La biblioboutik de l’ostéo4pattes-SDO

Nature Sciences Santé n°8 Octobre 2017

jeudi 21 mars 2019 par Nature Sciences Santé

Édito


La ménopause n’est pas définie comme une maladie, mais est un passage obligé pour chaque femme à un moment de sa vie, avec de multiples symptômes qui se manifestent ou non.
Dans tous les cas, un traitement avec des nutriments, des probiotiques, des extraits de plantes… peut avoir des effets bénéfiques.
J’écris et je dis souvent que les compléments alimentaires, tout comme les médicaments de phytothérapie, sont loin d’être anodins.
Cela veut dire, pour moi, que comme ils contiennent des substances avec des propriétés biologiquement actives, ils peuvent certes avoir des effets bénéfiques, mais aussi, surtout s’ils sont utilisés dans de mauvaises conditions, avoir des effets délétères.
S’il est un domaine dans lequel l’intervention et les conseils d’un professionnel de santé averti sont indispensables, c’est bien celui de la ménopause.
En lisant les entretiens que nous avons eus, notamment, avec le Professeur Catherine Bennetau et le Dr Bérengère Arnal, vous comprendrez que les choses ne sont pas aussi simples qu’elles le semblent.
Les traitements naturels semblent avoir moins d’effets secondaires et de risques que les traitements hormonaux substitutifs. Ils ont une efficacité certaine, mais plus ou moins importante sur les effets de la ménopause. Cependant, ils ne sont pas tous sans effets potentiellement délétères et doivent être utilisés utilisés sous surveillance médicale.

Brigitte Karleskind

Sommaire

Le gattilier : De l’usage traditionnel à la recherche scientifique

Les vertus médicinales du gattilier sont connues depuis l’Antiquité. Ses baies sont largement utilisées depuis des dizaines d’années pour traiter certains troubles gynécologiques incluant le syndrome prémenstruel, les douleurs mammaires cycliques ou les irrégularités du cycle et, dans une moindre mesure, les symptômes de la ménopause. Malgré leur popularité chez les praticiens et le grand public, relativement peu d’études cliniques documentent leur efficacité.

Entretien avec le Professeur Catherine Bennetau-Pelissero : Les isoflavones peuvent avoir des effets bénéfiques mais pas en toutes circonstances

Catherine Bennetau-Pelissero est professeur en Sciences animales et Nutrition Santé humaine. Elle a commencé son activité de recherche sur l’étude de la reproduction de l’esturgeon sibérien. Elle a découvert sur ce poisson les effets estrogéniques des phytoestrogènes de soja. Elle est aujourd’hui experte pour les agences sanitaires française et européenne sur ce sujet. Depuis l’an 2000, elle étudie les effets des phyto-estrogènes sur la santé humaine. Après avoir examiné l’action de ces molécules sur l’ostéoporose, le cancer du sein, les bouffées de chaleur, elle travaille actuellement sur leur impact en prévention du déclin cognitif lié à l’âge. Elle travaille à Bordeaux Sciences Agro et à l’Inserm et a mis en place une nouvelle formation sur les compléments alimentaires avec l’université de cette même ville. Celle-ci est ouverte à la formation continue des professionnels de santé et des compléments alimentaires.
Nous lui avons demandé de nous parler des isoflavones, de leurs effets bénéfiques, et aussi des dangers qu’ils peuvent présenter s’ils sont utilisés dans de mauvaises conditions.

Dossier : Ménopause, les alternatives naturelles

La ménopause est une étape obligée dans la vie des femmes. Dans certains cas, les symptômes qui l’accompagnent perturbent profondément la vie au quotidien et peuvent même être à la limite du supportable, générant insomnies et dépression. Dans d’autres cas, la transition se fait en douceur, avec peu ou pas de symptômes perturbants. Dans les deux cas, pour mieux vivre cette transition, pour améliorer son bien-être au quotidien, et pour prévenir certains effets du vieillissement, il existe des solutions naturelles alliant nutriments essentiels, extraits de plantes, probiotiques, huiles essentielles, homéopathie…

Dossier : Le traitement hormonal substitutif (THS)

Le traitement hormonal substitutif a pour objectif de compenser la carence en œstrogènes. En France, dans la plupart des cas, on utilise du 17 bêta-estradiol par voie transdermique ou par voie orale. Chez les femmes non hystérectomisées, un progestatif par voie orale, souvent de la progestérone naturelle, est systématiquement associé.

Dossier : Agir sur le risque cardiovasculaire

Le risque cardiovasculaire augmente de façon importante avec la baisse puis l’arrêt de la sécrétion des hormones féminines. De surcroît, à la ménopause, certaines femmes ont tendance à prendre du poids, à avoir un excès de cholestérol LDL et de triglycérides, une tension artérielle, un niveau d’homocystéine et de protéine C-réactive élevé, à développer un diabète… autant de facteurs qui augmentent encore ce risque. La prévention repose donc essentiellement sur la pratique d’une activité physique régulière ainsi qu’une alimentation plus équilibrée et privilégiant des apports en nutriments essentiels. Des apports complémentaires de vitamines, de minéraux et d’extraits de plantes, notamment antioxydantes, peuvent également être bénéfiques..

Dossier : Intérêt des acides gras oméga-3

Avoir des apports suffisants en poisson et en acides gras oméga-3 est particulièrement important pour les femmes ménopausées. Ils pourraient en effet jouer un rôle non négligeable dans la prévention des risques cardiovasculaires, dans la gestion des bouffées de chaleur et dans la protection de la santé des os.

Dossier : Les modifications du microbiote vaginal

Au cours de sa vie, le microbiote d’une femme évolue de façon considérable. Avant la ménopause, la flore vaginale est dominée par les lactobacilles qui représentent 95 % du microbiote total. Celui-ci joue un rôle protecteur fondamental contre les infections dans le vagin. Toute altération quantitative ou qualitative qui compromet l’équilibre de la flore vaginale facilite la multiplication des germes commensaux et/ou l’entrée de germes provenant de l’extérieur.

Dossier : Atténuer les bouffées de chaleur

Près d’une femme ménopausée sur deux souffre de bouffées de chaleur et/ou de suées nocturnes. Ces manifestations de la ménopause peuvent être ressenties comme légères à modérées chez la grande majorité des femmes et comme sévères par un peu plus de 8 % d’entre elles. Des extraits de plantes, contenant pour la plupart des phyto-estrogènes, peuvent aider à atténuer les désagréments provoqués par les bouffées de chaleur.

Dossier : Le magnésium, un élément essentiel à la santé des femmes

Des déficiences en magnésium semblent jouer un rôle important dans les symptômes de la ménopause ainsi que dans la santé et le bien-être des femmes ménopausées. Or un grand nombre d’entre elles, pour ne pas dire la majorité, ont des apports insuffisants en magnésium.

Dossier : Questions au Docteur Bérengère Arnal, Gynécologue obstétricienne : Comment bien vivre sa ménopause en toutes circonstances

Le Docteur Bérengère Arnal nous explique ce qu’elle propose à ses patientes pour qu’elles vivent leur ménopause dans les meilleures conditions possibles.

La sécheresse vaginale est liée à la baisse, puis à la disparition des œstrogènes. Des frottis montrent l’imprégnation hormonale au niveau des cellules superficielles qui passent de 100 % à 0 %, sans traitement.

Nous remercions la revue Nature Sciences Santé de nous avoir autorisé à présenter ce numéro de la revue

Abonnement

Directeur de la publication : André Dunand
Rédactrice en chef : Brigitte Karleskind
Périodicité : 8 numéros par an + 2 hors-série
Abonnement annuel :
- version papier : 36 € ou CHF 39
- version électronique : 32 € ou CHF 35
=> S’abonner à Nature Sciences Santé

Voir en ligne : Nature Sciences Santé

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 16 / 347742

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Revues  Suivre la vie du site Nature Sciences Santé   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.11 + AHUNTSIC

Creative Commons License