La biblioboutik de l’ostéo4pattes-SDO
Recherchez dans le Site :

Influence d’un traitement myofascial abdomino-pelvien sur la migraine cataméniale

Sonia BOGLIOTTI - ESO 2008
 
jeudi 10 décembre 2015 par Sonia BOGLIOTTI

Influence d’un traitement myofascial abdomino-pelvien sur la migraine cataméniale

Sonia BOGLIOTTI - ESO 2008


Mémoire de fin d’études pour l’obtention du Diplôme Français d’Ostéopathe (DFO) Juin 2008 - Maître de Mémoire : Sandrine ASTAGNEAU - Ecole Supérieure d’Ostéopathie 


Introduction

 On définit la migraine cataméniale comme une douleur pulsatile de l’hémicrâne, contemporaine aux règles. Elle est souvent associée à différents symptômes tels que : nausées ou vomissements, phonophobie et/ou photophobie.
Il faut distinguer différents types de migraines liées au cycle hormonal : les migraines purement menstruelles qui ne surviennent à aucun autre moment du cycle, les migraines survenant lors des règles mais également à d’autres moments du cycle et enfin les migraines prémenstruelles survenant quelques jours avant le début des règles.
C’est une affection dont souffrent aujourd’hui 10 à 20% des femmes dans le monde ce qui en fait un des motifs de consultation courant en matière médicale. En effet, d’après les données de l’étude EMICA, près de trois quarts des migraineuses vues en médecine générale souffriraient de migraines contemporaines aux règles.
La médecine allopathique propose à ces femmes plusieurs types de traitement médicamenteux. Les diverses origines de cette affection ont permis de mettre en place un protocole consistant à traiter la crise migraineuse par la prise d’anti-inflammatoires (acide tolfénamique, ibuprofène) voire d’antimigraineux spécifiques (triptans, dérivés d’ergot de seigle) et à y ajouter un traitement préventif hormonal oestroprogestatif.
Ces traitements peuvent apporter un soulagement voir une amélioration des crises. Cependant, dans de nombreux cas, les signes sont persistants dans le temps. C’est pourquoi, il paraissait intéressant d’envisager une approche différente de la médecine allopathique face à ces douleurs cycliques invalidantes, afin de proposer un traitement alternatif.
Au cours de notre pratique au sein de la clinique ostéopathique de l’ESO, nous avons constaté que de nombreuses patientes venant pour des motifs divers, souffraient également de douleurs liées au cycle menstruel (céphalées, migraines, douleurs abdominales, troubles du transit etc.). La majorité de celles-ci se plaignaient de crises migraineuses pendant leurs règles, souvent non soulagées par les différents traitements médicamenteux. Cette expérience nous a permis de remarquer que des traitements ostéopathiques du petit bassin et des structures en rapport ont eu comme conséquence dans la plupart des cas de soulager ces patientes. Il nous paraissait donc intéressant de mettre à profit ce que nous avions appris au cours de nos études d’ostéopathie pour essayer de soulager ces femmes.
Cependant, la prise en charge ostéopathique d’une patiente souffrant de migraines cataméniales n’était pas simple et plusieurs axes de traitements étaient à envisager du fait des différentes sphères mises en jeu dans cette douleur. Nous nous trouvions donc en présence d’une pathologie nécessitant le traitement des sphères myofasciale abdomino-pelvienne, musculo-squelettique pelvienne et myofasciale céphalo-caudale, c’est-à-dire un traitement ostéopathique complet.
Expérimenter toutes ces sphères une par une et les unes par rapport aux autres aurait été très long et très complexe et ne nous aurait pas permis de dégager la sphère la plus influente dans le traitement de cette migraine. De ce fait, afin d’obtenir les résultats les plus explicites possible, l’étude s’est centrée sur le traitement de la sphère myofasciale abdomino-pelvienne et sur ses effets sur la stase veineuse pelvienne et le biofeedback hormonal. Ni la sphère myofasciale céphalo-caudale ni le bassin osseux n’ont donc été pris en compte.
Plusieurs études avaient déjà expérimenté l’efficacité des techniques ostéopathiques face à la migraine cataméniale.
En 2004, des ostéopathes s’étaient intéressés à l’influence d’une technique de roulement des temporaux sur le niveau des œstrogènes sexuelles. Les résultats de cette étude avaient prouvé l’efficacité du roulement des temporaux et son influence au niveau des gonadotropines. La même année, Alfredo Torrisi avait tenté de démontrer le rapport existant entre les céphalées liées au cycle menstruel et les dysfonctions structurelles du bassin. Les résultats avaient démontré que 80% des migraines avaient régressé en un mois. Dans son mémoire de fin d’études de 1998, David Hayat avait étudié l’influence des techniques hémodynamiques utérines sur la migraine cataméniale. Son étude voulait mettre en évidence l’influence d’une technique globale d’équilibration des éléments sus-pubiens sur la stase veineuse prémenstruelle du petit bassin. En 1988, Jean-Marc Mousset avait basé son mémoire sur le rapport entre les céphalées menstruelles et le nerf maxillaire supérieur avec pour approche une technique sur l’ethmoïde. Enfin, en 2005, Audrey Cofourain9 s’était intéressée à l’approche ostéopathique des dysménorrhées fonctionnelles par un traitement du bassin osseux et de la sphère myofasciale abdomino-pelvienne. Pour la majorité des patientes étudiées, les résultats s’étaient avérés statistiquement significatifs. Parmi tous ces travaux, aucun n’avait encore étudié l’efficacité d’un traitement ostéopathique myofascial abdomino-pelvien sur la migraine cataméniale.
Nous avons donc, dans un premier temps, ciblé notre étude sur un travail théorique anatomo-physiologique nous permettant d’établir les liens entre la physiologie de la migraine cataméniale et les sphères génitale et viscérale. Puis, en second lieu, nous avons axé notre étude sur un travail clinique ou nous avons traité des patientes souffrant de cette affection dans le but de prouver l’efficacité des techniques utilisées sur la migraine cataméniale.
L’objectif de notre étude était d’évaluer, à court terme, l’influence d’une approche ostéopathique viscérale sur la symptomatologie de la migraine cataméniale comparativement à un groupe témoin. Pour ce faire, l’expérimentation de notre étude a été réalisée sur 50 femmes souffrant de migraines cataméniales et s’est déroulée en trois séances espacées chacune d’un cycle menstruel.
Ces patientes ont été soumises à un interrogatoire très précis sur leurs antécédents familiaux et traumatiques ainsi que sur la survenue, la chronologie et les caractéristiques de leurs crises migraineuses. L’examen ostéopathique a toujours été réalisé dans sa globalité. Cependant, nous avons accordé beaucoup plus d’importance aux sphères génitale et viscérale, afin qu’elles soient traitées selon le protocole établi.


Sommaire

1. INTRODUCTION
2. RAPPELS ANATOMIQUES
 2.1. L’utérus
 2.2. Physiologie du cycle menstruel
3. LA MIGRAINE CATAMÉNIALE
 3.1. Définition
 3.2. Physiopathologie de la migraine
 3.3. Étiologies de la migraine cataméniale
 3.4. Prise en charge allopathique
 3.5. Approche ostéopathique de la migraine cataméniale
4. PROTOCOLE EXPÉRIMENTAL
 4.1. Matériel
 4.2. Méthode
5. RÉSULTATS
 5.1. Population
 5.2. Caractéristiques des migraines cataméniales
 5.3. Les dysfonctions retrouvées
 5.4. Les critères d’évaluation de la douleur
6. DISCUSSION
7. CONCLUSION
8. RÉFÉRENCES ET BIBLIOGRAPHIE
 8.1. Liste des références
 8.2. Bibliographie
 8.3. Sites internet


Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Statistiques du site | Visiteurs : 2 / 1002714

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Livres, Mémoires & Thèses  Suivre la vie du site Mémoires & Thèses   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 4.2.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License