La biblioboutik de l’ostéo4pattes-SDO
Recherchez dans le Site :

Ostéohypnose

Emmanuel Pistre
 
mercredi 9 décembre 2015 par Emmanuel Pistre

L’hypnose en ostéopathie, l’hypnose ou l’ostéopathie, l’ostéopathie puis l’hypnose (ou le contraire)

Emmanuel Pistre, Ostéopathe D.O.


Mémoire d’hypnose ericksonienne thérapeutique - Institut Européen de Posturologie - Formateur Amer Safieddine - 2014 - Illustration : Nathalie Louveau

Le Site de l’Ostéopathie remercie Emmanuel Pistre et Amer Safieddine de l’avoir autorisé à publier ce mémoire

Avant propos

L’hypnose en ostéopathie, l’hypnose ou l’ostéopathie, l’ostéopathie puis l’hypnose (ou le contraire), telle est la question !
Le chemin thérapeutique qui m’a amené sur le terrain de l’hypnose ericksonnienne n’est pas linéaire. Entre volonté de comprendre et nécessité d’entreprendre les ramifications furent multiples et parfois étonnantes. 

Je suis venu à l’ostéopathie par le yoga. C’est ma première formation, celle qui m’a donné envie d’avoir envie. Sa pratique m’a comblé jusqu’à aujourd’hui pour ma recherche intérieure, en bientôt quinze ans, je n’y ai jamais dérogé. Simultanément, j’avais besoin d’élargir, de trouver un développement social à ce qu’elle m’apportait. La professionnalisation de la discipline étant assez délicate, elle entraîne des contraintes contraires à ses aspirations (il n’est pas souhaitable de répéter les postures de yoga au delà d’une séance quotidienne sans risques de lésions corporelles). De surcroît, l’abstraction de ses fondamentaux étant assez empirique, je voulais dans un premier temps me tourner vers des études de médecine, dans un élan de formation continue, ne souhaitant pas être thérapeute à cette époque. Le médecin responsable de l’unité de valeur en anatomie et physiologie auprès de la Fédération de Yoga Traditionnel, professeur de yoga lui-même, me conseilla plutôt d’approfondir la pratique du yoga dans un soucis pragmatique d’efficacité et d’économie de temps. Mon chemin fit la rencontre de l’ostéopathie. Cette discipline satisfaisait deux de mes besoins  : répondre à la question “comment le fait de gagner en mobilité favoriserait la santé  ?” et “comment en élargir l’accès au plus grand monde ?”. La discipline parfois difficile du yoga (sa pratique quotidienne fait partie de ses prérogatives) n’est pas facilement popularisable, par sa position exigeante physiquement, teintée culturellement, philosophiquement, parfois targuée de “mysticisme”, avec des déviances sectaires potentielles, ou pire, débarrassée de la recherche intérieure fondamentale, pour en arriver à une bonne gymnastique où l’esprit s’évade mais jamais ne plonge vers “l’intérieur”, ce Moi profond censé se relier au Soi universel...

Je suis resté à l’Ostéopathie et au Yoga, j’ai été chercher ailleurs en même temps. Une question perdurait  : comment un patient, un élève pouvait-il percevoir qu’il possédait la capacité d’accéder à ses propres ressources  ? J’avais l’idée intime, presque une conviction profonde qu’une des différences entre deux séances d’ostéopathie ou de yoga venait de la faculté du patient à se révéler à lui même. Ainsi, tout en appréhendant l’adéquation nécessaire entre la justesse de la technique ostéopathique développée par le praticien et le besoin physiologique du patient, je considérais qu’il y avait autant de bons patients que de bons ostéopathes, et inversement. La conjonction entre la qualité d’écoute du praticien et celle du patient n’est pas toujours évidente. Ceci reste vrai pour le yoga. La musicalité s’entend par une oreille attentive et reste sourde à une oreille distraite.

Qu’ai-je trouvé ? Des réponses à des questions que je ne me posais pas, des questions à des réponses que j’avais déjà. C’est en forgeant qu’on devient forgeron, l’avenir m’éclairera je l’espère sur les possibilités et les adéquations entre les deux disciplines, ce qui va suivre en est une photographie immédiate qui succède à la fin de ma formation en hypnose et le début de celles qui suivront !

Sommaire

Ostéohypnose
Avant propos
Préambule
Introduction
L’hypnose en ostéopathie
 L’hypnose conversationnelle en ostéopathie
 L’hypnose conventionnelle en ostéopathie
 Un succès pour moi, un échec pour la patiente : le cas de Jeanne
L’hypnose ou l’ostéopathie
 Le corps dans la thérapie
 Le toucher
 Les mots du corps
 Symbolisme mythologique
L’ostéopathie puis l’hypnose (ou le contraire...)
 Pierre ou la respiration de l’épaule
 Un échec pour moi, un succès pour la patiente : le cas de Brigitte
Conclusion
Annexe 1
Bibliographie


Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Statistiques du site | Visiteurs : 2 / 1002714

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Livres, Mémoires & Thèses  Suivre la vie du site Mémoires & Thèses   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 4.2.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License