La biblioboutik de l’ostéo4pattes-SDO

L’ostéopathe magazine n° 25

Mars / Avril / Mai 2015
lundi 25 mars 2019 par L’Ostéopathe magazine

Édito : L’essentiel est invisible pour les yeux, on ne voit bien qu’avec nos capteurs

L’équilibre est un mot brumeux qui regroupe un nuage d’idées. Littéralement, c’est l’égalité de deux forces, de deux poids qui s’opposent. Mais c’est aussi l’équilibre social, professionnel, amoureux, psychologique, etc. Alors dans cette purée de "poids", on peut se demander : que représente vraiment un état d’équilibre ? C’est avant tout dynamique. C’est l’art de constamment jongler avec nos sensations sans perdre la pulsation de cette motion tonique. La structure gouverne la fonction et l’équilibre n’existe que dans le mouvement.
Entre les deux, il y a tous nos outils de perception. Et si l’essentiel est invisible pour les yeux, on ne voit bien qu’avec nos capteurs : pied, peau, etc. Car sans le savoir, nous sommes des funambules obnubilés de la tête au pied par une seule idée : passer d’un équilibre improvisé vers un déséquilibre apprivoisé. Cette acrobatie de trapézistes vertigineux est possible par le jeu d’une communication harmonieuse du corps vers l’esprit et de l’esprit vers le corps.
Lorsque l’équilibre s’envole et que l’on perd pied, les posturologues, pour qui l’équilibre statique est une imposture, mettent la main à la "patte" pour nous aider à remettre les pieds sur terre. Finalement, pour tous les thérapeutes, l’équilibre c’est dessiner chez ses patients une ligne thérapeutique qui fixe une juste proportion entre adaptabilité et mobilité. Trouver l’équilibre n’est alors plus pesant. C’est juste évident et léger comme une brise de printemps.

Reza Redjem-Chibane,
Rédacteur en chef et responsable de la publication.

Actualités – Brèves

Running : tout est dans la dose !
En matière de running, la notion de dose pour obtenir un bénéfice a déjà été mise en avant pour montrer l’existence d’une durée, intensité ou rythme plancher. La possibilité d’une « dose maximale » est suggérée dans quelques études, mais elle est loin de faire consensus.
RGO et « Cough Hypersensitivity Syndrome ». Comment les distinguer ?
Une toux persistante chez un asthmatique nécessite d’adapter son traitement. Si l’asthme n’est pas la cause, il faut rechercher une autre étiologie. Après avoir éliminé un éventuel reflux gastro-œsophagien (RGO), un nouveau syndrome...
Du vin rouge pour brûler les graisses
En bouteille, en brique ou en grappe, le raisin noir améliorerait l’état de santé des personnes en surpoids en brûlant leurs graisses. C’est la conclusion d’une étude publiée dans le Journal of Nutritional Biochemistry. Les chercheurs ont en...
Les additifs alimentaires : abrasifs et nocifs pour l’intestin !
Les émulsifiants perturberaient la flore intestinale. Chez la souris, ils agissent comme des détergents de la paroi digestive et provoquent des inflammations semblables à la maladie de Crohn. Or les additifs alimentaires utilisés pour l’amélioration, la...
Médecine à expertise particulière versus médecine intégrative
En France, le nombre de médecins revendiquant une expertise particulière (MEP) de type homéopathie, acupuncture, ostéopathie, etc. aurait doublé entre 2008 et 2013, passant de 7 300 à 15 000 (dont 20 % en exercice exclusif). En Amérique...
Rougeole : l’Amérique voit rouge
Le nombre de cas de rougeole continue à croître aux États-Unis et relance le débat entre pro et anti-vaccins. Pourquoi cette maladie censée avoir été éradiquée depuis 2000 réapparaît-elle ? Réponse : la diminution du taux de vaccination. Avec...
Kétoprofène déremboursé : victoire de la HAS
Le Journal Officiel du 21 janvier 2015 annonce que l’anti-inflammatoire Ketum® et ses génériques seront déremboursés à partir du 1er mai 2015. Il avait fait l’objet d’un signalement de dermatoses graves (allergies de contact et photosensibilisation rémanentes)...
Un « pacemaker anti-faim » bloquant le nerf vague
La Food and Drug Administration (FDA) a autorisé la mise sur le marché d’un implant pour traiter l’obésité chez certains adultes : le Maestro Rechargeable System (EnteroMedics). C’est un générateur d’impulsions électriques rechargeable...
La fatigue chronique n’est pas une maladie psychologique !
Le syndrome de fatigue chronique aurait une signature biologique d’après une étude américaine, publiée le 27 février dans le journal Science Advances. Les niveaux de 51 marqueurs du système immunitaire dans le plasma de 298 malades et de 348 personnes...
Communiquer ses émotions
Les Chinois qui parlent le mandarin sont plus susceptibles de reconnaître les émotions dans la voix des autres. Les Nord-Américains anglophones se fient davantage aux expressions faciales. L’étude réalisée à l’Université Mc-Gill (Canada)...
L’anxiété : accélérateur du vieillissement
La longueur des télomères (extrémité des chromosomes) diminuant avec l’âge est un marqueur du vieillissement. Selon une étude publiée dans le British Journal of Psychiatry, les troubles anxieux tels que définis dans le DSM-IV auraient un... tab Rencontres

Actualités – Rencontres

4e symposium SEROPP : Oralité de l’enfant - La SEROPP prend la parole

L’alimentation est primordiale dans les premiers âges de la vie. Notamment chez les prématurés. Les mécanismes de l’oralité et les moyens d’action sont mieux connus. Quelle est la place de l’ostéopathie dans cette prise en charge ? Tour d’horizon avec la SEROPP.
Par Elise Bouyssou, ostéopathe et titulaire du DU de périnatalité (Paris VIII) et Reza Redjem-Chibane

3e congrès de la FROP : Recherche ey ostéopathie, le duo gagnantPour sa 3e édition, le congrès de la FROP (Formation et Recherche en Ostéopathie Pédiatrique) a voulu confronter la pratique en ostéopathie pédiatrique avec la recherche scientifique. Pari tenu !

Un reportage réalisé par Reza Redjem-Chibane

Ce congrès qui s’est tenu à Bordeaux du 19 au 21 février. Les deux premiers jours étaient consacrés à des ateliers. La journée du 21 à des conférences. L’ostéopathe magazine était présent pour suivre les interventions d’ostéopathes d’horizons différents et de scientifiques des neurosciences. Avec pour thème, L’ostéopathie convoque les neurosciences autour du développement de l’enfant, le congrès avait pour finalité de relier pratique ostéopathique et recherche scientifique. L’intervention d’Agnès Nadjar et Stéphane Fernandez a parfaitement illustré cette thématique. Elle mettait en avant une approche primordiale pour la recherche ostéopathique : la mixité. Une mixité à plus d’un titre, car cette intervention était animée par un homme et une femme, un ostéopathe et une scientifique. Agnès Nadjar, chercheuse en neurosciences, et Stéphane Fernandez, ostéopathe, ont mis en scène un dialogue entre un ostéopathe clinicien et une chercheuse en neurosciences. L’ostéopathe y présente sa pratique et la chercheuse y trouve des réponses à travers ses travaux sur l’activité des cellules microgliales du cerveau. L’ostéopathie questionne, la recherche solutionne … Et non pas l’inverse.

NEOSTEO : une étude à boire comme du petit lait

Comment relier échec de l’allaitement maternel et d’éventuels troubles de la succion déglutition chez le nourrisson pour mettre en évidences des dysfonctions spécifiques chez le nouveau-né ? C’est tout l’enjeu de l’étude NEOSTEO.

Ostéopathie et recherche côte à côte

La pratique de l’ostéopathie est basée sur une analyse palpatoire et une interprétation sensorielle. Comment un ostéopathe peut-il intégrer un programme de recherche, où la rationalité prend le pas ? Un dilemme auquel tente de répondre Sarah... tab Dossier

Dossier  : Posturologie

La posturologie propose depuis 25 ans une prise en charge originale, mais peu connue. Elle s’adresse à des patients très spécifiques. Mais quels sont ses concepts de base ? Du bilan sur plate-forme stabilométrique aux tests cliniques, découvrez comment se déroule une consultation de posturologie. Un dossier complet, équilibré et … bien balancé.

Métier - Enquête

Posturologie : une histoire qui tient debout !

À la croisée de la neuro-anatomie et des mathématiques, la posturologie propose depuis 25 ans une prise en charge spécifique. Mais son histoire est bien plus ancienne et remonte jusqu’au XIXe siècle. Elle nous est contée par Pierre-Marie Gagey. Par Jérémie Cogan, ostéopathe et Reza Redjem-Chibane

Jusqu’en 1870 et grâce à la publication de l’Introduction à l’étude de la Médecine Expérimentale de Claude Bernard, professeur en physiologie, le concept anatomoclinique prédominait en médecine. Jean-Martin Charcot, neurologue français, structurait ensuite la nosologie des maladies du système nerveux central autour de ce concept. Il existait alors une relation logique entre topologie, fonction et clinique des différentes parties du corps. Dix ans plus tard, l’essentiel de la neurologie était décrit. Mais après 1870, la description de maladies du système nerveux central sans lésions anatomiques interroge les premiers neurologues. Représenter de nouvelles entités sur une base anatomoclinique devient donc secondaire.

Métier - Interview

Pierre-Marie Gagey

Le patient déficient postural : ce méconnu…

Pierre-Marie Gagey est docteur en médecine, président honoraire de l’Association. Il a contribué à la mise en oeuvre des plateformes de stabilométrie et à la mise en place de leurs normes. Il participe également au développement de la posturologie. Propos recueillis par Jérémie Cogan

D’où vient votre intérêt pour la posture ?

J’étais médecin du travail du bâtiment et des travaux publics. Avec 300 000 patients par an, cette activité était parfaite pour observer la santé publique. Les erreurs médicales sont facilement repérables et le nombre de traumatismes crâniens y est important : 10 % des consultations ! J’avais alors pu constater que la médecine ignorait les séquelles des traumas crâniens. Le terme de « syndrome subjectif » datant de 1916 reste employé. À tort (voir notre reportage sur l’histoire de la posturologie). Dans les années 70, je découvrais les recherches de Jean-Bernard Baron. C’est à ce moment que tout a commencé. tab Reportage

Métier - Reportage

Dysfonction systématisée généralisée : mise à jour du syndrome de déficience posturale

Discipline spécifiquement française au départ, l’association internationale de posturologie compte aujourd’hui 3 000 membres essentiellement en France, Espagne, Brésil, Russie, Hollande. Mais où placer précisément le posturologue dans le circuit thérapeutique ? Les réponses de Philippe Villeneuve, podologue, ostéopathe et posturologue.

Par Jérémie Cogan, ostéopathe, et Reza Redjem-Chibane

Depuis quand s’intéresse-t-on à la question de la posture ? Pour Théophile Ohlmann, chercheur au laboratoire de psychologie et neurocognition du CNRS de l’université de Grenoble (UMR 5105) : « le monde extérieur est un espace subjectif et l’activité posturale sollicite une perception active permanente ». La perception directe est donc impossible. Elle se fait par le biais de modalités perceptives et « chaque individu dispose de trop de moyens de perception. Il réduit donc spontanément cette perception générée par l’ensemble de ses outils perceptifs à travers des processus vicariants » (NDLR : le terme vicariant s’emploie pour désigner un organe ou une fonction qui joue le rôle d’un autre organe ou d’une autre fonction déficients). Pour résoudre cette problématique qu’est tenir debout et ajuster sa posture en permanence, notre cerveau emprunte donc des chemins de traverse ». Ce processus vicariant fait ressortir des différences interindividuelles très marquées. Pour une même situation, chaque individu adoptera des modalités de perception différentes. Toute modélisation de ces phénomènes ne pourra donc pas intégrer la complexité de l’intégration posturale qui est un processus personnalisé. tab Fiche clinique

Fiche clinique : Étude de cas

L’examen clinique posturologique : debout évidemment !

Au cours d’une consultation commentée, Philippe Villeneuve nous a décrit le protocole d’un bilan posturologique sur plate-forme stabilométrique. Il nous a également présenté une sélection de tests de posturologie.

Par Jérémie Cogan, ostéopathe, et Reza Redjem-Chibane

L’ objectif d’un bilan posturologique est double. D’abord définir la qualité des oscillations en posture orthostatique par une plateforme de stabilométrie. Ensuite, évaluer la qualité du tonus musculaire dans le mouvement par le bilan posturo-dynamique. La consultation commence donc par un bilan posturologique sur plate forme de stabilométrie-podomètre. Lors de cet examen, le patient est pied nu et en sous-vêtement. La qualité des pressions plantaires ainsi que les oscillations du centre de gravité du patient sont analysées. Un fil à plomb placé face à lui sert de repère visuel. La prise de mesure dure 50 secondes. La focalisation de l’attention est améliorée en demandant au patient de compter les secondes. Quatre séries de mesures sont réalisées sur la plate-forme…tab Recherche

Recherche - Revue de presse

Publications scientifiques : la posturologie l’a bien cherché !

Publications scientifiques : la posturologie l’a bien cherché !

Les détracteurs de la posturologie posent la problématique suivante : rares sont les humains ayant la posture des planches d’anatomie. Comment partir du postulat qu’atteindre cette position idéale préviendrait l’apparition de troubles ? L’analyse des « anti-postures » permettra de comprendre les arguments allant à l’encontre de la posturologie.

Par Marjolaine Dey, ostéopathe

Leon Chaitow, ostéopathe de renom, a longtemps étudié cette problématique. En tant que rédacteur en chef de la revue Journal of Bodywork and Movement Therapies, il a publié de nombreux articles sur la posturologie. Mais uniquement ceux montrant des résultats significatifs, qu’ils soient pour ou contre la posturologie. Très bien informé des problématiques de cette discipline, il publie un billet sur son blog en février 2015. Son objectif : relancer le débat et… émettre une opinion personnelle. Les personnes présentant une posture considérée comme « anormale » ne présentent pas forcément des douleurs. La posture semblerait tendre vers les figures anatomiques connues. Nous avons tous vu dans nos livres préférés des schémas de la position anatomique de référence. Or, il semblerait que peu de personnes correspondent à ce schéma. Nous ne sommes pour autant pas tous criblés de douleurs en permanence. De plus, les thérapeutes utilisant un champ lexical postural auprès de leur patient auraient une vision simpliste. Si le patient redresse sa posture, travaille en ce sens et atteint l’objectif de symétrie, cela n’impliquera pas pour autant la disparition totale de la douleur et de ses problématiques initiales.

Abonnements
Formule Pro
1 an soit 4 numéros + accès Web 12 mois (- 20%) France & Étranger : 120 € TTC
Formule Étudiant
1 an soit 4 numéros + accès Web 12 mois (-60 ) : 60 € TTC (dont TVA 2,10%)

Nous remercions Reza Redjem-Chibane, Directeur de la Publication, de nous avoir autorisé à présenter L’Ostéopathe Magazine.

Voir en ligne : L’ostéopathe magazine

Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Statistiques du site | Visiteurs : 2 / 309780

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Revues  Suivre la vie du site L’Ostéopathe magazine   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License