La biblioboutik de l’ostéo4pattes-SDO
Recherchez dans le Site :

L’ostéopathie au service du vieillissement réussi

De Longevialle Clémence - Mémoire en vue de l’obtention du diplôme d’ostéopathie
 
mercredi 20 octobre 2021 par Clémence de LONGEVIALLE

Nom Prénom- L’ostéopathie au service du vieillissement réussi  :


Maîtres de mémoire :

  • Chatégner-Dupré Arnaud, Ostéopathe D.O.

Mémoire soutenu le 26 juin 2015 à Nanterre.

< style="text-align : justify ;"p>Mémoire rédigé et soutenu à Nanterre le 26 juin 2015 en vue de l’obtention du diplôme d’ostéopathie - Conservatoire Supérieur d’Ostéopathie (Paris) - Maître de mémoire : Arnaud Chatégner-Dupré, DO


INTRODUCTION


« Toute interrogation sur notre vie ou notre mort nous ramène à une interrogation sur la vie ou la mort des cellules qui nous composent. » [1]

Au soir de la seconde guerre mondiale, un événement bien connu touche les pays qui sortent de la guerre, notamment la France : le « baby-boom ». Ce pic de natalité, qui dure jusqu’en 1975 [1], a engendré des générations de « baby-boomers ». Ces derniers parviennent depuis quelques années à l’âge de la retraite, reflétant un vieillissement de la population française. D’ici à 2050, un tiers des Français aura plus de 60 ans, et la courbe de cette population va croiser puis dépasser celle des moins de 20 ans. Les plus de 85 ans seront quatre fois plus nombreux qu’aujourd’hui. [2] Ajoutons qu’avec les progrès de la médecine et les meilleures conditions d’alimentation, l’espérance de vie s’est accrue et l’âge d’entrée dans la vieillesse a reculé.

Notre société vieillit donc, irrémédiablement. Mais que signifie vieillir ? Qu’est-ce qu’être vieux ? La perception de sa vieillesse et de celle des autres est très personnelle. [3] Qui n’a jamais entendu une personne âgée de plus de 80 ans dire, par exemple : « non, je ne veux pas de canne, ça fait vieillard ! », reflétant le fait que, même à un âge avancé, on peut ne pas se considérer comme un vieux.

Alors que la vieillesse peut être définie et expliquée par une multitude de théories, elle se traduit unanimement par un déclin progressif de l’homéostasie, qui est la capacité de notre organisme à conserver son équilibre de fonctionnement en dépit des contraintes extérieures qu’il subit.

L’homéostasie est l’un des piliers qui fondent l’art ostéopathique. Ce dernier, en effet, est défini par plusieurs principes, dont l’un semble gouverner les autres : le corps dispose de ses propres forces d’auto-guérison et d’autorégulation. Andrew Taylor Still (1828-1917), fondateur de l’ostéopathie, considérait qu’un sujet était en bonne santé lorsque les différentes structures du corps, dans leur état optimal, travaillaient en harmonie aux niveaux fascial, biomécanique, musculaire, nerveux, circulatoire et endocrinien. La bonne santé, qui n’est pas synonyme d’absence de maladie, est un état d’équilibre et d’harmonie de la totalité du corps. Ce dernier oeuvre sans relâche tout au long de la vie pour fixer, détoxifier, éliminer, renouveler ce qui est usé ou dysfonctionnel. Cette bonne santé dépend essentiellement du maintien de l’homéostasie. [4]

Un deuxième principe énoncé par Still retient notre attention : la règle de l’artère est suprême. Effectivement, bonne santé et homéostasie ne peuvent réellement habiter une structure, un organe, un corps, que si la circulation sanguine, et par extension toutes autres circulations fluidiques (lymphe, liquide céphalo-rachidien), sont de qualité. Outre une dégradation progressive de l’homéostasie, le vieillissement s’accompagne d’une altération lente de la qualité des échanges et flux liquidiens.

Quelles clés l’ostéopathie peut-elle proposer aux patients âgés pour cheminer sans encombre vers un vieillissement « réussi » ?

Comment peut-elle mesurer, apprécier, puis améliorer chez ces patients vieillissants la qualité de l’ensemble des circulations, afin de redonner à leur terrain un élan nouveau, de meilleures « bases », pour vieillir « mieux », en bonne santé ?

L’ostéopathie peut-elle, à titre de prévention, minimiser les « dégâts » causés par l’accumulation des années et des stress divers et variés ? Pourrait-elle, notamment par son champ d’action sur le milieu liquidien, optimiser l’état général interne de chaque patient, et ainsi éviter, voire repousser l’apparition de potentiels dysfonctionnements, sinon même de pathologies ?

Après avoir étudié le vieillissement et redéfini l’homéostasie, nous nous pencherons sur la composition liquidienne du corps humain. Nous analyserons l’impact du vieillissement sur la vie liquidienne de l’organisme. Ainsi, nous pourrons plus aisément présenter et défendre l’intérêt des techniques ostéopathiques fluidiques dans l’accompagnement de nos patients âgés vers un vieillissement de qualité. 



SOMMAIRE


INTRODUCTION

1. LE VIEILLISSEMENT, UNE ATTEINTE PROGRESSIVE DE L’HOMÉOSTASIE
1.1. Théories du vieillissement

  • 1.1.1. Les théories génétiques
    • 1.1.1.1. La théorie des erreurs catastrophiques (Von Orgel, 1963, Medvedev, 1972
    • 1.1.1.2. Les mutations somatiques (Curtis, 1971)
    • 1.1.1.3. La restriction du codon (Strehler et Barrow, 1970)
    • 1.1.1.4. La théorie du vieillissement programmé
      • 1.1.1.4.1. L’horloge du vieillissement : les télomères
      • 1.1.1.4.2. Le phénomène d’apoptose, ou le « suicide cellulaire »
  • 1.1.2. Les théories non génétiques (stochastiques)
    • 1.1.2.1. Accumulation des déchets : la lipofuscine
    • 1.1.2.2. Théorie de la réticulation ou cross-link (Bjorksten, 1941)
    • 1.1.2.3. Théorie immunologique
    • 1.1.2.4. Théorie de l’oxydation (Harman, 1955)
    • 1.1.2.5. Théorie neuroendocrinienne

1.2. Modifications cellulaires liées au vieillissement

  • 1.2.1. Les mitochondries
  • 1.2.2. Le noyau
  • 1.2.3. La membrane cellulaire

1.3. Effets du vieillissement sur les différents systèmes

  • 1.3.1. Sur les métabolismes
  • 1.3.2. Sur le tissu conjonctif
  • 1.3.3. Sur le système nerveux
  • 1.3.4. Sur l’appareil cardio-vasculaire
  • 1.3.5. Sur l’appareil respiratoire
  • 1.3.6. Sur l’appareil digestif
  • 1.3.7. Sur l’appareil locomoteur
  • 1.3.8. Sur l’appareil urinaire
  • 1.3.9. Sur les organes des sens
  • 1.3.10. Sur les organes sexuels
  • 1.3.11. Sur la peau et les phanères
  • 1.3.12. Sur le système immunitaire

1.4. Notion de vieillissement normal et réussi

1.5. L’homéostasie permet la vie

2. L’OSTÉOPATHIE AU SERVICE DE L’HOMÉOSTASIE
2.1. Petite histoire de l’ostéopathie
2.2. Les grands principes en ostéopathie

3. L’EAU, ÉLÉMENT VITAL ET OMNIPRÉSENT DU CORPS

  • 3.1. Les différents liquides de l’organisme
    • 3.1.1. Poids hydrique de l’organisme
    • 3.1.2. Compartiments hydriques de l’organisme
    • 3.1.3. Quelques liquides de l’organisme et leur abord ostéopathique
  • 3.2. A plus petite échelle : l’eau dans la cellule
    • 3.2.1. L’eau comme structure de la cellule
    • 3.2.2. Les rôles de l’eau dans le fonctionnement cellulaire
    • 3.2.3. Le vieillissement, un long processus de dessiccation

4. APPROCHE PSYCHIQUE DU VIEILLISSEMENT
4.1. L’influence du milieu social
4.2. Le physique et le mental : des alliés indispensables
4.3. La spiritualité, facteur de bien-être et de longévité
4.4. Les choix que l’on fait
4.5. Le concept biogène : vision vitaliste de l’individu

5. LA PRISE EN CHARGE OSTÉOPATHIQUE DU VIEILLISSEMENT : INTÉRÊT ET SPÉCIFICITÉS

  • 5.1. Résultats d’un sondage en ligne : spécificité de la prise en charge du patient âgé
  • 5.2. Le Traitement Général Ostéopathique (TGO)
    • 5.2.1. Présentation
    • 5.2.2. Le TGO : intérêt thérapeutique
  • 5.3. Les techniques fasciales
    • 5.3.1. Anatomie des fascias
    • 5.3.2. Action des fascias
    • 5.3.3. Pratique ostéopathique fasciale chez la personne âgée
    • 5.3.4. Intérêt des techniques fasciales sur les fluides
    • 5.3.5. Mise en pratique
  • 5.4. Approche crânio-sacrée
    • 5.4.1. La vitalité des personnes âgées
    • 5.4.2. Définition du MRP
    • 5.4.3. Les composantes du MRP
    • 5.4.4. Validité scientifique du MRP
    • 5.4.5. Techniques crânio-sacrées à visée liquidienne
      • 5.4.5.1. Technique de compression occipitale (CO)
      • 5.4.5.2. Technique des sinus veineux
      • 5.4.5.3. Travail sur les MTR
      • 5.4.5.4. Intérêt du relâchement des trois diaphragmes

DISCUSSION

CONCLUSION

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

ILLUSTRATIONS

ANNEXES


MÉMOIRE en PDF


L’ostéopathie au service du vieillissement réussi
De Longevialle Clémence

NOTES

L’Ostéo4pattes-Site de l’Ostéopathie remercie De Longevialle Clémence et (nom école) de l’avoir autorisé à publier ce mémoire.

[11. Il voit naître 2,6 à 3 enfants par femme, alors que le taux de fécondité actuel se situe aux environs de 2.

[22. DANCER, Marie. « 2006, année du “papy-boom” ». http://www.la-croix.com/Actualite/France/2006-annee-du-papy-boom-NG-2006-02-10-589767 consulté le 2 octobre 2014

[33. Corpus de Gériatrie, Le vieillissement humain, 2000. http://www.fmp-usmba.ac.ma/umvf/UMVFmiroir/campus-numeriques/e-senior/COURS/College/01-Vieillissement.pdf consulté le 2 octobre 2014

[44. LIEM, Torsten. Ostéopathie crânienne, manuel pratique. Éditions Maloine, pp. 4-5.


Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Statistiques du site | Visiteurs : 45 / 583419

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Livres, Mémoires & Thèses  Suivre la vie du site Mémoires & Thèses   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.11 + AHUNTSIC

Creative Commons License