La biblioboutik de l’ostéo4pattes-SDO

Anatomie fonctionnelle appliquée à l’ostéopathie crânienne

Nicette Sergueef - Éditions Elsevier 2009
samedi 23 février 2019 par Nicette Sergueef

Nicette Sergueef - Anatomie fonctionnelle appliquée à l’ostéopathie crânienne - Éditions Elsevier 2009

456 pages - Format : 170 x 240 - ISBN : 978-2-8101-0096-5 - Prix : 71 €

Descriptif

Cet ouvrage présente de manière approfondie l’anatomie crânienne dont une bonne compréhension demeure le prérequis à toute procédure ostéopathique crânienne.

Les bases fondamentales, trop souvent absentes des ouvrages d’anatomie générale, sont ici présentées de manière explicite, tout en soulignant les aspects particulièrement utiles pour l’ostéopathe.

Anatomie fonctionnelle appliquée à l’ostéopathie crânienne est un ouvrage de référence richement illustré qui permettra au praticien de trouver le « détail » anatomique qui l’intéresse. Chaque os est d’abord étudié sous l’angle de l’anatomie descriptive, puis discuté dans le contexte de l’approche palpatoire et des corrélations entre structures et fonctions.

Sont également abordés en détail les articulations, les méninges, la myologie et les systèmes veineux, artériel, lymphatique et nerveux.

Cet ouvrage, agrémenté de quelque 300 dessins et photographies, sera pour l’ostéopathe un outil aussi agréable à consulter qu’indispensable à sa pratique.
L’auteur : Nicette Sergueefsergueef afao

Nicette Sergueef enseigne les principes et techniques ostéopathiques depuis plus de trente ans en Europe et aux États-Unis. Elle est l’auteur de nombreux ouvrages d’ostéopathie en langue française et anglaise.

Du même auteur

- Le B. A. BA du crânien, Spek éditeur 1ère édition 1986
- L’odyssée de l’iliaque, SPEK éditeur 1ère édition 1985
- La thérapie crâniosacrée chez l’enfant, Spek éditeur 1ère édition 1988
- CO, C1, C2, données physiologiques et normalisations - Spek éditeur 1ère édition 1989
- Normaliser la colonne sans « manipulation vertébrale », Spek éditeur 1ère édition 1994
- Approche ostéopathique des plagiocéphalies avec ou sans torticolis - Spek éditeur 2004
- Cranial Osteopathy for Infants, Children and Adolescents, A Practical Handbook, Elsevier 2007
- Ostéopathie pédiatrique, Elsevier 2007

Avant-propos

[Les illustrations ont été ajoutées par le Webmestre]

La plupart des livres d’anatomie sont conçus pour étudier la médecine ; aucun n’est spécifique à l’étude de l’ostéopathie crânienne. Habituellement, l’anatomie crânienne, à la différence de l’anatomie des autres régions du corps, n’a pas encore été étudiée par les étudiants en ostéopathie crânienne, et cette anatomie semble difficile. La plupart des ouvrages la présente soit d’une manière très complexe, décourageante, ou alors avec des descriptions trop simplifiées, insuffisantes pour l’ostéopathe. De surcroît, les aspects palpatoire et fonctionnel autant que l’intérêt ostéopathique clinique ne sont pas suffisamment valorisés. Dès lors, à voir leur désir de trouver un livre facile à consulter, qui comporte les bases anatomiques fondamentales à l’application du concept crânien, les étudiants m’ont inspiré cet ouvrage.

Selon Still, "The osteopath must remember that his first lesson is anatomy, his last lesson is anatomy and all his lessons are anatomy." [1] (« L’ostéopathe doit se souvenir que sa première leçon est l’anatomie, sa dernière leçon est l’anatomie et toutes ses leçons sont l’anatomie. »)

En fait, plus l’étudiant progresse dans la pensée ostéopathique, plus il comprend l’importance d’une bonne connaissance de l’anatomie. La multitude des techniques développées ici ou là dans l’approche thérapeutique manuelle est toujours basée sur une solide vérité, à savoir celle de l’anatomie. La palpation pour la structure et la palpation pour la fonction sont essentielles au diagnostic ostéopathique. Et nous croyons qu’il est très difficile de réaliser ces palpations sans connaissance anatomique ou avec une connaissance anatomique insuffisante ou imprécise. En revanche, à chaque étape de la progression dans notre étude de l’anatomie, la palpation devient plus facile et les liens entre les différentes régions du corps plus évidentes. L’anatomie prend alors de plus en plus d’importance dans l’approche ostéopathique et son étude devient passionnante.

À ce jour, il existe de nombreux ouvrages. Le texte idéal serait probablement une compilation de tout ce qui a pu déjà être écrit. Toutefois, pour l’ostéopathe, la description de l’anatomie ne peut se réduire à une simple description des structures ; la structure permet la fonction, et l’anatomie ostéopathique doit être avant tout une anatomie fonctionnelle. Une parfaite compréhension de la structure et de son rapport avec la fonction permet à l’ostéopathe de reconnaître une dysfonction, parfois même avant que les symptômes associés à cette dysfonction n’apparaissent. En effet, telle est la définition de la dysfonction somatique : "Impaired or altered function of related components of the somatic (body framework) system : skeletal, arthrodial and myofascial structures, and their related vascular, lymphatic, and neural elements." (« Fonction perturbée ou altérée des composantes associées au système somatique (structure de corps) : squelettiques, structures arthrodiales et myofasciales et éléments vasculaires, lymphatiques et nerveux qui leur sont rattachés. » [2])

Hippocrate

L’histoire permet bien d’appréhender l’évolution d’une anatomie tout d’abord descriptive vers une anatomie contemporaine plus fonctionnelle. Hippocrate (496-370 av. J.-C.) et Aristote (385-322 av. J.-C.) sont souvent les premiers anatomistes auxquels on fait référence ; ils semblent avoir étudié l’anatomie sans dissection humaine. C’est Hérophile (environ 300 ans av. J.-C.) qui, le premier, base ses conclusions sur les dissections du corps humain [3]. Hérophile décrit le cerveau, les ventricules, les méninges. Il pratique la vivisection et différencie les veines des artères en observant la présence ou l’absence de pulsations.

Galien (130-201), célèbre pour ses interventions sur les gladiateurs romains et partisan d’une solide éducation pour tout praticien, nous laisse un grand nombre de traités anatomiques. Toutefois, ses écrits basés essentiellement sur des dissections animales comportent beaucoup d’erreurs relatives à l’anatomie humaine ; pour autant son influence persiste jusqu’à la Renaissance [4].

En effet, avec l’effondrement de l’Empire romain, l’enseignement des sciences médicales est abandonné. Tous les traités médicaux sont en latin, langue que seuls les religieux sont capables de lire et avec des manuscrits conservés dans les monastères, c’est l’Église qui devient le dépositaire du savoir médical de l’époque. Au Moyen Âge, ce sont donc les moines qui manifestent un regain d’intérêt pour la pratique médicale ; ils y mêlent connaissances, mysticisme et astrologie, parfois au détriment de leurs pratiques religieuses [5]. En 1162, pour pallier cet état de fait et éliminer les ordres religieux de la pratique médicale et chirurgicale, le Concile de Tours décrète que "Ecclesia abhorret a sanguine" (« L’Église a horreur du sang »). Toute dissection devient ainsi difficile et nécessite une permission spéciale de l’Église [6]. Dès lors, trafics, profanations et querelles accompagnent l’étude et l’enseignement de l’anatomie et c’est seulement après la Révolution et l’Empire que les Écoles de Médecine disposent de cadavres en nombre suffisant pour étudier l’anatomie au moyen de dissections.

Longtemps, l’étude de l’anatomie se limite à l’observation, à l’étude des formes, à la différenciation des structures ayant un aspect normal de celles qui présentent un état pathologique. On comprend alors que les maladies ne sont plus seulement le fait d’esprits malins, mais qu’elles sont associées à des structures pathologiques, à des lésions organiques. Le plus souvent, les anatomistes nomment les structures selon leur forme (par exemple : l’hippocampe), ou leur donne leurs propres noms (par exemple : la veine de Galien, la trompe d’Eustache).

Léonard de Vinci

C’est Gabriel Zerbi (1468-1505), un contemporain de Leonardo da Vinci (1452-1519), qui le premier publie un texte où les organes sont regroupés par systèmes [7]. Pour autant, c’est da Vinci qui sublime l’art et la précision du dessin anatomique d’après dissection et ses illustrations pourraient toujours être incluses dans un ouvrage contemporain [7]. Pour permettre la vision d’une pièce comme si l’on « tournait autour », il la dessine sous différents angles avec un sens élaboré de la perspective et il est probablement le premier à présenter des illustrations de coupes anatomiques [8]. Ses écrits démontrent une extrême culture, la recherche du détail dans ses descriptions anatomiques ; ils valorisent aussi une approche fonctionnelle de l’anatomie tout autant qu’une approche holistique du corps humain [9].

Avec l’avènement du microscope, puis des moyens radiologiques débute une vision de l’anatomie qui va au-delà des limites visibles à l’œil nu. Plus récemment, les avancées dans les technologies de l’imagerie médicale et de la biologie cellulaire et moléculaire offrent de nouveaux champs d’exploration, et permettent une étude de l’anatomie du vivant, une anatomie en fonction. De fait, les premières descriptions faites dans la Grèce antique sont parfois revues, tout comme le sont les descriptions de structures fines altérées par les moyens de conservation employés par le passé. Surtout, l’anatomie contemporaine est plus précise, les liens entre les différents systèmes mieux établis et les fonctions des structures mieux définies.

Avec cet ouvrage, nous avons trois objectifs : donner les bases anatomiques fondamentales à l’application du concept crânien, donner des informations complémentaires pour tout individu désireux d’aller plus loin dans cette étude, et décrire l’intérêt ostéopathique clinique des informations présentées avec, chaque fois que cela est possible, l’abord pratique des structures. Dans la présentation du texte, trois styles différents mettent en valeur ces différentes données, et bien que l’ostéopathie crânienne soit un peu plus que le crâne, nous nous limitons dans cet ouvrage à l’étude des structures du crâne.

"Thus it is far better to familiarize your eye and band with the normal before you can approach the abnormal intelligently". [10] (« Ainsi, c’est beaucoup mieux de familiariser votre œil et votre main avec le normal avant de pouvoir approcher l’anormal intelligemment. »)

Mon souhait est que ce livre soit un ouvrage de référence en anatomie, facile et agréable à consulter, un outil précieux pour l’étudiant comme pour le praticien ostéopathe éternellement curieux.

Références de l’Avant-propos

[1] Still AT. The philosophy and mechanical principles of osteopathy. Kirksville, MO : Osteopathic Enterprise ; 1986. p. 12.
[2] Glossary of Osteopathic Terminology. ln : Ward RC, Ed. Foundations for Osteopathic Medicine. 2nd ed Baltimore : Williams and Wilkins ; 2003. p. 1249.
[3] Dooley D. A dissection of anatomy. Ann R Coll Surg Engl 1973 ; 53 :13-26.
[4] Tsafrir J, Ohry A. Medical illustration : from caves to cyberspace. Health Info Libr J 2001 ; 18 : 99-109.
[5] Semur F, Seigneurie JB. Naissance de l’art dentaire moderne au XVIIIe siècle. Le rôle décisif de Pierre Fauchard. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris). Stomatologie 2007 ; 22-000-A-10.
[6] Leblond S. Anatomistes et Résurrectionnistes en France. Can Med Assoc J 1968 ; 99 : 368-70.
[7] Xie C, O’Lcary JP. The first anatomists/artists. Am Surg 1999 ; 65 : 899-900.
[8] Tsafrir J, Ohry A. Medical illustration : from caves to cyberspace. Health Info Libr J 2001 ; 18 : 99-109.
[9] Dunn PM. Leonardo Da Vinci (1452-1519) and reproductive anatomy. Arch Dis Child Ferai & Neonatal Ed 1997 ; 77 : F249-51.
[10] Still AT. Autobiography of Andrew T. Still. Kirskville, MO : AT Still ; 1908. p. 190. Reprinted, Colorado Springs, CO : American Academy of Osteopathy ; 1981.

Table des matières

Avant-propos
Chapitre 1 - Ostéopathie crânienne et anatomie
- Mécanisme respiratoire primaire
- Swedenborg
- Impulsions rythmiques crâniennes
- Anatomie
- Présentation du crâne
- Points crâniométriques
Chapitre 2 - Os occipital
- Ostéogenèse
- Description
- Mouvement crâniosacral
- Palpation pour la structure
- Palpation pour la fonction
Chapitre 3 - Os sphénoïde
- Ostéogenèse
- Description
- Mouvement crâniosacral
- Palpation pour la structure
- Palpation pour la fonction
Chapitre 4 - Os ethmoïde
- Ostéogenèse
- Description
- Mouvement crâniosacral
- Palpation pour la structure
- Palpation pour la fonction
Chapitre 5 - Os frontal
- Ostéogenèse
- Description
- Mouvement crâniosacral
- Palpation pour la structure
- Palpation pour la fonction
Chapitre 6 - Os pariétal
- Ostéogenèse
- Description
- Mouvement crâniosacral
- Palpation pour la structure
- Palpation pour la fonction
Chapitre 7 - Os temporal
- Ostéogenèse
- Description
- Mouvement crâniosacral
- Palpation pour la structure
- Palpation pour la fonction
Chapitre 8 - Os zygomatique
- Ostéogenèse
- Description
- Mouvement crâniosacral
- Palpation pour la structure
- Palpation pour la fonction
Chapitre 9 - Os maxillaire
- Ostéogenèse
- Description
- Mouvement crâniosacral
- Palpation pour la structure
- Palpation pour la fonction
Chapitre 10 - Os palatin
- Ostéogenèse
- Description
- Mouvement crâniosacral
- Palpation pour la structure
- Palpation pour la fonction
Chapitre 11 - Os lacrymal
- Ostéogenèse
- Description
- Mouvement crâniosacral
- Palpation pour la structure
- Palpation pour la fonction
Chapitre 12 - Os nasal
- Ostéogenèse
- Description
- Mouvement crâniosacral
- Palpation pour la structure
- Palpation pour la fonction
Chapitre 13 - Cornet nasal inférieur
- Ostéogenèse
- Description
- Mouvement crâniosacral
- Palpation pour la structure
- Palpation pour la fonction
Chapitre 14 - Vomer
- Ostéogenèse
- Description
- Mouvement crâniosacral
- Palpation pour la structure
- Palpation pour la fonction
Chapitre 15 - Mandibule
- Ostéogenèse
- Description
- Mouvement crâniosacral
- Palpation pour la structure
- Palpation pour la fonction
Chapitre 16 - Os hyoïde
- Ostéogenèse
- Description
- Mouvement crâniosacral
- Palpation pour la structure
- Palpation pour la fonction
Chapitre 17 - Arthrologie
- Classification
- Articulations occipitales
- Articulations sphénoïdales
- Articulations temporales
- Articulations frontales
- Articulations ethmoïdales
- Articulations pariétales
- Articulations zygomatiques
- Articulations maxillaires
- Articulations palatines
- Articulations lacrymales
- Articulations nasales
- Articulations du cornet inférieur
- Articulations du vomer
- Articulations de la mandibule
Chapitre 18 - Myologie
- Muscles cutanés de la tête
- Muscles masticateurs
Chapitre 19 - Méninges
- Développement
- Dure-mère
- Arachnoïde
- Pie-mère
- Faux du cerveau
- Tente du cervelet
- Faux du cervelet
- Diaphragme de la selle
- Loge latérosellaire
- Vascularisation dure-mérienne
- Innervation de la dure-mère
- Liquide cérébrospinal
Chapipre 20 - Neurologie
- Rappels
- Encéphale
- Nerfs crâniens
Chapitre 21 - Circulation
- Circulation artérielle
- Circulation veineuse
- Circulation lymphatique

Index
Crédits illustrations

Nous remercions Nicette Sergueef et les Éditions Elsevier de nous avoir autorisé à publier ce livre et l’Avant-propos
Cette présentation a été publiée sur le Site de l’Ostéopathie le 7 décembre 2009


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 17 / 301639

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Livres & Mémoires  Suivre la vie du site Livres de concepts & de philosophies ostéopathiques   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License