La biblioboutik de l’ostéo4pattes-SDO
Recherchez dans le Site :

Intérêt des techniques ostéopathiques crâniennes dans le cadre des troubles du sommeil

Eurosteo 2015 - Sandrine Marquez
 
vendredi 27 janvier 2017 par Sandrine Marquez

Intérêt des techniques ostéopathiques crâniennes dans le cadre des troubles du sommeil

Sandrine Marquez


Mémoire de fin d’études en vue de l’obtention du Diplôme en ostéopathie - Année 2014 - 2015 - Tuteurs de mémoire : Florent Brière - Eurosteo Aix en Provence

Le Site de l’Ostéopathie remercie Eurosteo et Sandrine Marquez de l’avoir autorisé à publier de mémoire

Résumé

Introduction : l’épuisement et la fatigue toucheraient un français sur deux. Quelle que soit l’origine des divers troubles, l’hypothèse que l’on puisse améliorer la qualité et la quantité de sommeil grâce à l’ostéopathie et en particulier l’ostéopathie crânienne est abordée dans ce travail.
Matériel et méthode : deux patients seront traités et feront leur autoévaluation sur base de test quantitatif tel le PSQI, l’échelle d’Epworth et le questionnaire de Spiegel.
Résultats : les résultats obtenus pour les trois tests et sur les deux patients montrent une évolution favorable de la quantité et la qualité de leur sommeil.
Analyse et discussion : les résultats sont favorables mais le peu de sujets ne permet, toutefois pas, d’étendre ces résultats à une population significative. L’abord général du traitement ostéopathique pourrait être réduit aux seules manipulations crâniennes pour donner à l’étude un caractère plus scientifique et méthodique et en étudier les effets sur les structures crâniennes responsables du sommeil.
Conclusion : ce travail montre les effets bénéfiques d’un traitement ostéopathique sur les troubles du sommeil mais nécessite une étude sur un plus grand nombre de sujet pour être significatif.
Mot clés : sommeil, ostéopathie crânienne, PSQI, EEG.

Abstract

Introduction : One out of two french people is told to suffer from tiredness and exhaustion. No matter the origin of these troubles, the hypothesis that the quality and the quantity of sleep can be improved through cranial osteopathy is described in this work.
Material and method : two patients are treated and will auto-evaluate themselves on the basis of quantitative tests such as PSQI, the Epworth scale and the Spiegel questionnaire.
Results : the results obtained by these three tests on the two patients show a favorable evolution of their sleep.
Analysis and discussion : However, the little sampling doesn’t allow to extend those results to à significant portion of the population. The general perspective of the treatment could be restricted to cranial manipulations to provide the study a more scientific and methodical nature, and study the effect of cranial structures responsible of sleeping behavior.
Conclusion : This work demonstrates the beneficial effects of osteopathic treatments on sleeping troubles, but requires to be completed by a larger study on a bigger sampling of the population.
Key words : sleep, cranial osteopathy, PSQI, EEG.


Préambule

Depuis que j’ai entamé mes études d’ostéopathie, je me suis posée de nombreuses questions quant à la preuve scientifique des techniques et concept que l’on nous a enseignés au cours de notre cursus. Étant très cartésienne, avec un besoin irrépressible de devoir tout expliquer de manière mathématique et scientifique, mon questionnement fut encore plus important lorsque nous avons abordé l’ostéopathie crânienne. D’où provenait cette respiration primaire que W.G Sutherland appelle MRP, a-t-on des preuves de son existence. Bien sûr la démarche scientifique force à poser le doute : « je ne peux pas prouver que ça existe, mais je ne peux pas non plus prouver que ça n’existe pas. »

Il m’eut été très difficile de ressentir ce que l’on nous apprenait à percevoir au sein de cette boule crânienne, d’ailleurs cette difficulté était tout aussi réelle pour les autres constituants du corps. Mais pourtant, plus le temps avançait, plus j’adhérais au concept ostéopathique et plus ma main si dure au départ tentait à s’affiner et à ressentir des mouvements.

Si j’ai porté mon choix sur le thème du sommeil, c’est probablement parce que je suis victime de ses troubles. En effet je remarque que tout comme moi, nombreux sont les patients que je traite en kinésithérapie se plaignant de fatigue, d’épuisement, de difficultés à s’endormir…

Au cours de nos études nous avons réalisé comme l’ostéopathie peut être efficace et ce à divers niveaux.

J’ai eu, dans le cadre de mes études de kinésithérapie, l’occasion de rencontrer Mr Jean-Pierre Dacos, kinésithérapeute spécialisé en psychiatrie ayant contribué à rédiger le vade-mecum de kinésithérapie (1). Il tentait de démontrer dans ses recherches la corrélation entre potentiel évoqué et pathologies psychiatriques.

Je me suis alors demandé dans quelle mesure il serait possible de prouver la mobilité des os du crâne grâce à l’électro-encéphalographie.
Bien sûr, cette grande entreprise n’est pas de mon ressort et j’ai donc voulu savoir si l’ostéopathie crânienne pouvait apporter une réponse positive aux troubles du sommeil….

Référence
1. Yves Xhardez et Collectif, Vade-Mecum de kinésithérapie et de rééducation fonctionnelle. France, Maloine, 2009.



Sommaire

Remerciements
Résumé
Abstract
Sommaire
Préambule
Introduction
I Épidémiologiste
II Les troubles du sommeil
 II.1 Le rôle du sommeil
 II.2 Classification internationale des troubles du sommeil
 II.3 Méthode d’objectivation des troubles du sommeil
III Physiologie du sommeil
 III.1 Définition
 III.2 Type de sommeil
 III.3 Organisation du sommeil
IV Réponse ostéopathique
 IV.1 Définition
 IV.2 Les grands fondements de l’ostéopathie
 IV.3 Le concept d’homéostasie
 IV.4 La dysfonction ostéopathique
 IV.5 Structures neurologiques
Matériel et méthode
I Critères d’inclusion, population cible
II Critères d’exclusion
III Milieu
IV Description des individus
V Hypothèse
VI Identification de la variable indépendante : le traitement ostéopathique
 VI.1 Définition conceptuelle
 VI.2 Définition opérationnelle
  VII Identification de la variable dépendante : les questionnaires
 VII.1 Définition conceptuelle
 VII.2 Définition opérationnelle
Résultats
I Les questionnaires de Spiegel
II Les questionnaires d’Epworth
III L’indice de la qualité du sommeil de Pittsburgh (PSQI)
IV Etat subjectif des sujets
Analyse et discussions
I Analyse des résultats
 I.1 Les questionnaires
 I.2 L’état subjectif
II Critiques de la démarche expérimentale
 II.1 L’échantillonnage
 II.2 Les erreurs systématiques
 II.3 Le milieu
 II.4 L’ostéopathe
 II.5 La confusion
 II.6 Le traitement
 II.7 Les méthodes d’évaluation
Conclusion
Bibliographies
Liens internet
Table des illustrations
Table des matières
Lexique
Liste des abréviations
Annexes

Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Statistiques du site | Visiteurs : 3 / 1002451

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Livres, Mémoires & Thèses  Suivre la vie du site Mémoires & Thèses   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 4.2.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License