La biblioboutik de l’ostéo4pattes-SDO
Recherchez dans le Site :

Effet d’un traitement sur les TAG

Benoît Champagne - CEO 2011
 
vendredi 22 mai 2015 par Benoît Champagne

L’effet du traitement ostéopathique global en regard de l’axe cerveau-intestin sur les gens atteints de Trouble d’anxiété généralisée

Benoît Champagne


 Thèse présentée au jury international à Montréal en juin 2011 - Directrice de thèse : ANNE-JULIE MORAND D.O. - Collège d’études ostéopathiques de Montréal

Le Site de l’Ostéopathie remercie Benoît Chalpagne de l’avoir autorisé à présenter sa thèse.


Benoît Champagne

Ostéopathe, Membre de l’ADOQ et de Ostéopathie Québec (OQ), Benoît Champagne détient un baccalauréat en Science de l’ostéopathie du Collège d’Études Ostéopathiques de Montréal (2009), entériné par l’Université de Wales (UK). Il est assistant aussi pour certains cours du Collège d’Études Ostéopathiques de Montréal (ATM -mâchoire).
Toujours passionné par la recherche, Benoit Champagne est directeur pour les Essais, travaux des bacheliers en science de l’ostéopathie qui désirent obtenir leur titre de D.O..


Hypothèse

Le traitement ostéopathique global incluant l’axe cerveau-intestin, améliore l’état du Trouble d’anxiété généralisée chez l’adulte qui en est atteint.

Sous-hypothèses

1. Le traitement ostéopathique global incluant l’axe cerveau-intestin diminue le niveau d’anxiété chez les adultes avec un TAG mesuré par la Liste de Symptômes-90-R (SCL-90-R).
2. Le traitement ostéopathique global incluant l’axe cerveau-intestin diminue le niveau d’intolérance à l’incertitude chez les adultes avec un TAG mesuré par l’Échelle d’Intolérance à l’Incertitude (ÉII).
3. Le traitement ostéopathique global incluant l’axe cerveau-intestin diminue l’hypersensibilité viscérale chez les gens souffrant de TAG selon l’Échelle Numérique de douleur perçue (EN).
4. Le traitement ostéopathique global incluant l’axe cerveau-intestin diminue le niveau de gravité du mal-être psychique associé au Trouble d’anxiété généralisée selon le SCL-90-R.


Résumé

Cette recherche expérimentale de soin propose que le traitement ostéopathique global en regard de l’axe cerveau-intestin améliore l’état du Trouble d’anxiété généralisée (TAG). Les recherches scientifiques récentes sur l’axe cerveau-intestin (brain-gut) permettent de saisir que l’anxiété se déclenche ou s’aggrave en cas de troubles intestinaux. À l’inverse, les troubles d’anxiété enclenchent une problématique digestive inflammatoire. Les zones enflammées envahissent des zones non enflammées, la chronicité s’installe alors, en surajoutant une expansion de la problématique aux viscères et organes adjacents. La conduction bidirectionnelle entre le cerveau et l’intestin génère une boucle d’entretien et d’aggravation des états perturbés. Ainsi, l’axe cerveau-intestin (C-I) se dévoile comme inhérent au traitement de l’anxiété généralisée.

L’état du Trouble d’anxiété généralisée s’évalue selon quatre (4) manifestations : l’anxiété mesurée par la Liste des Symptômes-90-R (SCL-90-R), l’intolérance à l’incertitude mesurée par l’Échelle d’Intolérance à l’Incertitude (ÉII), l’hypersensibilité viscérale mesurée par l’Échelle Numérique de la douleur (EN) et finalement, le mal-être psychique mesuré par le SCL-90-R.

Tous les participants devaient présenter un stress élevé ou une anxiété depuis au moins six (6) mois, avoir une douleur viscérale et répondre aux critères du TAG mentionnés au DSM-IV. Soixante-quatre (64) participants ont été répartis de façon aléatoire en deux groupes. Trente-quatre (34) personnes ont formé le groupe expérimental. Ce groupe recevait trois (3) traitements ostéopathiques globaux en regard de l’axe cerveau-intestin. Trente (30) participants composaient le groupe témoin qui ne recevait aucun traitement.
Tous les traitements ont visé la libération de l’axe C-I. Le premier traitement mettait l’accent sur le système crânio-sacré et les zones en lien avec les nerfs vague, phrénique et splanchnique. Le second plan de traitement visait à libérer les lésions ostéopathiques du système nerveux entérique (SNE), des plexus du système nerveux autonome, des organes et viscères digestifs incluant toute la région intestinale. Le but du troisième traitement visait davantage la libération de l’endocrâne, de son équilibration pression/volume et de sa dynamique interhémisphérique. L’évaluation s’est effectuée en trois (3) temps : moins de vingt-quatre heures (24 h) avant le traitement au temps 1 (T1), une semaine post-dernier traitement (T2) et six semaines post-dernier traitement (T3).

Les résultats se révèlent probants, donc cliniquement et statistiquement significatifs. L’analyse de données permet de constater une diminution statistiquement significative (fixée à ≺ 0,05) de toutes les variables mesurées : l’anxiété (p≺0,001), l’intolérance à l’incertitude (p=007 au T2 et p≺0,001 au T3), l’hypersensibilité viscérale (p≺0,001) et le mal-être psychique (p≺0,05). Les autres symptômes évalués (SCL-90-R) présentent des résultats significatifs (p≺0,05), soit la somatisation, l’obsession-compulsion, l’hostilité, l’idéation paranoïde, la dépression, la sensibilité interpersonnelle, l’anxiété phobique et le psychosisme. L’hypothèse de départ est acceptée : le traitement ostéopathique global en regard de l’axe cerveau-intestin améliore l’état du patient atteint de Trouble d’anxiété généralisée.

L’analyse clinique, objectivée par la psychologue Véronica Loffreda, vient appuyer l’analyse statistique. Selon cette psychologue, notre soin ostéopathique en regard de l’axe C-I crée un impact significatif sur l’aspect cognitif de l’être en modifiant son schéma de pensée et sa conscience de soi. En découle une ouverture psychosociale basée sur de nouvelles références et non plus basée sur l’aspect négatif de l’expérience antérieure. Notre action thérapeutique semble affecter la physiologie, l’aspect mental et psychosocial, l’aspect émotif et l’aspect spirituel de l’être.

Notre expertise permet la naissance d’un modèle ostéopathique de l’axe cerveau-intestin. Nous proposons une voie d’enseignement de ce modèle, des conseils cliniques pour le praticien et une nouvelle voie de recherche pour l’ostéopathie.

Mots clés : ostéopathie, recherche expérimentale, axe cerveau-intestin, Trouble d’anxiété généralisée, TAG, stress, hypersensibilité viscérale, côlon irritable, intestin irritable, psychosomatique.


Abstract

This experimental research of care proposes that the comprehensive osteopathic treatment to the brain-gut axis improves the state of Generalized Anxiety Disorder (GAD).

Recent scientific research on brain-gut axis shows that anxiety is triggered or is worsened in cases of bowel disorders. Conversely, the anxiety disorders initiate inflammatory digestive problems. The inflamed areas invade non-inflamed areas, chronicity settles, the problem thus expanding to the viscera and adjacent organs. Two-way conduction between the brain and intestine generates a loop maintaining and worsening the perturbed states. Thus, the brain-gut axis (C - I) is revealed as inherent in the treatment of generalized anxiety.

The state of Generalized Anxiety Disorder is to be assessed according to four (4) events : anxiety measured by the List of Symptoms - 90 - R (SCL-90-R), intolerance of uncertainty measured by the Intolerance of Uncertainty Scale (IUS), visceral hypersensitivity measured by the Numerical Pain Rating Scale (NPRS) and finally, the psychic ill-being measured by the SCL-90-R.

All participants had to present high stress or anxiety since at least six (6) months prior, have a visceral pain and meet the criteria for the GAD mentioned in the DSM - IV. Sixty-four (64) participants were divided randomly into two groups. Thirty-four (34) people formed the experimental group. This group received three (3) global osteopathic treatments to the brain-gut axis. Thirty (30) participants composed the control group who received no treatment.

All treatments were aimed at the release of the C - I axis. The first treatment put emphasis on the craniosacral system and areas in connection with the vague, phrenic and splanchnic nerves. The second treatment plan was to release the osteopathic lesions from the enteric nervous system (ENS), from the plexus of the autonomic nervous system, and from the organs and digestive organs, including the gut region. The purpose of the third treatment principally aimed at the release of the endocranium, its pressure/volume balance and its interhemispheric dynamics. The assessment is done in three (3) phases : less than twenty-four hours (24 h) before treatment-time 1 (T1), a week post-final treatment (T2) and six weeks post-final treatment (T3).

Results prove conclusive, therefore clinically and statistically significant. Data analysis shows a statistically significant decrease (set at ≺0.05) of all measured variables : anxiety (p≺0,001), intolerance of uncertainty (p=007 to T2 and p≺0,001 to T3), visceral hypersensitivity (p≺0,001) and the psychic ill-being (p≺0,05). The other evaluated symptoms (SCL-90-R) have significant results (p≺0,05), namely somatization, obsession-compulsion, hostility, paranoid ideation, depression, interpersonal sensitivity, phobic anxiety and psychosism. The original hypothesis is accepted : the comprehensive osteopathic treatment of the brain-gut axis improves the state of the patient with generalized anxiety disorder.

Clinical analysis, objectified by the psychologist Veronica Loffreda, lends support to statistical analysis. According to the psychologist, our osteopathic care regarding the C - I axis creates a significant impact on the being’s cognitive aspect by modifying its scheme of thought and its selfconsciousness. Follows a psychosocial opening based on new references and not based on the negative aspect of a previous experience. Our therapeutic action seemed to affect the physiology, the mental and psychosocial aspect, the emotional aspect and the spiritual aspect of the Being.

Our expertise allows the birth of an osteopathic model of the brain-gut axis. We propose a way of teaching this model, as well as clinical guidance for the practitioner and a new research route for osteopathy.

Key words : osteopathy, experimental research, brain-gut axis, generalized anxiety, stress, GAD, visceral hypersensitivity, irritable colon disorder, psychosomatic irritable bowel.tab Visualiser la thèse


Visualiser la thèse de Benoît Champagne

Benoît Champagne
L’effet du traitement ostéopathique global en regard de l’axe cerveau-intestin sur les gens atteints de Trouble d’anxiété généralisée.

Table des Matières

Page titre
Directrice de thèse
Remerciements
Hypothèse/sous-hypothèses
Résumé
Abstract
Table des matières
Liste des tableaux
Liste des figures
Liste des sigles et abréviations
CHAPITRE 1. INTRODUCTION
1.1. Introduction à la problématique
1.2. Énoncé du problème
 1.2.1 Épidémiologie de l’anxiété
 1.2.2. Épidémiologie des troubles gastro-intestinaux
 1.2.3. Pronostic des troubles de l’axe cerveau-intestin
1.3. Buts et objectifs de la recherche
1.4. Nécessité de l’étude
1.5. Définition des termes
 1.5.1. Axe cerveau-intestin (axe C-I)
 1.5.2. Peur
 1.5.3. Anxiété
 1.5.4. Angoisse
 1.5.5. Trouble d’anxiété généralisée (TAG)
 1.5.6. Comorbidité
 1.5.7. Mal-être psychique
 1.5.8. Psychopathologie
 1.5.9. Termes ostéopathiques
1.6. Délimitation de la recherche
1.7. Limitation
1.8. Aperçu de l’ensemble
CHAPITRE 2. ÉTAT DES CONNAISSANCES
2.1. Exposé de la problématique
 2.1.1. Principaux courants en rafales
2.2. Axe cerveau-intestin (C-I)
 2.2.1. Neurophysiologie de l’axe C-I
 2.2.1.1. Du cerveau à l’intestin
 2.2.1.2. De l’intestin au cerveau
 2.2.2. Biologie de l’axe C-I
 2.2.2.1. Inflammation
 2.2.2.2. Axe C-I et immunité
 2.2.1.3. Hypersensibilité viscérale
 2.2.3. Voies de communication et sensation viscérale nerveuse
 2.2.3.1 Nerf vague
 2.2.3.2. Nerf phrénique
 2.2.3.3. Nerfs splanchniques
 2.2.4. Neurobiologie de l’axe cerveau-intestin
 2.2.4.1. Sérotonine (5-HT)
 2.2.4.2. Dopamine
 2.2.4.3. CCK, sécrétine et PYY
 2.2.4.4. Glutamate et substance P
 2.2.4.5. Acide gamma-aminobutyrique (GABA)
 2.2.4.6. Système glandulaire et endocrinien
 2.2.4.7. Locus coeruleus et noyau paraventriculaire
 2.2.4.8. Corticolibérine (CRF)
 2.2.5. Axe C-I et émotions
 2.2.5.1. Neurobiologie de l’émotion et axe C-I
 2.2.5.2. Anxiété et axe C-I.
 2.2.5.2.1. Cerveau et anxiété (amygdale, CPF, hippocampe, insula)
  2.2.5.2.2. Viscères et anxiété
 2.2.5.3. Flux sanguin et axe C-I
 2.2.6. Anxiété
 2.2.6.1. Étiologie de l’anxiété généralisée
 2.2.6.2. Causes du Trouble d’anxiété généralisée
 2.2.6.3. Psychopathologie de l’anxiété
 2.2.6.3.1. Intolérance à l’incertitude
 2.2.6.3.2. Comorbidité
2.3. Pharmacologie
 2.3.1. Pharmacologie pour les TAG
 2.3.2. Pharmacologie relative à l’axe C-I
2.4. Anatomie complémentaire de l’axe C-I
 2.4.1. Apport de l’anatomiste Robinson (1907)
 2.4.1.1. Système nerveux entérique
 2.4.1.2. Cerveau abdominal et cerveau pelvien
 2.4.1.3. Innervation antérieure et postérieure de l’axe C-I
2.5. Ostéopathie et axe C-I
 2.5.1.Mécanismes de santé
 2.5.1.1. Système musculo-squelettique
 2.5.1.2. Unité cranio-sacrée et ventricules
 2.5.1.3. Chaîne centrale
 2.5.2. Recherches en ostéopathie
 2.5.2.1. Recherches ostéopathiques et axe cerveau-intestin
 2.5.2.2. Vérité profonde et spiritualité
  2.5.2.3. Secrets et trahisons
2.6. Aboutissement de ce savoir pour notre recherche
 2.6.1. Composantes tissulaires de l’axe cerveau-intestin
 2.6.1.1. Structures supérieures
 2.6.1.2. Autoroutes
 2.6.1.3. Structures sous-diaphragmatiques
 2.6.2. Axe liquidien
 2.6.3. Clés hypopressives
 2.6.4. Vers une mise en pratique
 2.6.5. Rappel de l’hypothèse et des sous-hypothèses
CHAPITRE 3. MÉTHODOLOGIE
3.1. Devis
3.2. Démarche méthodologique
 3.2.1. Population cible
 3.2.2. Critères d’inclusion et d’exclusion
 3.2.3. Type et taille de l’échantillon
 3.2.4. Recrutement
3.2.5. Description des groupes et mode de distribution
 3.2.6. Sélection, abandons et exclusions
 3.2.7. Particularités d’échantillonnage
3.3. Variables dépendantes, indépendantes et confondantes
3.4. Description des instruments de mesure
 3.4.1. Liste de Symptômes-90-R (SCL-90-R)
 3.4.2. Échelle d’Intolérance à l’Incertitude (ÉII)
 3.4.3. Échelle Numérique (EN)
3.5. Pré-étude
3.6. Méthode de collecte des données
 3.6.1. Sommaire des personnes concernées par l’insu
3.7. Puissance de l’étude
3.8. Déroulement de l’étude
 3.8.1. Première rencontre (R1) : séance d’information
 3.8.2. Groupe témoin
 3.8.3. Début de l’expérimentation
 3.8.3.1. Évaluation et traitements du groupe expérimental
 3.8.3.2. Plan de traitement 1 (Tx-1)
 3.8.3.3. Plan du deuxième traitement (Tx-2)
 3.8.3.4. Plan du troisième traitement (Tx-3)
 3.8.3.5. Évaluation (E4)
 3.8.3.6. Dernier déplacement du participant
 3.8.4. Résumé du déroulement et des rencontres (R) 1 à 5
3.9. Biais de la méthodologie
 3.9.1. Biais contrôlés
 3.9.2. Biais non contrôlés
 3.9.3. Considérations éthiques
3.10. Autres effets principaux spécifiés à l’avance
3.11. Respect des échéanciers
CHAPITRE 4. ANALYSE DES DONNÉES ET ÉCHÉANCIERS
4.1. Rappel des variables et des outils statistiques
4.2. Description de l’échantillon
 4.2.1. Description et homogénéité
 4.2.2. Conclusion sur l’homogénéité
4.3. Variables dépendantes
4.4. Guide de lecture des résultats
4.5. Analyse partie I : anxiété, incertitude et hypersensibilité
 4.5.1. Analyse de l’anxiété (SCL-90-R)
 4.5.2. Intolérance à l’Incertitude évaluée par l’ÉII
 4.5.3. L’hypersensibilité viscérale évaluée par l’EN
4.6. Analyse partie II : Le mal-être psychique
 4.6.1. Guide de lecture statistique et clinique du SCL-90-R
 4.6.2. Analyse du GSI (Sévérité de l’atteinte)
 4.6.3. PST (Étendue de la détresse)
 4.6.4. PSDI (Intensité de la détresse)
 4.6.5. Huit (8) autres dimensions du SCL-90-R
 4.6.5.1. Somatisation
 4.6.5.2. Obsession-compulsion
 4.6.5.3. Sensibilité interpersonnelle
 4.6.5.4. Dépression
 4.6.5.5. Hostilité
 4.6.5.6. Anxiété phobique
 4.6.5.7. Idéation paranoïde
 4.6.5.1.8. Psychosisme
4.7. Analyse partie III : corrélation
4.8. Résumé des résultats probants
4.9. Évaluation ostéopathique
 4.9.1. Troisième (3e) ventricule, cœur et mésentère
 4.9.2. Lésions ostéopathiques
CHAPITRE 5. DISCUSSION
5.1. Notre recherche s’inscrit dans un contexte
5.2. Impact des résultats sur l’hypothèse de départ
 5.2.1. Impact sur l’anxiété
 5.2.2. Impact sur l’intolérance à l’incertitude
 5.2.3. Impact sur l’hypersensibilité viscérale et l’axe C-I
 5.2.3.1. Pronostic et axe cerveau-intestin
 5.2.3.2. Inflammation et axe C-I
 5.2.3.2.1. Inflammation et effets de la méthodologie de traitement
 5.2.3.3. Immunité
 5.2.4. Impact sur le mal-être psychique et l’axe C-I
 5.2.4.1. Mal-être et neurobiologie
 5.2.5. Corrélations
5.3. Comment ces résultats s’expliquent-ils ?
 5.3.1. Flux sanguin et axe C-I
 5.3.2. Neurologie de l’axe C-I
 5.3.3. Comorbidité et médication
5.4. Retour sur les résultats ostéopathiques
 5.4.1. Troisième (3e) ventricule, cœur et mésentère
 5.4.2. Lésions du système nerveux entérique (SNE)
 5.4.3. Lésions de plexus
 5.4.4. Axe crânio-vertébro-sacré
 5.4.5. Intestins, artères, utérus et anxiété viscérale
5.5. Incarnation et déconnexion : observations cliniques
 5.5.1. Conseils cliniques sur la dissociation, le conscient et l’inconscient
 5.5.2. Incarnation/désincarnation
5.6. Deuil et axe cerveau-intestin
 5.6.1. Fulcrum et deuil
 5.6.2. Étapes du deuil et conduite à tenir
 5.6.3. Somatisation, famille et avortement
 5.6.4. TAG et deuil
5.7. Spiritualité et axe cerveau-intestin
5.8. Comparaisons de nos résultats avec ceux des autres études
 5.8.1. Études ostéopathiques du CEOM
 5.8.2. Comparaisons avec l’expérience ostéopathique
 5.8.3. Comparaisons avec la littérature scientifique
5.9. Application pratique des résultats
 5.9.1. Répercussions cliniques
 5.9.2. Répercussions pour le patient
 5.9.3. Ostéopathie, science et autorégulation du patient
 5.9.4. Répercussions pour l’enseignement
 5.9.5. Répercussions pour l’ostéopathie
5.10. Méthodologie et outils de mesure
 5.10.1. Liste des Symptômes-90-R (SCL-90-R)
 5.10.2. Échelle d’Intolérance à l’Incertitude (ÉII)
 5.10.3. Échelle Numérique de la douleur (EN)
5.11. Justification d’un groupe témoin
5.12. Méthodologie et facteurs d’influence sur les résultats
 5.12.1. Facteurs non inclus dans la question de recherche
 5.12.2. Biais non contrôlés liés aux sujets
 5.12.3. Sélection des sujets et biais de chercheur
 5.12.4. Biais lié à l’instrumentation
 5.12.5. Bais liés aux mesures répétées
 5.12.6. Biais liés à la langue et à l’étude tremplin
5.13. Tentative de modèle ostéopathique de l’axe cerveau-intestin
5.14. Voie de recherches futures
5.15. Autocritique
CHAPITRE 6. CONCLUSION
CHAPITRE 7. BIBLIOGRAPHIE
CHAPITRE 8. ANNEXES
Liste des tableaux
Liste des figures

Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Statistiques du site | Visiteurs : 5 / 1002714

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Livres, Mémoires & Thèses  Suivre la vie du site Mémoires & Thèses   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 4.2.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License