La biblioboutik de l’ostéo4pattes-SDO
Recherchez dans le Site :

Influence d’une technique ostéopathique myo-aponévrotique des ischios jambiers

Benoît Belair Ostéopathe D.O. - SNOS DUOS 2011
 
mardi 19 décembre 2017 par Benoît Belair

Influence d’une technique ostéopathique myo-aponévrotique des ischiosjambiers sur la hauteur du saut vertical chez le footballeur
Objectivation par analyse vidéo

Benoît Belair Ostéopathe D.O.
SNOS DUOS 2011


Mémoire en vue de l’obtention du diplôme universitaire : Ostéopathie du sport - Présenté le 13/10/2012 - Sous la direction de Fréderic Farou


Intro

Dans le football moderne de haut niveau, il est coutume de dire que l’issu d’un match peut se jouer sur des petits détails. Au cours d’un match les joueurs sont confrontés à de nombreuses situations, dont les phases de coups de pieds arrêtés. Bien que ne représentant qu’une faible proportion de la partie, ils sont pourtant des moments décisifs. En effet il est important de noter que sur 100 réalisations inscrites en Ligue 1 depuis le début de l’exercice 2012/2013, les buts de la tête en représentent 25%. Par ailleurs, lors de la coupe du monde 2010, la part des buts inscrits lors de ces phases dites sur « balles arrêtées » (coup franc direct ou indirect, coup de pied de coin, penalties, remise en touche, engagement) a représenté un peu plus de 30% des buts inscrits. Ce taux étant passé à 43% lorsque les équipes sont arrivées dans le tableau final avec les matchs à élimination directe (Keiffer, 2007). Ces phases de coup de pied arrêtées, par l’intermédiaire de centre en direction de la surface, vont être à l’origine d’un jeu aérien. Pour gagner ce duel aérien, les joueurs devront faire appel à une importante détente afin de boxer le ballon de la tête dans le but (pour l’équipe qui attaque) ou hors de la zone de vérité (pour celle qui défend). Il est à noter qu’une bonne détente est une qualité indispensable à n’importe quel joueur, même au gardien. Cela nécessite une bonne puissance musculaire (Sénécal, 2003). On peut aller plus loin : « il ne suffit pas qu’un joueur saute haut, il doit s’élever au moment juste....la notion de timing est fondamental dans le football » (Ancian, 2008, p. 21). Dans le cas de rencontres fermées, où les défenses dominent, où le jeu au sol n’est pas efficace, les coups de pieds arrêtés avec duels aériens peuvent souvent débloquer les matchs (Dugarry, 1er match équipe de France - coupe du monde 1998). En finale de la ligue des champions 2011/2012, Chelsea remporte le match. Mené 1-0 jusqu’à la 88e minute et sans occasions franches, ils égalisent sur corner grâce à une tête magistrale de Didier Drogba au premier poteau, qui plus tard deviendra le héros de la soirée (Koskas, 2012). Il est donc impératif de maximiser la puissance musculaire des sportifs afin qu’ils puissent faire la différence lors de ces phases de jeu.

Une réflexion de vestiaire qui revient souvent à tous les niveaux est : « on joue comme on s’entraine » (Ancian, 2008). Les entrainements visent à reproduire des situations technico tactiques en plus d’exercices spécifiques à la pratique du football (travail d’appui, duel au sol et aérien, renforcement musculaire,...). Selon le Professeur Lino de l’université de Rome, spécialiste de la médecine du sport : « la possibilité pour un athlète de développer une force importante dépend de différents facteurs : structurels, nerveux, niveaux d’entrainement » (Lino, 2005).

Et selon M. Pradet, « la force musculaire peut être définie comme la tension que peut exercer un muscle ou plutôt un groupe musculaire contre une charge » (Pradet, 1996) ... « cette qualité résulte d’une bonne coordination neuromusculaire » (Ancian, 2008, p. 34). Tout ceci s’inscrit dans une approche globale du sportif et c’est ici que l’ostéopathe intervient. Il accompagne la démarche de progression de l’athlète. En effet ceci s’inscrit dans la volonté d’A .T. Still, fondateur de l’ostéopathie : « l’unité de l’être » (Still (traduit par Tricot P.), 2008).

Au cours du stage effectué, quelques joueurs ont montré un certain intérêt à vouloir progresser dans le domaine de la détente et nous avons mis en place en parallèle des entrainements, des exercices simples de pliométrie et des exercices de musculation variés. Nous savons que dans un exercice de type « counter movement jump » (CMJ), la force développée par les muscles est supérieure à la force développée dans un exercice simple de squat jump (Legrand, 1987). Ceci est rendu possible grâce à deux facteurs. L’élasticité musculaire et une participation du réflexe myotatique (Commeti, 1997).

Du fait de leur importance au cours d’un match, les duels aériens et plus précisément la détente verticale est le facteur que nous allons tenter d’améliorer dans cette étude via l’application de techniques myo-aponévrotiques à travers un test de CMJ.

Nous effectuerons tout d’abord des rappels anatomiques, physiologiques et biomécaniques des ischios-jambiers ainsi que leur mise en action lors de l’exercice de saut. Nous ferons une analyse du CMJ et des influx nerveux mis en jeu lors de cet exercice. Nous détaillerons par la suite notre protocole expérimental (matériel et méthode). Nous objectiverons nos résultats dans une autre partie. Enfin nous discuterons de ces résultats afin de savoir si l’ostéopathe peut, par l’utilisation de techniques myo-aponévrotiques, améliorer la détente verticale des footballeurs.


  • Lire le mémoire de Benoît Belair
    Benoît Belair Ostéopathe D.O. - SNOS DUOS 2011
    Influence d’une technique ostéopathique myo-aponévrotique des ischios jambiers sur la hauteur du saut vertical chez le footballeur
    Objectivation par analyse vidéo

Sommaire

1 Intro
2 Rappels théoriques
 2.1 Les ischios-jambiers
 2.1.1 Situation (Stone et Robert) (Masson)
 2.1.2 Action musculaire
 2.1.3 Les musculaires
 2.2 Structures concernées (Geoffroy, 2008)
 2.3 Le counter mouvement jump
 2.4 Le réflexe myotatique (Kubis, 2009)
 2.5 Intérêt ostéopathique des ischios-jambiers
3 Matériel et méthodes
 3.1 Matériel
 3.1.1 Population étudiée
 3.1.2 Critères d’inclusion
 3.1.3 Critères de non inclusion
 3.1.4 Critères d’exclusion
 3.1.5 Recrutement
 3.1.6 Matériel utilisé
 3.2 Méthode
 3.2.1 Protocole expérimental
 3.2.2 Description de la technique ostéopathique
4 Résultats et Analyse
 4.1 Traitement des données
 4.2 Résultats
 4.2.1 Test de normalité
 4.2.2 Test statistique de comparaison
 4.2.3 Présentation des résultats
 4.3 Analyse des résultats
 4.3.1 Test de normalité
 4.3.2 Test statistique de comparaison
5 Discussion
 5.1 Les résultats
 5.2 Les biais
 5.3 Vision ostéopathique
6 Conclusion


Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Statistiques du site | Visiteurs : 2 / 1002714

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Livres, Mémoires & Thèses  Suivre la vie du site Mémoires & Thèses  Suivre la vie du site Sports   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 4.2.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License