La biblioboutik de l’ostéo4pattes-SDO
Recherchez dans le Site :

Maîtriser l’examen clinique en ostéopathie

Philippe Gadet
 
lundi 10 septembre 2012 par Philippe Gadet

Maîtriser l’examen clinique en ostéopathie
L’examen pas à pas

Philippe Gadet


CARACTÉRISTIQUES



Date de parution : 2018
Éditeur  : Elsevier Masson

ISBN  : 9782294756368

Nb. de pages : 216 pages
Dimensions  : 170 x 240 mm
Prix relié : 39,50 €
Prix eBook : 26,99 €

Philippe Gadet - Maîtriser l’examen clinique en ostéopathie - Elsevier Masson 2018


Descriptif

Maîtriser l’examen clinique en ostéopathie offre aux étudiants en fin de cursus et aux jeunes praticiens les outils nécessaires pour conduire l’examen clinique ostéopathique et construire leur propre diagnostic.
Philippe Gadet s’appuie sur l’Evidence-Based-Medicine il décrit dans une première partie les principes généraux de l’examen clinique en ostéopathie et met l’accent sur les motifs de consultation la douleur et la prévention.
Il présente ensuite dans une deuxième partie les symptomatologies rencontrées fréquemment en cabinet d’ostéopathie. Il liste les tests médicaux (examens physiques dans une présentation générale puis par région anatomique en précisant leur objectif clinique et intérêt ostéopathique.
L’ensemble des informations citées dans cet ouvrage a pour objectif d’apporter une aide à la décision de faciliter l’analyse et la synthèse de situation d’examen ou de consultation et la construction de son propre diagnostic ostéopathique.

L’auteur

Écrire est une passion, partager est une volonté. Une vie d’aventures en tant que pilote de l’aéronavale, une expérience auprès d’un être cher gravement malade, une grande soif de curiosité et le plaisir de faire plaisir sont quelques unes des raisons qui me guident aujourd’hui, autant dans mes projets d’écriture que dans ma pratique ostéopathique.

Avant-propos

Cet ouvrage a pour but d’offrir à l’étudiant en fin de cursus d’études d’ostéopathie et aux ostéopathes en début d’exercice des repères pour mieux construire les différentes étapes de l’examen clinique ostéopathique, ainsi qu’un raisonnement menant vers le diagnostic ostéopathique.
Un sondage de 2014 rapporte que les ostéopathes, en tant que praticiens de soins, sont consultés en première intention par près de 80 % de leurs patients. Le rôle de l’ostéopathe est donc primordial pour, dans un premier temps, prévenir un éventuel retard dans la détection d’une pathologie médicale grave nécessitant une réorientation.
Suivant l’arrêté du 12 décembre 2014 relatif à la formation en ostéopathie [172], le diagnostic ostéopathique se décompose en :

- un diagnostic d’opportunité - « démarche de l’ostéopathe qui consiste à identifier les symptômes et signes d’alerte justifiant un avis médical préalable à une prise en charge ostéopathique » ;
- et un diagnostic fonctionnel - « démarche de l’ostéopathe qui consiste à identifier et hiérarchiser les dysfonctions ostéopathiques ainsi que leurs interactions afin de décider du traitement ostéopathique le mieux adapté à l’amélioration de l’état de santé de la personne ».

L’analyse précise de la symptomatologie du patient dans le cadre de l’examen clinique ostéopathique est donc un élément clé d’une prise en charge optimale. Après avoir exclu une pathologie qui ne serait pas de son ressort, l’ostéopathe pourra mettre en œuvre des examens physiques (ou tests médicaux) en lien avec les différentes situations cliniques pour aboutir à un diagnostic ostéopathique et, enfin, à la mise en oeuvre du traitement convenant le mieux à chaque patient pris en charge.
L’ostéopathie - ou l’art [1] ostéopathique - repose avant tout sur une pratique globale holistique, chaque prise en charge étant unique. Le bilan ostéopathique vise à déterminer les causes d’un dysfonctionnement, souvent multiples. Dans le cas de douleurs lombaires par exemple, la posture n’est pas seule en cause ; il faut considérer l’individu dans son ensemble, son histoire, pour prendre la mesure de ses troubles ou déséquilibres corporels [143]. En ce sens, il est délicat de lister de manière exhaustive les liens structurels, anatomiques, neurologiques ou vasculaires pouvant entrer en jeu dans le processus d’un schéma dysfonctionnel ostéopathique. Ce sont donc des liens pertinents qui sont proposés dans ce livre, argumentés autour d’études ou d’ouvrages de référence, en prenant soin de ne pas extrapoler de manière inadaptée des résultats médicaux au profit de l’ostéopathie, comme le suggèrent B. Falissard et B. Ludes. Si les théories et hypothèses présentées concernant le diagnostic et la pratique de l’ostéopathie tiennent compte des observations et constatations empiriques de la médecine ancienne, l’objectif est aussi de tenter de les corréler à des progrès scientifiques récents. En effet, comme l’indique J. Jouquan : « Le mouvement de l’evidence-based medicine et celui de la médecine centrée sur le patient, qui se sont développés initialement séparément en réaction à ce qui était perçu comme un excès de pouvoir octroyé aux médecins, sont [...] devenus aujourd’hui très complémentaires ».

Figure 1.1 Définition de l’ostéopathie selon l’OMS.
Source P. Gadet, d’après [21])

Le lecteur trouvera ainsi dans cet ouvrage un support d’analyse et de réflexion pour construire sa démarche diagnostique dans un contexte où l’ostéopathie évolue sur le modèle de l’evidence-based medicine (médecine fondée sur les preuves scientifiques ou médecine factuelle). P.-M. Dugailly précise à ce titre que « les outils thérapeutiques de l’ostéopathie offrent une évidence thérapeutique équivalente voire supérieure à certaines méthodes médicales plus conventionnelles » [66].

Dans la première partie sont présentés les principes généraux de l’examen clinique ostéopathique, en insistant plus particulièrement sur l’investigation du motif de consultation, l’analyse de la douleur et la prévention.
La deuxième partie est consacrée aux tests médicaux - qui correspondent aux « examens physiques » dans le décret du 12 décembre 2014 relatif à la formation en ostéopathie -pouvant être réalisés au cours de l’examen clinique ostéopathique. La présentation générale de ces tests est suivie d’une description par région anatomique. Ces tests ont pour but d’aider l’ostéopathe dans sa prise en charge et non de le cloisonner dans une vision médicale de l’ostéopathie. Pour chaque test spécifique, les objectifs cliniques et les intérêts ostéopathiques sont précisés. Si un test médical met en évidence une anomalie, cela ne signifie pas pour autant qu’un traitement ostéopathique ne peut pas être réalisé, le choix du traitement et des techniques ostéopathiques étant laissé à l’initiative du praticien, en tenant compte de la symptomatologie du patient et en conformité avec les textes de lois de la profession. Tout traitement ostéopathique doit être réalisé au bénéfice du patient et de l’amélioration de son état clinique, sur le principe médical : primum non nocere (« d’abord ne pas nuire »), principe au fondement de la philosophie développée dans cet ouvrage.

La visée de cet ouvrage est également préventive. Le praticien, tout au long de la démarche clinique et du bilan ostéopathique, vise à guider le patient vers une meilleure compréhension de son corps et de ses problèmes de santé.11 s’agit de le conduire à vouloir prendre soin de sa santé de façon active et consciente, grâce à l’échange verbal autour de l’histoire du patient et de l’analyse des dysfonctions ostéopathiques du corps. Comme l’écrit C. Vanhue : « À partir de ce vécu de soi, le patient est en capacité de saisir le sens de son état de santé et de raisonner sur la problématique de sa santé ». La définition de l’ostéopathie donnée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) montre bien cette visée ultime de faire participer la personne à sa guérison, dans une démarche d’éducation thérapeutique du patient : l’ostéopathie est « un contact manuel pour le diagnostic et le traitement. Elle respecte la relation entre le corps, la pensée et l’esprit [...]. Elle met l’accent sur l’intégrité structurelle et fonctionnelle du corps et sur la tendance intrinsèque du corps à l’auto-guérison » (figure I-1).

Si, lors de l’examen clinique, l’échange avec le patient est verbal, il est aussi non verbal, le toucher étant ici un important outil à la fois de communication et d’entrée en relation. La qualité du toucher se développe tout au long du parcours professionnel, mais il s’agit d’abord d’acquérir une « main-diagnostic » avant d’envisager d’utiliser une « main-thérapie ».
Pour Kelly et al., il serait plus approprié de parler de l’examen clinique « avec le patient plutôt que de l’examen clinique « du patient », avec » suggérant l’importance du rôle du patient dans la démarche, le thérapeute devant éviter une posture de « toute-puissance ». L’instauration de la confiance entre les deux partenaires de la relation favorisera l’efficacité de l’examen clinique.

1. Art : « Ensemble des procédés, des connaissances et des règles intéressant l’exercice d’une activité. Toute activité, toute conduite considérée comme un ensemble de règles, de méthodes à observer » (Le Petit Larousse).


Table des matières


Partie I.
Les principes de l’examen clinique en ostéopathie.

1. Investiguer le motif de consultation.
2. Analyse de la douleur en ostéopathie.
3. Ostéopathie et prévention.

Partie II. Approche anatomique régionale des motifs de consultation et tests médicaux.
4. Présentation.
5. Les tests médicaux pour l’ostéopathe.
6. Tests médicaux généraux.
7. Tests neurologiques.
8. Région cervicocéphalique.
9. Région appendiculaire supérieure.
10. Région lombo-abdomino-pelvienne.
11. Région appendiculaire inférieure.

Bibliographie.

L’Ostéo4pattes-Site de l’Ostéopathie remercie les éditions Elsevier Masson de l’avoir autorisé à présenter ce livre

[11. Art : « Ensemble des procédés, des connaissances et des règles intéressant l’exercice d’une activité. Toute activité, toute conduite considérée comme un ensemble de règles, de méthodes à observer » (Le Petit Larousse).


Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Statistiques du site | Visiteurs : 5 / 719661

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Livres, Mémoires & Thèses  Suivre la vie du site Livres techniques   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License