La biblioboutik de l’ostéo4pattes-SDO

Poster un message

En réponse à :

Le Monde de l’Ostéopathie n° 11

Juillet - Août - Septembre 2014
vendredi 5 septembre 2014 par Le Monde de l’Ostéopathie

Le Monde de l’Ostéopathie n° 11

Juillet - Août - Septembre 2014


Sommaire


  • Dossier Autour de la femme
    • Des femmes, de la guerre et de Mars
    • Sexualité, teintures et transmissions
    • La femme en MTC
  • Nutrition Conseils en nutrition
  • Interview Alain Cassourra
  • Ouverture Le MRP Perspectives embryologiques
  • Découverte Un ostéopathe à Bali
  • Partage Instabilité génomique
  • Chronique Le Still Point

Édito

Du féminin à la féminité


M. Frédéric Zenouda
Directeur de la publication

Selon les critères sociétaux actuels, la femme se définit plus par son apparence, son statut, son impact sur la vie de ses proches. A trop vouloir l’égalité – douce utopie – elle en a perdu la vraie notion qu’elle doit atteindre ; l’équité qui lui est due.
Selon la mère nature, la femme ne prend sa place que quand elle est fécondable, capable de nourrir et perpétuer sa génération. En témoignent les différentes adaptations, évolutions physiques et génétiques dans le seul but de la procréation.
À cette génétique que l’on pensait longtemps toute-puissante, vient s’ajouter de façon logique l’épigénétique ; la capacité qu’a l’environnement à influer sur notre génome.
L’ostéopathie fait partie de cet environnement et nous découvrons jour après jour à quel point la mécanique peut influencer la chimie, à quel point notre rôle de modérateur, de régulateur des fonctions organiques est important.
Une place que nous a fait découvrir notre confrère Alain Cassourra qui, au travers de ses deux ouvrages passionnants, nous éclaire sur l’étendue de nos possibilités. Que beaucoup de questions posées sont les mêmes pour tous, cela nous réconforte dans notre démarche de praticien mais aussi d’individu. Un témoignage qui réconcilie les différentes tendances ou « spécialités » de l’ostéopathie attestant de l’unité de celle ci.
Nom de code « Still point ». Mission ; comprendre, dévoiler et surtout expliquer simplement un aspect resté longtemps obscur et mystérieux de la pratique de notre maitre.
Voilà la tâche, le défi qui incombait à notre inénarrable confrère Alain Abehsera. Un vrai plaisir de voir le voile se lever au fil des paragraphes, une révélation remplie d’expérience et de pédagogie.
Bonne lecture
Frédéric Zénouda


Dossier

Gérard Cazanave Ostéopathe DO MROF
Des femmes, de la guerre et de Mars


La carence martiale est une spécialité féminine. Voilà un raccourci qui pourrait en dire long sur la relation qu’entretient le beau sexe avec le dieu de la guerre. L’homme aurait-il le privilège de la stratégie militaire ?
Que les féministes se rassoient, cette faiblesse supposée trouve sa source dans une ambiguïté de langage.
Plus simplement la planète Mars, doit à sa couleur rouge de symboliser à la fois le fer et les
vertus guerrières. Du rouge sang à celui de l’oxydation ferrique, la rouille, et nous revoilà au coeur du problème. Mesdames vous manquez de fer !
Vos cycles (lunaires ?) et ce sang qui vous quitte, en seraient la principale cause, avec pour phénomène aggravant votre fréquente aversion pour la chasse et ses produits, je veux dire la viande rouge du mammouth fraîchement abattu par votre mâle protecteur. Ce fer, constituant de votre hémoglobine, transporteur privilégié d’oxygène vers nos tissus, va par, son absence, vous marquer d’une fatigue chronique qui alourdit tous vos gestes.


Dossier

Christine Michel Schwetzer Sage-femme, Ostéopathe D.O.
Sexualité, teintures et transmissions


Est-ce de par mon métier de sage-femme et d’ostéopathe, deux professions que j’exerce conjointement depuis longtemps ?
Est-ce de par les choix que j’ai faits au sein de ce métier, de par ma spécialisation au service de l’intime et des engrammes génitaux ? Je ne saurais le dire, si ce n’est que j’ai pu établir des liens, des ponts sensibles entre l’écoute tissulaire recueillie dans mes mains de thérapeute et l’écoute trans-générationnelle qui s’engage dans les soins avec mes patients.
C’est avec l’expérience de cette double écoute et des liens établis que j’aborde ici le thème de la sexualité, de ses teintures et de ses transmissions jusqu’à nous. Des livres questions/réponses sur le thème de la sexualité couvrent les rayons de nos bibliothèques… Inutile de les accumuler davantage. C’est déjà tant de connaissances et de croyances à acquérir, à maitriser, pense-t-on, à faire nôtres surtout, pour peut-être, au final, y renoncer !


Dossier

Michel ODOUL - Institut français de Shiatsu
La femme en MTC, shiatsu et psychoénergétique


La MTC ou Médecine Traditionnelle Chinoise possède sa branche manuelle.
Le shiatsu est l’une des expressions les plus connues de l’art oriental des manipulations. Cette approche érige en principe une globalité corps/esprit, toujours rafraîchissante pour nous, ostéopathes. On y relie métabolisme et émotions, viscères et croyances, un discours qu’il importe d’écouter comme un rappel de notre unité, dans la santé comme la maladie.
Chaque culture porte une vision de la femme et des troubles qui peuvent être les siens. La nôtre les comprend principalement à travers un regard bio-mécanique qui sait en réguler et traiter un certain nombre.
On peut s’interroger sur la façon dont d’autres paradigmes les comprennent, les expliquent et éventuellement les soignent. L’Orient propose depuis toujours une vision de l’être humain dans laquelle, à aucun moment, le corps n’est dissocié de l’esprit. En cela, il ne traite jamais le corps, sans évoquer le sens associable à la souffrance manifestée et il ne traite jamais l’esprit, sans passer par le corps et des techniques corporelles, nutritionnelles ou « gymnastes ».


Nutrition

Dr véronique Chartroulle Ostéopathe DO
Quelques conseils de nutrition et de phytothérapie dans la sphère gynécologique


L’ostéopathe est confronté quotidiennement à des dysfonctions de la sphère gynécologique, qu’il s’agisse de lésions primaires ou secondaires.
Après un diagnostic médical précis, la prise en charge par une médecine naturelle peut être envisagée. Il existe une cohorte de signes cliniques qui vont amener le thérapeute à poser différentes hypothèses diagnostiques, que les examens complémentaires et les tests ostéopathiques vont affiner.
Dans le domaine de la gynécologie, de nombreux symptômes restent inexpliqués et ne sont traités que de manière superficielle. D’autres signes sont rattachés à des fibromes, troubles hormonaux,
etc., mais ne bénéficient pas de traitements allopathiques efficaces. Les médecines naturelles ont toutes leur place dans ce domaine mais l’approche est complexe et parfois empirique. Il est primordial d’évaluer l’efficacité du traitement et d’adapter son axe thérapeutique en fonction.
Nous aborderons ici les troubles gynécologiques, sur la base des symptômes décrits par les patientes, sans aborder la grossesse qui, rappelons-le, n’est pas un état pathologique !


Interview

Alain Cassourra, médecin et ostéopathe
INTERVIEW AVEC ALAIN CASSOURRA, MÉDECIN ET OSTÉOPATHE


Alain Cassourra a publié deux livres sur son expérience d’ostéopathe et médecin Dans son premier livre, intitulé L’énergie, l’émotion, la pensée au bout des doigts Au-delà de l’ostéopathie, il raconte, d’une belle plume, son parcours d’étudiant en médecine puis en ostéopathie On peut y lire sa passion et sa fidélité au concept ostéopathique Son second livre, La fureur de guérir, raconte, à l’extrême, l’ interaction praticien/patient Nous lui avons posé quelques questions…

LMO Alain Cassourra, votre premier livre raconte votre chemin initial dans le domaine de la thérapeutique Médecine d’abord - tout en apprenant la danse - suivie d’ostéopathie Disons le de suite : ça se lit très bien ! Pour des praticiens, c’est intéressant du point de vue de l’histoire de l’ostéopathie, puisque vous la déroulez sous nos yeux. C’est peut être le premier livre d’histoire contemporaine de notre profession en France. Notre première question : comment ce livre a-t-il été reçu, un par le public professionnel, et deux, par le public général, ceux qui ne connaissent rien à notre histoire mais veulent tout simplement savoir comment nous les traitons ? Quel a été votre retour du public des patients ?

A.C. Que dire ? Tout d’abord que ceux qui m’ont fait un retour ont tous été séduits, sans que cela augure de la façon dont ce livre a été perçu, on peut tout de même imaginer que certains n’ont pas aimé… Côté ostéopathe, de nombreux confrères m’ont remercié pour ce témoignage, qui, je crois, les a réconfortés dans leur démarche solitaire, car nous sommes au bout du compte très seuls dans nos cabinets, réconfortés dans les interrogations, les doutes, les difficultés rencontrés dans l’apprentissage et la pratique quotidienne de l’ostéopathie, réconfortés aussi face au phénomène si fréquent qui nous amène à rencontrer concrètement dans les soins, énergie, émotion ou pensée, sans pour autant y être prêt ou savoir quoi en faire. Souvent chacun bricole dans son coin comme il peut. Entendre parler un bricoleur rassure et encourage. Côté patient, j’ai été touché, mais aussi surpris, par les identifications, les projections, les interprétations qu’ils ont faites. Ils m’ont offert un autre regard sur ce que j’ai écrit, et de ce fait m’ont poussé vers des horizons plus lointains. C’est entre autre le sujet de mon second livre « La fureur de guérir ».


Ouverture

Jacques Miquel D.O.
Le Mouvement Respiratoire Primaire
Perspectives embryologiques


L’auteur propose de remonter aux premiers jours de l’embryogénèse pour mieux comprendre le Mouvement Respiratoire Primaire (MRP) décrit en ostéopathie cranio-sacrée. Les mouvements d’expansion et de rétraction (compaction) présents au tout début de la vie constitueraient les racines du MRP. De plus, rajoute l’auteur, les axes des mouvements involontaires décrits par les ostéopathes coïncident avec les axes et plans de développement de nos organes lors de l’embryogénèse. Écouter les tissus, serait ainsi un exercice de retour aux débuts physiologiques et physiques de celui ou celle que l’on écoute.

Mouvement Respiratoire Primaire ! Ces trois mots associés sonnent si bien pour nous ostéopathes !
N’impliquent-ils pas que nous travaillons sur un mécanisme essentiel à l’équilibre et l’homéostasie des structures les plus intimes et singulières de nos patients ?
Cependant, il est nécessaire d’identifier ce mouvement pour pouvoir évoluer dans notre quête thérapeutique. Notre profession est jeune (A.T STILL, 1874) et, à ce jour, nous avons certainement passé plus de temps à approfondir notre compréhension de ce que voulait signifier notre initiateur dans ses écrits qu’à faire évoluer significativement nos recherches .
Prenons le MRP : jusqu’à présent, les différentes théories avancées pour expliquer et identifier ce Mouvement Respiratoire Primaire n’ont pu être objectivées par les progrès de nos technologies. Et pourtant…
Ce Mouvement Respiratoire Primaire a été décrit initialement par W G Sutherland D.O. Il consiste en une oscillation permanente, composée d’une flexion et une extension, pour parler en termes ostéopathiques. J. Upledger définit son rythme comme se situant entre 2 à 4 mouvements par minute. D’autres ostéopathes l’ont ressenti à une fréquence différente. Lorsqu’on parle de mouvement par minute, on parle d’un cycle complet, flexion-pause-extension.


Découverte

Benoît Cauvin Ostéopathe DO
Carnets de voyage d’un ostéopathe à Bali


Dans le précédent numéro, l’auteur nous avait fait part de ses impressions de voyage en Thaïlande, nous faisant découvrir une toute autre perspective sur le massage thaïlandais, véritable médecine manuelle à l’origine Dans cette seconde partie, il nous parle de nos confrères en ces contrées lointaines, les balians, et décrit trois séances avec trois thérapeutes sur l’île de Bali.


Partage

Dr Ernesto Burgio
INSTABILITÉ GÉNOMIQUE 
« En modifiant notre programmation foetale, les perturbateurs endocriniens modifient notre terrain »


La découverte du génome et de sa fonction au cours des années 50 du siècle dernier pouvait être conçue comme un désaveu pour les ostéopathes et autres tenants des médecines dites naturelles. On nous disait que tout était dans les gènes, santé comme maladie, et, par conséquent que nous restait-il à gérer à part les entorses bénignes ?
Une des révolutions de la biologie contemporaine est d’affirmer l’importance de l’épigénétique au côté de la génétique. L’environnement, le nuage chimique, dans lequel évoluent les gènes est extrêmement important. Or ce nuage se modifie avec le temps et les contraintes chimiques ou mécaniques, influençant, par conséquent l’expression de nos gènes. L’ostéopathie a pour vocation, précisément, de régler au mieux l’environnement intra- et extracellulaire, nous laissant, concernant notre place, espérer beaucoup pour l’avenir.
Le Dr. Ernesto Burgio présente ici, le sujet, du point de vue fondamental.
A nous d’en tirer des conclusions.


Chronique

Alain Abehsera - Ostéopathe D.O.
LE STILL POINT
POINT DE TRANQUILLITÉ OU POINT DE STILL ?


Un témoin extérieur venu assister à une séance d’ostéopathie dite d’écoute (aussi appelée fascia ou biodynamique) ne verrait pas grand-chose se passer Le praticien peut passer toute la séance avec les mains posées sur la tête de son patient ou sur sa jonction cervico-dorsale, ou encore au bassin Parfois, deux positions de main pour toute la séance Cette approche ne possède, en réalité, aucune grille technique équivalente à celles utilisées en ostéopathie structurelle Ce manque d’action visible à l’extérieur contraste avec ce que sent – ou prétend sentir – le praticien à l’intérieur Au sein du volume tissulaire situé entre leurs mains, mais bien au-delà aussi, les tenants de cette approche ostéopathique rapportent de multiples sensations L’un des moments importants, dans ce type de traitement, porte le nom de ‘still point’ On peut dire qu’il ne lui existe, à ce jour, aucun équivalent en ostéopathie structurelle, mais que, bien défini, on pourrait peut-être envisager son inclusion dans les protocoles de manipulation plus classiques.
Nous tenterons, ici, d’en faire la description, en nous rapportant surtout à notre expérience personnelle, mais aussi à celle de la tradition ostéopathique, pour conclure avec quelques explications possibles sur le plan physique et physiologique.


modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Statistiques du site | Visiteurs : 1016402

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       

Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 4.2.13 + AHUNTSIC

Creative Commons License