La biblioboutik de l’ostéo4pattes-SDO

Nature Sciences Santé n°17 Mai 2019

dimanche 26 mai 2019 par Nature Sciences Santé

Édito

Ces dernières semaines, des titres attirant l’attention sur le danger et l’inefficacité des compléments alimentaires ont fleuri dans la presse grand public.

Cela a commencé avec la dangerosité des compléments alimentaires pour le cerveau. Principal suspect, le ginkgo biloba. Lui était reprochée sa dangerosité en cas de traitement anticoagulant. Oui, mais une mise en garde est normalement stipulée sur les boîtes des compléments alimentaires contenant du ginkgo biloba, recommandant de se rapprocher de son médecin traitant si l’on est dans un tel cas.

Puis, l’Anses, l’agence nationale française de sécurité sanitaire, alimentation, environnement, travail, a publié un avis relatif « aux risques liés à la consommation des compléments alimentaires à visée articulaire contenant de la glucosamine et/ou de la chondroïtine sulfate ». À nouveau des titres sur le danger des compléments alimentaires sont apparus. Mais leurs auteurs ont-ils lu le rapport de l’Anses ? En neuf ans, le service de nutrivigilance a comptabilisé 74 cas d’effets indésirables, dont 23 d’imputabilité très vraisemblable ou vraisemblable.

Enfin, la semaine où j’écris cet éditorial, on a rapporté le cas de l’hospitalisation d’une personne à la suite de la prise de vitamine D. Précisons qu’elle avait multiplié par trois les doses recommandées. Mais, en fait, qu’est-ce que tout cela veut dire ?

Un complément alimentaire, parce qu’il contient des principes actifs susceptibles d’avoir des effets bénéfiques lorsqu’il est utilisé à bon escient, peut être néfaste si on ne respecte pas les recommandations. Par exemple, si l’on est allergique aux poissons et aux crustacés, mieux vaut éviter les produits qui en sont extraits.

Enfin, lorsque l’on est malade, que l’on suit un traitement, il ne faut jamais prendre un complément alimentaire sans en parler avant avec le professionnel de santé qui vous suit. Des interactions entre le complément alimentaire et les médicaments peuvent se produire.

Brigitte Karleskind

Sommaire

Le curcuma - De l’usage traditionnel à la recherche scientifique

Les médecines traditionnelles notamment d’Inde et de Chine connaissent le curcuma et ses propriétés depuis des millénaires. La recherche contemporaine s’est focalisée sur les propriétés antioxydantes, hépatoprotectrices, anti-inflammatoires, anticarcinogènes et antimicrobiennes du curcuma. Elle s’est également intéressée à son usage dans les troubles gastro-intestinaux et les maladies cardiovasculaires.

Vers une médecine intégrative - L’appel de Montpellier du 29 mars 2019 - Jean-Michel Vaysse, rédacteur en chef de Santé Science & Conscience

Nous vivons une période fort contrastée où, parmi tant d’autres exemples possibles :

- l’on peut lire dans Le Quotidien du Médecin du 18 avril l’interview du Pr Alain Baumelou, néphrologue, responsable du centre intégré de médecine traditionnelle chinoise de l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière (AP-HP), qui signale que « la demande en médecine traditionnelle chinoise est si importante que nous ne pouvons la satisfaire pleinement » ;
- l’homéopathie qui apporte une réponse sûre, globale et individualisée, à chaque patient, en complément des autres thérapeutiques, fait cependant l’objet depuis plusieurs mois d’attaques infondées et totalement incompréhensibles, mettant en cause son remboursement.

Questions au Dr Philippe Veroli - Potassium & équilibre acide-base de multiples implications pour la santé

On parle relativement peu du potassium et on ne sait pas toujours que la plupart d’entre nous en consomment insuffisamment, ce qui peut avoir de lourdes conséquences pour notre santé. Le potassium participe en effet à l’équilibre acidebase et par ce biais, intervient dans la santé des os, des muscles et du système cardiovasculaire.

Le Dr Philippe Veroli est médecin anesthésiste-réanimateur, spécialisé en nutrition, et diplômé en médecine traditionnelle chinoise. Il est l’auteur du livre Potassium, mode d’emploi, dans lequel il décrit le rôle crucial joué par ce minéral dans l’organisme. Il y propose également un programme Potassium Plus efficace et facile à suivre.

L’asthme - Agir sur les risques d’exacerbation & renforcer l’efficacité des traitements

L’asthme est une maladie chronique des voies respiratoires dont les premières manifestations apparaissent souvent pendant l’enfance. Il ne guérit pas et persiste toute la vie même s’il se fait parfois oublier pendant plusieurs années.
L’environnement, le stress oxydant, l’alimentation, le style de vie, le poids, des apports suffisants en certains micronutriments… jouent un rôle important dans l’apparition et l’évolution de la maladie.

La polyarthrite rhumatoïde - Quelle place pour les micronutriments et extraits de plantes ?

La polyarthrite rhumatoïde, la plus fréquente des maladies auto-immunes, est un rhumatisme inflammatoire qui entraîne une destruction progressive des articulations. Elle a une origine multifactorielle dans laquelle des facteurs génétiques, hormonaux, environnementaux, biologiques et immunologiques sont impliqués. La maladie évolue par poussées successives de durée et d’intensité variables.

Nous remercions la revue Nature Sciences Santé de nous avoir autorisé à présenter ce numéro de la revue

Abonnement

Directeur de la publication : André Dunand
Rédactrice en chef : Brigitte Karleskind
Périodicité : 8 numéros par an + 2 hors-série
Abonnement annuel :
- version papier : 36 € ou CHF 39
- version électronique : 32 € ou CHF 35
=> S’abonner à Nature Sciences Santé


Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Statistiques du site | Visiteurs : 12 / 313163

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Revues  Suivre la vie du site Nature Sciences Santé   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License