La biblioboutik de l’ostéo4pattes-SDO

Dictionnaire de médecine ostéopathique

Stéphane Beaume - Elsevier Masson 2014
mardi 19 février 2019 par Stéphane Beaume

Stéphane Beaume - Dictionnaire de médecine ostéopathique - Elsevier Masson 2014

464 pages - Format : 135 x 210 mm - ISBN : 9782294743825 - Prix : 45 €

Descriptif

Premier dictionnaire en langue française dédié à cette discipline, le Dictionnaire de médecine ostéopathique regroupe près de 3 500 entrées. Il est conçu pour :

- découvrir le langage ostéopathique ;
- disposer d’un outil de référence terminologique pour les travaux de recherches et mémoires ;
- améliorer la communication avec les autres professionnels de santé (médicaux et paramédicaux) ;
- parfaire le relationnel du praticien avec le patient.

Il est destiné aux étudiants en ostéopathie, aux ostéopathes débutants et confirmés ainsi qu’aux autres professionnels de santé qui souhaitent utiliser les termes exacts pour leur prescription en ostéopathie.

L’auteur

Stéphane Beaume est ostéopathe DO, titulaire d’une maîtrise en sciences du mouvement et diplômé en santé publique.
Praticien libéral, il enseigne les politiques de santé et la législation à l’université d’Avignon, ainsi que la terminologie médicale et l’histoire de la médecine à l’IFO-GA, école agrée d’ostéopathie.

Extraits

Ajustement

Ajustement n.m. *adjustment (lat. justus, juste ; syn. agencement).[p.10 du Dictionnaire]

Manœuvre thérapeutique utilisant force, pression, direction, amplitude et vélocité contrôlées, appliquée à des articulations et aux tissus adjacents pour corriger les dysfonctions musculosquelettiques. Voir Manipulation, Mobilisation, Normalisation. « Le principe de base de l’ostéopathie est celui de l’ajustement. » LITTLEJOHN « L’ajustement du corps n’est pas un adjuvant à notre traitement, c’est la matière même de l’ostéopathie. » WERNHAM « Dans les premiers temps, le terme ajustement était utilisé par les ostéopathes pour désigner exclusivement un ajustement articulaire, mais depuis lors, la signification du terme ajustement s’est élargie presque autant que celle du terme lésion. » BURNS « Je désire exprimer clairement qu’il existe de nombreux moyens pour ajuster les os. Et lorsqu’un praticien n’utilise pas la même méthode qu’un autre, cela ne démontre aucunement de l’ignorance criminelle de la part de l’un ou de l’autre, mais simplement deux moyens différents pour obtenir des résultats. » STILL « Lorsque les pièces sont réajustées, la maladie fait place à la santé. » STILL « La caractéristique première d’un ajustement articulaire doit être sa précision. » CECCALDI & FAVRE

— postural anticipé *postural adjustment : Modification de l’activité des muscles posturaux préalable à toute perturbation posturale induite par le mouvement lui-même.

Articulation

Articulation n. f. *joint (lat. articulus, jointure). [article reproduit partiellement - Voir p. 28-29 du Dictionnaire]

1. Réunion de deux ou plusieurs os du squelette et permettant différents degrés de mobilité entre eux. Elle est composée de surfaces cartilagineuses parfaitement adaptées l’une à l’autre et jointes par un ensemble de formations : une capsule articulaire, des ligaments et une synoviale (Tableau 5). Une articulation est un organe vivant, siège d’un équilibre dynamique constant associant une destruction continue par usure et phagocytose, avec une reconstitution cellulaire permanente assurée par un cycle très lent. Cet équilibre est sous le contrôle de nombreuses hormones et de différents facteurs locaux. Le poids du corps et les tractions musculaires soumettent les articulations à rude épreuve mais tant que les sollicitations demeurent compatibles avec les données de la biomécanique, les articulations ne subissent aucune contrainte nociceptive ; si ces données changent, il apparaît alors des perturbations arthrosiques et des dysfonctions.

2. Processus de mobilisation d’une articulation par le biais de cette dernière permettant une fourchette de mouvements anatomiques actifs et passifs. L’articulation peut être utilisée comme un moyen de diagnostic ou comme une technique de traitement. Voir Surface articulaire, Technique. « Nous devrions avoir une image parfaite des articulations ou des os que nous souhaitons ajuster. » STILI. « Au départ, furent surtout considérées les structures articulaires osseuses, très rapidement le concept d’articulation s’est étendu à tous les tissus du corps. Par exemple, l’articulation entre un muscle et son fascia, un nerf et son tunnel musculo-tendineux, un rein et le psoas, un foie et le diaphragme, utérus/vessie, aussi bien que sacro/iliaque, tibia et fémur... Toute contiguïté est une articulation. » ABEHSERA

— à demi-base *hemibasis joint, etc.
— cartilagineuse *cartilagineous joint, etc. Voir Synchondrose, Symphyse.
— fibreuse *fibrous joint, etc. Voir Syndesmose, Suture, Gomphose.
— immobile *motionless joint : Voir Synarthrose.
— mobile *movable joint : Voir Diarthrose.
— semi-mobile *hemimovable joint : Voir Amphiarthrose.

Tableau 5. Classification des articulations.

Barrière

Barrière n. f. *barrier (gaul. barro, sommet). [p.39-40 du Dictionnaire]

1. Limite du mouvement. Ex. : barrières anatomique, pathologique, physiologique, etc. Voir Barrière motrice.

2. Dispositif de protection. « Le contact avec la peau d’une personne fait céder rapidement les barrières émotionnelle et physique. » CHAITOW.

— anatomique *anatomic barrier : Limite de mouvement imposée par la configuration des structures anatomiques et représentant la limite du mouvement passif. La barrière anatomique se situe au-delà de la barrière physiologique.
— de restriction *restrictive barrier : Voir Barrière pathologique.
— élastique *elastic barrier (syn. barrière ligamentaire) : Limite entre la barrière physiologique et la barrière anatomique au niveau de laquelle les ligaments sont étirés sans atteinte.
— ligamentaire *ligamentous barrier : Voir Barrière élastique.
— motrice *motion barrier : Limite de l’amplitude d’un mouvement. La barrière motrice peut être, en fonction de la limitation : a) anatomique (configuration des structures anatomiques), b) physiologique (accumulation des structures tissulaires à l’intérieur de la barrière anatomique), c) pathologique (dysfonction). Elle désigne la capacité musculo-aponévronétique d’un muscle (ou d’un tissu) d’être étiré sans déplacement de ses points d’insertion dans les premiers degrés d’amplitude articulaire.
— pathologique *pathologie barrier (syn. barrière de restriction) : Limite fonctionnelle de mobilité avec diminution de l’amplitude sans atteinte anatomique. Cette limite permanente du mouvement articulaire associée à un changement tissulaire pathologique, comme une contracture par exemple, est causée par des dysfonctions neuromotrices et structurales. « La barrière pathologique est un point dans la course du mouvement actif ou passif où la résistance au mouvement augmente soudainement. La dysfonction va créer une barrière de restriction avant que l’on puisse arriver à la barrière physiologique, et la position neutre de l’articulation va s’en trouver déplacée. » SAVELLI
— physiologique *physiologic barder (syn. barrière tissulaire) : Limite de l’amplitude d’un mouvement dans le cadre anatomique fonctionnel, traduite par un verrouillage lors d’une mise en tension même modérée. Cette atteinte signe la dysfonction ostéopathique. La barrière physiologique se situe en deçà de la barrière anatomique. « Dans la mobilité articulaire normale, le patient peut se mouvoir activement entre les barrières physiologiques, et passivement jusqu’aux barrières anatomiques. » SAVELLI
— tissulaire *physiologic barrier : Voir Barrière physiologique. « On sent une barrière tissulaire quand les tissus du patient opposent une résistance accrue à la pression des doigts du thérapeute. Le tissu qui constitue cette barrière est souvent le tissu important à repérer et à évaluer (...) Par conséquent, la pression adéquate pour palper les tissus d’un patient est habituellement toute pression nécessaire pour atteindre et explorer le tissu qui constitue cette barrière tissulaire. » MUSCOLINO

Nous remercions l’auteur, Stéphane Beaume et les éditions Elseivier Masson de nous avoir autorisé à présenté cet ouvrage et à publier les extraits

Ce livre a été présenté le 29-01-2015 sur le Site de l’Ostéopathie


Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Statistiques du site | Visiteurs : 21 / 309780

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Livres & Mémoires  Suivre la vie du site Livres d’ostéopathie Humaine   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License