La biblioboutik de l’ostéo4pattes-SDO
Recherchez dans le Site :

Étude herméneutique du "Breath of life" dans l’enseignement de William Garner SUTHERLAND D.O.

Pietro BIONDO & Élisabeth HENRY - Thèse en vue de l’obtention du diplôme d’ostéopthe D.O.
 
samedi 23 octobre 2021 par Pietro BIONDO, Élisabeth HENRY

Pietro BIONDO & Élisabeth HENRY - Étude herméneutique du "Breath of life" dans l’enseignement de William Garner SUTHERLAND D.O. :

Directrice de thèse :

  • Ginette Gendron, Ostéopathe D.O.

Thèse présentée au Jury international à Montréal - Juin 1999 - Directrice de thèse : Ginette Gendron D.O. - Pré-lectrice : Françoise Desrosiers D.O. - Collège d’Études Ostéopathiques de Montréal



RÉSUMÉ


Cette thèse en ostéopathie traite du concept du "Breath of Life" tel qu’enseigné par Dr William Garner Sutherland à l’intérieur de son concept crânien. Le but de cette étude est de définir le mieux possible le concept du "Breath of Life" et les concepts qui s’y rattachent afin de conserver la tradition de la science de l’ostéopathie et ainsi rendre accessible à l’ensemble de la communauté ostéopathique ce que nous a laissé Sutherland dans les dernières années de sa vie.

Notre question de recherche est la suivante : "Qu’est-ce que le "Breath of Life" pour l’ostéopathie ?"

Dans un premier temps une revue des textes ciblés a été faite en survol afin de cerner davantage le sujet à l’étude. Ceci a permis d’élaborer un cadre théorique sommaire et de préparer un questionnaire.

Trente-six ostéopathes à travers les États-Unis, l’Europe et le Canada ont accepté de répondre à notre questionnaire et/ou de participer à une entrevue portant sur le "Breath of Life".

L’information recueillie chez les répondants, que ce soit par l’entremise du questionnaire, de l’entrevue, ou des deux, a d’abord été résumée de façon uniformisée pour tous les répondants, puis compilée et classée dans un tableau synthèse. Ces données ont ensuite été analysées.

Par la suite, nous avons fait une étude approfondie des textes se rapportant le plus fidèlement possible au concept du "Breath of Life" tel qu’enseigné par Sutherland.

Pour arriver à faire l’analyse des écrits, deux tableaux synthèse ont été conçus : un rapportant toutes les citations du "Breath of Life" et un autre rapportant toutes les citations sur le "Tide", représentant l’expression du "Breath of Life" perçue et observée en clinique.

C’est par souci d’objectivité que nous avons fait l’analyse spécifique des écrits qu’après avoir réalisé l’analyse des données des répondants.

Suite à ces analyses, nous avons pu comparer la notion actuelle du "Breath of Life" à celle enseignée par Sutherland, ainsi que discuter sur la réponse à notre question de recherche.

En bref, il en ressort que la notion du "Breath of Life" est généralement perçue comme la force créatrice et même divine qui génère et entretient toute forme de vie et qui anime le Mécanisme Respiratoire Primaire chez le vivant. Selon Sutherland, c’est l’étincelle initiale ou "l’initiative spark" du mouvement involontaire.

Parce que Sutherland a choisi le vocable "Breath of Life" (une expression provenant de la Bible), certains lui ont attribué une connotation religieuse. Cependant Sutherland lui-même affirmait ne pas associer nécessairement son concept du "Breath of Life" à une notion religieuse. Il nous initiait plutôt à une autre dimension de l’ostéopathie, une dimension n’appartenant ni à la religion, ni à la science.

Le "Breath of Life" est vécu comme une expérience individuelle et les ostéopathes hésitent à la préciser ou encore à la dévoiler. Nous constatons donc que le caractère individuel de l’expérience tout comme sa méconnaissance rendent le concept difficile à décrire et à transmettre.

Sutherland exprime bien dans ses écrits et ses conférences comment entrer en contact avec la manifestation observable du "Breath of Life" dans le corps, le rythme cyclique du Tide, et comment laisser place au "Potency du Tide" à l’oeuvre dans le processus de traitement.



ABSTRACT


This thesis in osteopathy deals with Sutherland’s "Breath of Life" concept included in the teachings of his cranial concept, as he described it in the latest years of his life. Reading recent and old texts has brought our attention to concepts that have been taught in the past, but that are still mostly unknown to us.

The aim of this research is to define as accurately as possible this concept of the "Breath of Life" and associated concepts. This would allow the present osteopathic community to be in contact again with this concept and will help keep alive the osteopathic tradition as taught by Dr William Garner Sutherland.

Our research question is the following : What is the "Breath of Life" for osteopathy ?

We first made a quick review of original texts associated directly with Dr Sutherland’s teachings, thus permitting us to roughly outline a theorical frame of research and allowing us to built a questionnaire as a primary tool for collecting data.

Thirty-six osteopaths throughout the United States, Europe and Canada have accepted to answer to a questionnaire and/or have participated in an interview regarding the topic of the "Breath of Life".

All of the data collected by the questionnaire and/or by the interviews were summarised in a standardised format, and then compiled and classified in a table. The data has then been analysed.

Secondly, we made a thorough study of original texts relating to Dr Sutherland’s teachings of the "Breath of Life".

To enable us to analyse all of the written references to the "Breath of Life", two table have been made : one referring to quotations on the "Breath of Life" and one, to quotations on the Tide ; the physical manifestation of the "Breath of Life".

In order to remain objective, the specific analysis of the writings was done once the analysis of the data from interviews and questionnaire was completed.

The current understanding of the "Breath of Life" was then compare to the nature of the concept taught by Dr Sutherland and the answer to the research question was elaborated.

It appears that the concept of the "Breath of Life" is generally defined as the creative and even divine force responsible for generating and maintaining all life forms and as well, for animating the primary respiratory mechanism in the living. In his words, Sutherland said it is the initiative spark of the involuntary movement.

By the choice of his words, "Breath of Life", an expression of the Bible, some are inclined to believe it is a religious concept. However, Sutherland himself expressed not necessarily relating his concept of the "Breath of Life" to a religious one. He spoke as to invite us to another dimension of osteopathy, a dimension which is of non-religious and non-scientific nature.

The experience of the "Breath of Life" is perceived as an individual one, and is not abundantly precised nor unveiled by the practitioners. The individual nature of such an experience and the lack of knowledge about this concept tend to make it difficult to describe and transmit.

In his teachings, Sutherland explained how to contact and follow the rhythmic cycle of the Tide, as the observable clinical expression of the "Breath of Life" in the body, and to allow the Potency of the Tide to work through the treatment.


BONNES FEUILLES
CHAPITRE PREMIER - PRÉSENTATION DU SUJET

Question de recherche
Qu’est-ce que le "Breath of Life" pour l’ostéopathie ?


1.1 Intérêt et motivation

L’idée initiale de ce projet de recherche se voulait une étude des derniers enseignements de William Garner Sutherland, D.O. à partir du livre "Teachings in the Science of Osteopathy". Nous aurions fait la traduction française de ce livre en collaboration étroite avec Dr Anne Wales, D.O. éditeur.
À nos yeux, ce texte représentait un outil complémentaire et indispensable à l’étude de l’ostéopathie. Notre objectif était de parvenir à saisir pleinement l’essence de l’enseignement de Sutherland de façon à mieux le transmettre.
L’enseignement de Dr James Jealous, D.O., (ancien étudiant de Rubi Day, D.O., elle-même étudiante du Dr Sutherland), donné dans le cadre du 12e Symposium international du Collège d’Études Ostéopathiques de Montréal en juin 1995, a également attiré notre attention sur certains de ces concepts jadis enseignés par Sutherland.
Par la suite, c’est à la lecture de différents textes, anciens et nouveaux, que nous avons pris connaissance de plusieurs concepts révélateurs, notions qui nous étaient inconnues ou méconnues jusqu’alors.
Notre intérêt de poursuivre l’étude des enseignements de W.G. Sutherland est né de l’enseignement reçu au Collège d’Études Ostéopathiques de Montréal, qui respecte la tradition de la science de l’ostéopathie. Selon le dictionnaire Le Robert, 1996, la tradition signifie "Doctrine, pratique transmise de siècle en siècle, originellement par la parole ou l’exemple. Ensemble de notions relatives au passé, transmises de génération en génération." Par tradition nous faisons référence, dans le cadre de cette recherche, à la transmission pure des enseignements du fondateur, Dr Andrew Taylor Still, D.O., et principalement par l’étudiant de celui-ci, Dr William Garner Sutherland, D.O.
Les écrits originaux à ce sujet sont très peu connus aujourd’hui, même si un demi-siècle s’est écoulé depuis la première édition de "Osteopathy in the Cranial Field" de H. Magoun, D.O. en 1951.
Quelques années plus tard, lors de la deuxième édition, un chapitre complet y est censuré ainsi que plusieurs passages ayant trait à des concepts jugés trop novateurs et non acceptables par la science de l’époque. Dr Thomas Schooley, D.O., interviewé à ce sujet en 1997, confirme "There were a spiritual connotation and I think it was too much for the scientific world." [1] "Il y avait une connotation spirituelle et je crois que c’était trop pour le monde scientifique." Du même coup, une partie de l’enseignement du Dr Sutherland a été perdue et nous échappe encore.

1.2 Discussion sur l’importance du sujet

La croissance et le développement de l’ostéopathie à travers les époques n’a pas été sans heurts ni obstacles. Tout comme l’enseignement du Dr Andrew Taylor Still avant lui, l’enseignement et les découvertes du Dr Sutherland se sont heurtés à la résistance et au scepticisme de ses contemporains.
Nous croyons que tout ostéopathe doit connaître le concept crânien et les principes du Mécanisme Respiratoire Primaire que Sutherland a définis. Connaît-on aussi bien les derniers concepts qu’il a enseignés ?
Pendant cette période, l’audace du concept crânien se bute contre la réaction de la communauté ostéopathique et fait en sorte que Sutherland dispense son enseignement en séminaires, sans que son cours soit officiellement intégré dans le curriculum des collèges de son époque. [2]
William Garner Sutherland a consacré sa vie à l’avancement de l’ostéopathie et a su plus que tout autre lire entre les lignes d’Andrew Taylor Still. Il a terminé sa longue quête en nous laissant sa notion de Breath of Life. Il nous paraît essentiel de retrouver ces enseignements, qui près d’un demi-siècle après la mort de Sutherland sont toujours trop méconnus.
Pour nous, il est primordial de conserver la tradition de la science ostéopathique et de rendre accessible à l’ensemble de la communauté des ostéopathes, non seulement les différents concepts décrits par Sutherland à la fin de ses jours, mais toute la connaissance et le savoir de ses enseignements.
Sutherland lui-même a parlé de la distinction qu’il faisait entre l’information et la connaissance. Il nous explique et nous invite à ne pas se contenter des informations mais à les expérimenter afin d’en maîtriser la connaissance et le savoir.
Il nous invite à scruter toutes les informations reçues de façon à en faire une critique scientifique. Il nous encourage à "étudier le principe de vie et à se rapprocher de ce qu’il veut dire par "Breath of Life" :

"Study the life principle and come closer to understanding what I mean by the "Breath of Life"". [3]

C’est en réponse à l’invitation du Dr Sutherland que nous avons débuté la quête de la connaissance du Breath of Life. C’est ce concept perdu depuis son enseignement initial que nous avons voulu approfondir.
Les résultats de cette recherche pourront être bénéfiques à tous les ostéopathes et permettront d’entrer en contact avec une réalité et une dimension que Sutherland avait saisi.

1.3 Objectif général de la recherche

Le propos de cette recherche est de faire ressortir la signification du concept du Breath of Life pour W.G.Sutherland, ainsi que pour les ostéopathes d’aujourd’hui.
La question de recherche se formule ainsi :

"Qu’est-ce que le "Breath of Life" pour l’ostéopathie ?"

Les sous-questions de recherche sont les suivantes :

"Comment le "Breath of Life" est-il défini ?"
"Comment le "Breath of Life" est-il utilisé ?
"Comment le concept du "Breath of Life" est-il transmis ?
"La notion actuelle du concept du "Breath of Life" est-elle fidèle à la notion enseignée par W.G.Sutherland ?"

Pour ce faire, une première et deuxième génération d’ostéopathes ayant reçu l’enseignement de W.G.Sutherland seront consultés et divers écrits originaux rapportant le plus directement cet enseignement seront analysés.

1.4 Recension des écrits

L’ostéopathie a vu le jour en 1874, fondée par Dr Andrew Taylor Still, un médecin qui a cherché ardemment une façon plus efficace de soigner. Son intense recherche l’a conduit à découvrir et à formuler des principes fondamentaux. Il maintenait que le corps est une unité fonctionnelle, corps, esprit et âme fonctionnant de façon unifiée et continuelle, comme un tout pour s’auto-guérir.
Dr Still concevait la maladie comme une modification ou détérioration de la libre circulation de matériaux et éléments énergétiques dans le corps qui pouvait ainsi empêcher le processus d’autocorrection. Basé sur la compréhension de ces principes, Dr Still développe une approche qui met l’emphase sur l’importance de la connaissance de l’anatomie et la compréhension de la physiologie, utilisant les mains pour diagnostiquer et traiter. (Rachel E. Brooks, 1997)
En 1892, Dr Still fonde la première école d’ostéopathie : "The American School of Osteopathy" à Kirksville, Missouri. Et c’est en 1900 que William Garner Sutherland obtient son diplôme.
Encore étudiant à cette école, Sutherland a été frappé par l’idée que les os du crâne pouvaient maintenir un mouvement leur vie durant, indiquant la présence d’un type de respiration. À travers une recherche incessante d’observation et d’auto-expérimentation étalée sur une période de quarante ans, il est parvenu à définir en détails ce mécanisme respiratoire.
 À travers ses écrits et ses enseignements, Sutherland nous encourage toujours à voir plus loin. Il souligne que l’ostéopathie avait perdu quelque chose que Dr Still avait tenté de nous transmettre : C’était la Spiritualité qu’il incluait dans la Science de l’ostéopathie. Il explique que Dr Still, avant lui, parlait de l’ostéopathie comme d’une "...science aux possibilités aussi prodigieuses que l’ampleur des cieux." [4] et que nous n’étions pas prêts à l’entendre.
En 1929, à l’âge de 58 ans, Sutherland introduit son concept crânien. Son enseignement ne cesse d’évoluer par la suite.
En 1943, âgé de 70 ans, Sutherland parle pour la première fois du "Breath of Life", ou du "Souffle de Vie" comme étant le "Potentiel" ou "l’étincelle initiale" responsable du mouvement involontaire relié au mécanisme respiratoire primaire. Il distingue le souffle de l’air du Souffle de Vie qu’il explique comme l’étincelle de démarrage du moteur, comme quelque chose de transcendant, d’immatériel et d’invisible.
En 1948, six ans avant sa mort, on note un changement majeur dans l’enseignement du Dr Sutherland. Il introduit alors l’utilisation du "Potency" du liquide-céphalo-rachidien et du "Breath of Life" qui y circule comme moyen diagnostique et comme méthode de traitement. Il parle de l’utilisation du liquide céphalo-rachidien comme d’une masse fluidique dans laquelle circule le "Breath of Life", qui comporte l’Intelligence avec un "I" majuscule.
À ces idées, nous relions les propos d’Andrew Taylor Still, qui, à l’encontre des convictions scientifiques de son époque reliait le liquide céphalo-rachidien à "la grande rivière de la vie qui irrigue ses champs familiers" [5] qu’il en parlait comme de la sève de l’arbre, et comme le "Souffle de vie".
Sutherland affirmait qu’il restait encore un "... vaste champ inconnu pour une étude valable et profitable dans le royaume crânien, en relation avec des lois physiologiques non enserrées par les mains humaines" [6] ... De plus, Harold I. Magoun, D.O., dans la première édition de "Osteopathy in the Cranial Field", termine son livre en nous laissant sur ce message : "L’esprit de l’homme ne pourra jamais comprendre complètement les possibilités du concept ostéopathique. Dr Still avait réalisé ceci et avait laissé beaucoup non exploré derrière lui." [7]

Notes

 1. Trottier Nathalie, Étude qualitative sur l’utilisation du langage de l’enseignement de W.G.Sutherland dans six collèges ostéopathiques. 1998, p.57
 2. Issartel, Lionelle et Marielle, L’Ostéopathie Exactement, R.Lafond, 1983.
 3. Sutherland W.G., Teaching in the Science of Osteopathy, Anne L. Wales, Rudra Press, 1990, p.7
  4. Sutherland Adah Strand & Wales Anne L. Contribution of thought, 1914-1954, S.C.T.F., 1967, p. 245.
 5. Issartel, Lionelle et Marielle, L’Ostéopathie Exactement, R.Lafond, 1983, p.346, 347
  6. Issartel, Lionelle et Marielle, L’Ostéopathie Exactement, R.Lafond, 1983, p.346, 347
  7. Magoun Harold I., Osteopathy in the Cranial Field, First Edition, The Journal Printing Co., 1951, p.228 tab Résumé - Abstract - Table

Résumé

Cette thèse en ostéopathie traite du concept du "Breath of Life" tel qu’enseigné par Dr William Garner Sutherland à l’intérieur de son concept crânien. Le but de cette étude est de définir le mieux possible le concept du "Breath of Life" et les concepts qui s’y rattachent afin de conserver la tradition de la science de l’ostéopathie et ainsi rendre accessible à l’ensemble de la communauté ostéopathique ce que nous a laissé Sutherland dans les dernières années de sa vie.
Notre question de recherche est la suivante : "Qu’est-ce que le "Breath of Life" pour l’ostéopathie ?"
Dans un premier temps une revue des textes ciblés a été faite en survol afin de cerner davantage le sujet à l’étude. Ceci a permis d’élaborer un cadre théorique sommaire et de préparer un questionnaire.
Trente-six ostéopathes à travers les États-Unis, l’Europe et le Canada ont accepté de répondre à notre questionnaire et/ou de participer à une entrevue portant sur le "Breath of Life".
L’information recueillie chez les répondants, que ce soit par l’entremise du questionnaire, de l’entrevue, ou des deux, a d’abord été résumée de façon uniformisée pour tous les répondants, puis compilée et classée dans un tableau-synthèse. Ces données ont ensuite été analysées.
Par la suite, nous avons fait une étude approfondie des textes se rapportant le plus fidèlement possible au concept du "Breath of Life" tel qu’enseigné par Sutherland.
Pour arriver à faire l’analyse des écrits, deux tableaux synthèse ont été conçus : un rapportant toutes les citations du "Breath of Life" et un autre rapportant toutes les citations sur le "Tide", représentant l’expression du "Breath of Life" perçue et observée en clinique.
C’est par souci d’objectivité que nous avons fait l’analyse spécifique des écrits qu’après avoir réalisé l’analyse des données des répondants.
Suite à ces analyses, nous avons pu comparer la notion actuelle du "Breath of Life" à celle enseignée par Sutherland, ainsi que discuter sur la réponse à notre question de recherche.
En bref, il en ressort que la notion du "Breath of Life" est généralement perçue comme la force créatrice et même divine qui génère et entretient toute forme de vie et qui anime le Mécanisme Respiratoire Primaire chez le vivant. Selon Sutherland, c’est l’étincelle initiale ou "l’initiative spark" du mouvement involontaire.
Parce que Sutherland a choisi le vocable "Breath of Life" (une expression provenant de la Bible), certains lui ont attribué une connotation religieuse. Cependant Sutherland lui-même affirmait ne pas associer nécessairement son concept du "Breath of Life" à une notion religieuse. Il nous initiait plutôt à une autre dimension de l’ostéopathie, une dimension n’appartenant ni à la religion, ni à la science.
Le "Breath of Life" est vécu comme une expérience individuelle et les ostéopathes hésitent à la préciser ou encore à la dévoiler. Nous constatons donc que le caractère individuel de l’expérience tout comme sa méconnaissance rendent le concept difficile à décrire et à transmettre.
Sutherland exprime bien dans ses écrits et ses conférences comment entrer en contact avec la manifestation observable du "Breath of Life" dans le corps, le rythme cyclique du Tide, et comment laisser place au "Potency du Tide" à l’œuvre dans le processus de traitement.


SOMMAIRE


TABLE DES MATIÈRES

QUESTION DE RECHERCHE

SOMMAIRE

ABSTRACT

TABLE DES MATIÈRES

LISTE DES TABLEAUX

LISTE DES FIGURES

REMERCIEMENTS

NOTA BENE

INTRODUCTION

CHAPITRE PREMIER
Présentation du sujet

  • 1.1 Intérêt et motivation
  • 1.2 Discussion sur l’importance du sujet
  • 1.3 Objectif général de la recherche
  • 1.4 Recension des écrits

CHAPITRE DEUXIÈME
Méthodologie générale de la recherche

  • 2.1 Choix de la stratégie de recherche
  • 2.2 Méthode de collecte de données

CHAPITRE TROISIÈME
Résultats des questionnaires et des entrevues

  • 3.1 Validation du choix des répondants
  • 3.2 Analyse et interprétation des résultats des questionnaires et entrevues
    • 3.2.1 Connaissance théorique des répondants
    • 3.2.2 Connaissance pratique des répondants
    • 3.2.3 Changement noté suite à la connaissance du concept
      • 3.2.3.1 Changement noté au niveau de la pratique
      • 3.2.3.2 Changement noté au niveau de l’enseignement
      • 3.2.3.3 Changement noté sur d’autres aspects de leur vie
    • 3.2.4 Approche afférente ou efférente
    • 3.2.5 Provenance extrinsèque et/ou intrinsèque du phénomène
    • 3.2.6 Caractère fondamental
    • 3.2.7 Universalité du concept
    • 3.2.8 Mécanisme respiratoire primaire
    • 3.2.9 Caractère spirituel
    • 3.2.10 Caractère philosophique
    • 3.2.11 Caractère scientifique
    • 3.2.12 Caractère sensoriel
  • 3.3 Conclusion de l’analyse et interprétation des résultats des questionnaires et entrevues

CHAPITRE QUATRIÈME
Analyse et interprétation des références écrites sur le Breath of Life

  • 4.1 Présentation des prédécesseurs
    • 4.1.1 Dr Andrew Taylor Still, D.O.
    • 4.1.2 Dr William Garner Sutherland, D.O
    • 4.1.3 Dr Harold I Magoun, D.O.
    • 4.1.4 Dr Rollin E. Becker, D.O.
  • 4.2 Validation du choix des écrits
  • 4.3 Méthodologie de la mise sur pied de deux tableaux comme outils d’analyse
  • 4.4 Analyse des résultats du tableau synthèse des références écrites sur le Breath of Life et sur le Tide
    • 4.4.1 Période d’introduction du concept du Breath of Life ; avant 1948
    • 4.4.2 Observation et étude du phénomène ; 1948 à 1950
    • 4.4.3 Application clinique du phénomène ; à partir de 1950
  • 4.5 Conclusion de l’analyse et interprétation des références écrites sur le Breath of Life et sur le Tide. 110

CHAPITRE CINQUIÈME
Discussion

  • 5.1 Comment le Breath of Life est-il défini ?
  • 5.2 Comment le Breath of Life est-il utilisé ?
  • 5.3 La notion actuelle du concept du Breath of Life est-elle fidèle à la notion enseignée par William Garner Sutherland ?
  • 5.4 Comment le concept du Breath of Life est-il transmis ?

CONCLUSION

RÉFLEXIONS

BIBLIOGRAPHIE

ANNEXES


MÉMOIRE en PDF


Etude herméneutique du "Breath of life" dans l’enseignement de William Garner SUTHERLAND D.O.
Biondo Pietro et Henry Elisabeth

L’Ostéo4pattes-Site de l’Ostéopathie remercie Pietro BIONDO & Élisabeth HENRY de l’avoir autorisé à publier leur thèse.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 5 / 583497

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Livres, Mémoires & Thèses  Suivre la vie du site Mémoires & Thèses   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.11 + AHUNTSIC

Creative Commons License