaluation of the clinical practice of osteopathy : Factual osteopathy, state of play. Thibault Dubois

Abstract
This study is a retrospective and descriptive analysis of scientific publication on osteopathy, using a bibliometric method.. We analysed the Medline Base from 01-01-2000 to 12-31-2009. This revealed osteopathy as a fairly under evaluated practice compared to others (“osteopathic medicine” : 261 articles, “acupuncture” : 3632 articles, “primary health care” 20 743 articles). Research is done exclusively in the Industrialised countries, UK and USA publishing over 90 % of the articles. A single journal (JAOA) is publishing 64 % of the works on this theme. To this day, Osteopathy is still very little and very poorly evaluated. Reasons are multiple : lack of interest from the clinicians, difficult methodological procedures, lack of financial backing. Osteopathy is widely in use nowadays. This and the French 2007 decrees imposing guidelines from the French HAS (Haute Autorité de Santé) should be enough to motivate Osteopathy’s own evaluation. We should validate indications, and determine contra-indications, not waiting for legal claims.
This is essential if we want Osteopathy to be reliable and long-lasting.
Keywords : osteopathic medicine, bibliometrics, journal impact factor, information science, bibliography, abstract

Is osteopathy a scientific object ? Yves Lepers

Abstract
Osteopathic thinking appeared at the end of the 19th century, created by a medical doctor : Andrew Taylor Still. Still was searching for an alternative to the US Midwest’s “Heroïc Medicine”, which killed more often than not at the time. Brought up a Methodist, Still later based his theory on metaphysical
ideas, mixing vitalism and mechanism. His therapeutic approach was inspired by ancestral and empirical manual techniques. Amongst criterion defining experimental science, there is the ability to distance it from metaphysics. Therefore, we could question the possibility for Osteopathy to be an object of science or not. By definition, if it still claims to follow dogmas and principles from its founder, No. Although Yes, if it is studied as a praxis, a clinical science disengaged from the original discourse.
Keywords : metaphysics, experimental science, hypothesis, dogmatism

On-site osteopathic practice in big companies : impact on absenteeism. Laura Perinetti, Marc Bozzetto

Abstract
Objectives :
Musculo-skeletal disorders are the main cause of Absenteeism in Companies. In a big firm, would an On-site osteopathic Clinic be feasible and interesting in the matter of caring for the musculo-skeletal disorders suffering employees ?
Methods : During eight months, two osteopaths organised an on-site osteopathic consultation in a building industry Company during working hours. Practitioners used mainstream techniques, adapting to each patient’s dysfunctions. A satisfaction and evolution questionnaire along with a numeric pain scale were used as main criterion.
Results : 345 consultations allowed to treat 151 employees. 97,4% noticed an improvement of their main complaint. Absenteeism came down by 22,7% (p<0,0001) and 68,9% assessed that osteopathic treatment allowed them to avoid being on sick leave, totalizing 314 days.
Conclusion : It is possible to manage an on-site osteopathic consultation in a company, as well as working alongside occupational health practitioners to collect statistically useful facts. We advise to carry on with this work in order to get a bigger population, to have a longitudinal follow up and to put to the test hypotheses on therapeutic efficiency.
Keywords : observational study, absenteeism, Lower back pain, human resources.

Length variations of the vertebral artery in vivo : Comparative study between physiological rotation and pre-manipulative position of the cervical spine. Walid Salem, Cyril Lenders, Yves Lepers, Jacques Mathieu, Paul Klein.

Abstract
Objectives : The purpose of this in vivo study is to compare the segmental and total length variations of the vertebral artery (VA) between maximum physiological rotation and pre-manipulative position of the cervical spine.
Methods : A complete CT scanner of the cervical spine was realized on three groups of ten subjects each. Images acquisition for the first and the second group were carried out in neutral position and in right, respectively left rotation positions. For the third group, the images were acquired in neutral position and in pre-manipulative position of the cervical spine at C4/C5 right level using multiple component technique. The length variations were calculated according to the inter-foraminal distances.
Results : Length variations of the vertebral artery are significantly less than the variations during physiological maximal rotations of the cervical spine during manipulative technique.
Conclusion : This study gives new and important insight into the behavior of vertebral artery strain during manipulation using this kind of multiple component technique, and support that the vertebral artery strains experienced during pre-manipulative position is substantially less than the strain during normal neck rotation.
Keywords : cervical manipulation, vertebral artery, cervical rotation, multiple component technique

Instructions for authors.

News : Call for projects 2011 - CNRD

Le sommaire sur le site de la revue

Cette page a été créée en accord avec Robert Meslé, Directeur de la publication


Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Statistiques du site | Visiteurs : 34 / 323558

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Revues  Suivre la vie du site La Revue de l’Ostéopathie   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License