La biblioboutik de l’ostéo4pattes

La torsion physiologique en ostéopathie comparée

De Yves Guillard
vendredi 26 avril 2013 par vetosteo

Réduire une scoliose ou harmoniser la longueur des jambes chez un humain, changer l’aplomb chez un cheval, ce sont quelques uns des résultats inespérés (impossibles ?) obtenus pourtant, dès la première séance, en harmonisant la Torsion Physiologique.

Cette nouvelle notion vient révolutionner la physiologie de l’ostéopathie en complétant le Mécanisme Respiratoire Primaire découvert par Sutherland au début du XXe siècle. Elle permet maintenant d’envisager le corps dans ses trois dimensions, tout en dépassant les clivages entre ostéopathies crânienne, viscérale ou articulaire. De même l’approche de l’Ostéopathie Comparée aborde le Mammifère dans sa globalité : qu’il soit bipède ou quadrupède, humain ou animal, son fonctionnement est souvent très proche, tout comme les traitements à lui appliquer.

La prise en compte du fait que la mise sur deux (ou quatre) pattes du Mammifère est souvent longue et difficile à acquérir (un an pour le bipède humain, de quelques dizaines de minutes à plusieurs semaines pour le quadrupède) permet de comprendre que la position debout ne s’est pas faite automatiquement à partir du sol. Tout au contraire, elle est le fruit d’une construction laborieuse pour n’arriver, finalement, qu’à un compromis plus ou moins bancal. En effet tous les nouveaux patients humains présentent une jambe plus courte que l’autre, tandis que la très grande majorité des quadrupèdes souffre de problèmes d’aplomb.

Le paradoxe est que ces résultats surprenants sont obtenus grâce à des techniques simples, tout en douceur, mais subtiles. Au delà du traitement de la scoliose ou des défauts d’aplomb, elles permettent également de résoudre la plupart des lésions ostéopathiques rencontrées, aussi bien chez l’humain que chez l’animal. En effet celles-ci rentrent généralement dans l’un des trois dysfonctionnements de la Torsion Physiologique (parascoliose, Torsion Accentuée ou Torsion Inversée) dont la clef se trouve à trois niveaux (respectivement le bassin, l’abdomen et le thorax). Le diagnostic de ces trois schémas lésionnels est facile chez l’humain tandis qu’il s’effectue, chez le quadrupède, en testant simplement la torsion du bassin et le sens de rotation de l’écaille occipitale.

La précision du diagnostic permet de traiter ainsi de nombreuses affections, tout en réduisant considérablement le nombre des techniques nécessaires. En effet, une fois la Lésion Primaire trouvée, il ne reste plus qu’à la libérer pour voir les autres blocages disparaître, comme par enchantement...


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 584 / 233515

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Livres & Mémoires  Suivre la vie du site Livres de concepts & de philosophies ostéopathiques   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License